La Liberté de Hitler par rapport à la Dette

16 février 2011

Economie

 LA LIBERTÉ DE HITLER

Par Rapport à

L’ESCLAVAGE DE LA DETTE INTERNATIONALE.

Traduit de l’anglais par G. Akué

Titre original: Hitler’s Freedom From International Debt Slavery

 

Il est toujours difficile d’avoir une discussion sur le thème de l’Allemagne de la Seconde Guerre mondiale, et Hitler, sans provoquer d’émotions fortes.  Et c’est compréhensible.  Nous ne croyons pas qu’il existe un complot mondial mis en place par ceux qui appartiennent à la foi juive pour dominer le monde.  Nous suspectons toutefois qu’il y a un complot mis en place par les grands financiers et les institutions financières pour contrôler.  Nous ne sommes pas nécessairement d’accord avec tous les points soulevés dans l’article que vous vous apprêtez à lire, mais il soulève certainement quelques points intéressants.  Nous proposons cet article à nos lecteurs comme un point de vue alternatif, destiné à stimuler la discussion.  PTE

Un article extrait de: http://www.webofdebt.com/

Auteur de l’Article Inconnu

’L’Histoire est écrite par les vainqueurs « - W. Churchill

Une perspective intéressante sur la Seconde Guerre mondiale, et les acteurs impliqués.

Beaucoup de gens prennent plaisir à dire que Wall Street et les banquiers juifs ont « financé Hitler. » Il y a beaucoup de preuves documentées que Wall Street et les banquiers juifs ont effectivement aidé à financer Hitler au début, en partie parce que cela a permis aux banquiers de s’enrichir (comme je le décrirai  ci-dessous) et en partie afin de contrôler Staline.  Toutefois, lorsque l’Allemagne s’est libérée des banquiers, ils ont déclaré contre elle une guerre mondiale.

Quand on regarde tous les faits, l’accusation selon laquelle «les Juifs ont financé Hitler» devient sans objet.  Le procureur de Los Angeles Ellen Brown aborde ce sujet dans son livre Web of Debt…

Lorsque Hitler arriva au pouvoir, l’Allemagne était désespérément fauchée.  Le traité de Versailles avait imposé des réparations écrasantes sur le peuple allemand, exigeant que les Allemands remboursent les coûts de la guerre de chaque nation.  Ces coûts s’élevaient à trois fois la valeur de tous les biens en Allemagne.  Des spéculateurs privés ont causé la chute du mark allemand, précipitant l’une des pires inflations galopantes des temps modernes.  Une brouette pleine de billets de 100 milliards de marks ne pouvait pas acheter une miche de pain.  Le Trésor national était vide.  D’innombrables maisons et fermes ont été perdues au profit de spéculateurs et de banques privées.  Les Allemands vivaient dans des taudis.  Ils mouraient de faim.

Rien de tel ne s’était jamais produit auparavant – la destruction totale de la monnaie nationale, ainsi que l’anéantissement de l’épargne populaire et des entreprises.  À cela est venu s’ajouter une dépression mondiale.  L’Allemagne n’avait pas d’autre choix que de succomber à l’esclavage de la dette sous les banquiers internationaux jusqu’en 1933, quand les nationaux-socialistes sont arrivés au pouvoir.

À partir de ce moment, le gouvernement allemand a contrecarré les cartels bancaires internationaux en émettant sa propre monnaie. Le peuple juif a réagi en déclarant un boycott mondial contre l’Allemagne.  Hitler a commencé un programme de crédit national par l’élaboration d’un plan de travaux publics qui incluait le contrôle des inondations, la réparation des bâtiments publics et des résidences privées, et la construction de nouvelles routes, ponts, canaux, et des installations portuaires.  Tout cela a été payé avec de l’argent qui ne venait plus des banquiers privés internationaux.

Le coût prévisionnel de ces différents programmes a été fixé à un milliard d’unités de la monnaie nationale.  Pour payer cela, le gouvernement allemand (et non les banquiers internationaux) a émis des lettres de change, appelé certificats de trésorerie du travail.  De cette façon, les nationaux-socialistes ont mis au travail des millions de personnes, et les ont payés avec des certificats du Trésor.  Sous le national-socialisme, la monnaie de l’Allemagne n’était pas soutenue par l’or (qui était détenue par les banquiers internationaux).  Il s’agissait essentiellement d’un reçu de main-d’œuvre et de matériaux livrés au gouvernement.  Hitler a dit: «Pour chaque mark émis, nous avons exigé l’équivalent de la valeur d’un mark de travail effectués ou des biens produits. » Le gouvernement a payé les travailleurs en certificats.  Les travailleurs dépensaient ces certificats sur d’autres biens et services, créant ainsi plus d’emplois pour plus de gens.  De cette façon, le peuple allemand est sorti de la dette écrasante qui lui a été imposée par les banquiers internationaux.

En deux ans, le problème de chômage a été résolu, et l’Allemagne était de nouveau sur ses pieds.  Elle avait une solide et stable devise, sans aucune dette, et pas d’inflation, à un moment où des millions de personnes aux États-Unis et dans d’autres pays occidentaux (contrôlé par les banquiers internationaux) étaient toujours sans emploi.  En cinq ans, l’Allemagne est passé de la nation la plus pauvre en Europe à la plus riche.  L’Allemagne a  même réussi à rétablir le commerce extérieur, malgré le refus de crédits extérieurs des banquiers internationaux à l’Allemagne, et malgré le boycott global décrété par les industries appartenant à des Juifs.  L’Allemagne a réussi en cela en  échangeant de l’équipement et des produits directement avec d’autres pays, en utilisant un système de troc qui fait disparaitre les banquiers du décor.  L’Allemagne a prospéré, vu que le système de troc élimine la dette nationale et les déficits commerciaux.  (le Venezuela fait la même chose aujourd’hui quand il échange du pétrole contre des produits, ainsi que l’aide médicale, et ainsi de suite. C’est pour cela les banquiers tentent de l’écraser.)

La liberté économique de l’Allemagne fut de courte durée, mais elle a laissé de nombreux monuments, dont le célèbre Autobahn, la première super-autoroute de grande envergure du monde.  Hjalmar Schacht, un agent de Rothschild qui a été temporairement à la tête de la banque centrale allemande, le résume ainsi … Un banquier américain avait déclaré: «M.  Schacht, vous devriez venir en Amérique.  Nous avons beaucoup d’argent et c’est de la véritable activité bancaire. « Schacht a répondu, » Vous devriez venir à Berlin.  Nous n’avons pas d’argent.  C’est de la véritable activité bancaire. « (Schacht, l’agent de Rothschild, a en réalité soutenu les banquiers privés internationaux contre l’Allemagne, et a été récompensé en ayant toutes les accusations portées contre lui retirées au procès de Nuremberg.)

Cette liberté économique a rendu Hitler extrêmement populaire auprès du peuple allemand.  L’Allemagne a été sauvé de la théorie économique anglaise, qui dit que toutes les devises doivent être empruntées contre de l’or appartenant à un cartel bancaire privé et secret – comme la Réserve fédérale ou la Banque centrale de l’Europe – plutôt qu’être émises par le gouvernement pour le bénéfice  de la population.  Le chercheur canadien Dr Henry Makow (qui est juif lui-même) dit que la raison principale pour laquelle les banquiers se sont mis d’accord pour une guerre mondiale contre l’Allemagne fut que Hitler a esquivé les banquiers en créant son propre monnaie, libérant ainsi le peuple allemand.  Pire encore, cette liberté et prospérité menaçaient de s’étendre à d’autres nations.  Hitler devait être arrêté!

Makow cite de l’interrogatoire de 1938 de CG Rakovsky, un des fondateurs du bolchevisme soviétique et un intime de Trotsky.  Rakovsky a été jugé dans un procès spectaculaire en URSS sous Staline.  Selon Rakovsky, Hitler a d’abord été financé par les banquiers internationaux, par l’intermédiaire de l’agent des banquiers Hjalmar Schacht.  Les banquiers ont financé Hitler afin de contrôler Staline, qui avait usurpé le pouvoir de leur agent Trotsky.  Puis Hitler est devenu une menace encore plus grande que Staline, quand Hitler a commencé l’impression de sa propre monnaie.  (Staline est arrivé au pouvoir en 1922, ce qui faisait onze ans avant l’arrivée d’Hitler au pouvoir.)

Rakovsky a dit:

« Hitler a pris le privilège de produire de la monnaie, et non pas seulement de la monnaie physique, mais aussi financière.  Il s’appropria l’appareil de falsification et l’a mis à l’œuvre dans l’intérêt du peuple.  Pouvez-vous imaginer ce qu’il serait advenu si cela avait infecté un certain nombre d’autres États? « (Henry Makow, “Hitler Did Not Want War (Hitler ne voulait pas la Guerre),” Mars 21 mai 2004).

L’économiste Henry C K Liu écrit sur la transformation remarquable de l’Allemagne:

« Les Nazis sont arrivés au pouvoir en 1933, lorsque l’économie allemande était en effondrement total, avec les obligations ruineuses de réparation de guerre et zéro perspectives pour les investissements ou crédits étrangers.  Grâce à une politique monétaire indépendante de crédit souverain et un programme de plein-emploi de travaux publics, le Troisième Reich a été en mesure de transformer une Allemagne en faillite, dépouillée des colonies d’outre-mer, en économie la plus forte en Europe en quatre ans,  avant même que les dépenses d’armement aient commencé.  » ( Henry C.K. Liu, “Nazism and the German Economic Miracle”  Asia Times (24 mai 2005).

Dans Billions for the Bankers, Debts for the People (1984), Sheldon Emry commentait:

« L’Allemagne a émis de l’argent sans dette et sans intérêt à partir de 1935, ce qui représente une ascension surprenante de l’Allemagne hors de la dépression vers une puissance mondiale en cinq ans.  Le gouvernement allemand a financé l’entièreté de ses opérations de 1935 à 1945 sans or, et sans dette.  Il a fallu l’ensemble du mondial capitaliste et communiste pour détruire la révolution allemande, et ramener l’Europe sous la botte des banquiers. « 

Ces faits ne figurent pas dans les manuels d’aujourd’hui.  Ce qui apparaît est la désastreuse inflation galopante subie en 1923 par la République de Weimar, qui a gouverné l’Allemagne de 1919 à 1933.  Les manuels d’aujourd’hui utilisent cette inflation pour retourner la vérité.  Ils citent la dévaluation radicale du mark allemand comme un exemple de ce qui va mal, lorsque les gouvernements impriment leur propre argent, plutôt que de contracter un emprunt auprès de cartels privés.

En réalité, la crise financière du Weimar a commencé avec le paiement des réparations impossibles imposées au traité de Versailles.  Hjalmar Schacht [qui n'a jamais été membre du parti nazi d’ailleurs et il semble maintenant évident de comprendre pourquoi ce fut le cas] – l’agent de Rothschild qui a été commissaire de devise pour la République – s’est opposé à laisser le gouvernement allemand imprimer son propre monnaie …

« Le traité de Versailles est un modèle de mesures ingénieuses pour la destruction économique de l’Allemagne.  L’Allemagne ne pouvait pas trouver aucun moyen pour tenir la tête hors de l’eau, autrement que par le palliatif inflationniste qui consiste à imprimer des billets de banque. « 

Schacht fait échos du mensonge du manuel que l’inflation de Weimar a été causé lorsque le gouvernement allemand a imprimé sa propre monnaie.  Toutefois, dans son livre de 1967 The Magic of Money (La magie de l’argent), Schacht laisse le chat sortir du sac en révélant que c’était les banques à capitaux privés du Reich, pas le gouvernement allemand, qui injectaient de nouvelles devises dans l’économie.  Ainsi, la BANQUE PRIVÉE  a causé l’hyper-inflation de Weimar.

Comme la Réserve fédérale américaine, la Reich Bank était supervisée par des fonctionnaires nommés par le gouvernement, mais était exploité pour des profits privés.  Ce qui a poussé l’inflation de guerre dans l’hyperinflation a été la spéculation par les investisseurs étrangers, qui ont vendu le mark à découvert, en pariant sur sa baisse de valeur.  Dans le dispositif de manipulation connue sous le nom de vente à découvert, les spéculateurs empruntent quelque chose qu’ils ne possèdent pas, le vendent, et puis «couvrent» en le rachetant à un prix inférieur.

La spéculation sur le mark allemand a été rendue possible parce que la Reich Bank privée (pas encore sous contrôle nazi) a fait des quantités massives de devises disponibles pour les emprunts.  Cette monnaie, comme la monnaie des États-Unis aujourd’hui, a été créé en justifiant des entrées sur les livres de la banque.  Ensuite, le drôle d’argent a été prêté à intérêt composé.  Lorsque la Reich Bank ne pouvait pas faire face à la demande vorace pour des marks, d’autres banques privées ont été autorisées à créer des marks à partir de rien, et de les prêter avec intérêt.  Le résultat a été la dette et l’inflation galopante.

Ainsi, selon Schacht lui-même, le gouvernement allemand n’a pas causé l’hyperinflation de Weimar.  Au contraire, le gouvernement (sous les nationaux-socialistes) tenait l’hyperinflation sous contrôle.  Les nationaux-socialistes ont placé la Reich Bank sous une réglementation gouvernementale stricte, et a pris rapidement des mesures correctives visant à éliminer la spéculation étrangère.  Une de ces mesures était d’éliminer l’accès facile aux prêts d’argent douteux auprès des banques privées.  Puis Hitler a remis l’Allemagne sur ses pieds en faisant émettre des Certificats du Trésor par le gouvernement public.

Schacht, l’agent de Rothschild, a désapprouvé ce papier monnaie du gouvernement, et a fini par être retiré de la tête de la Reich Bank, quand il a refusé de l’émettre.  Néanmoins, il a reconnu dans ses mémoires que de permettre au gouvernement d’émettre l’argent dont il a besoin n’a pas produit l’inflation des prix prédite par la théorie économique classique, qui dit que la monnaie doit être emprunté des cartels privées.

Ce qui cause l’hyperinflation, c’est la spéculation incontrôlée.  Lorsque la spéculation est couplée à une dette (envers les cartels bancaires privés) le résultat est un désastre.  D’autre part, quand un gouvernement émet de la devise de façon mesurée avec soin, il provoque l’augmentation de l’offre et la demande, en laissant les prix inchangés.  Il n’y a donc pas d’inflation, pas de dette, pas de chômage, et pas besoin d’impôts.

Naturellement, cela effraie les banquiers, vu que cela élimine leurs pouvoirs.  Cela effraie aussi les internationalistes, puisque leur contrôle des banques leur permet d’acheter les médias, le gouvernement, et tout le reste.

 

À propos de G. AKUÉ

Une Âme à la recherche d'une grande illumination à répandre sur les peuples de sa Race bien-aimée et la Race Humaine en général.

Voir tous les articles de G. AKUÉ

Une réponse à “La Liberté de Hitler par rapport à la Dette”

  1. Vils Le Tisseur Dit :

    GENIAL ! C’est certainement pas dans les livres d’histoire occidentaux (ainsi que les média classique) que nous pouvons savoir tout cela… :/

Laisser un commentaire

Actualité politique et spor... |
La Voie des Peuples |
nouveaucentreindre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | VILISTIA RUSSIE GEOPOLITIQU...
| afriqueecologielesverts
| unavenirmeilleur