L’Hypoglycémie

16 mars 2012

Santé

L’HYPOGLYCÉMIE

Par R. Paul St. Amand, M.D. Professeur Assistant de Clinique en Médecine, Endocrinologie-Harbor-UCLA

Claudia Craig Marek, Assistante Médicale

Janvier 2009

Traduit de l’anglais par G. AKUÉ

 

Voir l’article ici: http://www.fibromyalgiatreatment.com/hypoglycemia.htm

 

Le mot hypoglycémie signifie simplement taux de sucre bas dans le sang. Il est souvent utilisé pour indiquer une maladie, mais il ne s’agit en fait que d’un symptôme d’un syndrome avec de nombreuses plaintes. Ce complexe serait mieux défini par le terme d’intolérance glucidique. Il est exprimé par l’incapacité du corps à utiliser efficacement certaines charges de glucides sans conséquences néfastes.    

 Lorsqu’ils sont consommés, les glucides et complexes de sucre provoquent une hausse de la glycémie qui déclenche la libération d’insuline par le pancréas. Cette hormone facilite l’utilisation immédiate des glucides ou son stockage dans diverses parties du corps. Le foie convertit les excès en acides gras qui sont emballés dans les triglycérides et transportés dans les cellules adipeuses pour le stockage. Chez les hypoglycémiques, la libération d’insuline est soit excessive, ou la coupure est inadéquate, ou insuffisamment complétée par les hormones de contre régulation. Une perturbation est créée à l’échelle du système qui aboutit à l’un des syndromes de fatigue endocriniens que nous appelons l’hypoglycémie.

La norme pour le diagnostic a été le test de cinq heures de tolérance au glucose (GTT).Cela a été conçu pour documenter la croissance et la chute progressive de la glycémie après la consommation de glucides. Une solution de sucre est administrée et des échantillons de sang sont pris à intervalles différents. Le GTT n’a pas été très efficace dans la détection de la chute brutale de la glycémie qui caractérise l’hypoglycémie. Le timing est crucial et avec un calendrier préalablement établi pour les prélèvements sanguins, le niveau le plus bas peut être manqué. Un autre problème a été observé dans une étude réalisée en 1994 par Genter et IPP sur un groupe de jeunes gens en bonne santé qui n’avaient pas de symptômes d’hypoglycémie. Des échantillons sanguins ont été prélevés toutes les dix minutes pour mesurer la quantité et le temps de libération de différentes hormones qui neutralisent l’insuline pour prévenir une baisse excessive de sucre dans le sang. La moitié des sujets ont développé des symptômes aigus d’hypoglycémie vers le point culminant de la libération d’adrénaline qui coïncide avec leurs plus bas niveaux de glucose. Cependant, les symptômes sont apparus à des niveaux de glucose qui sont considérés comme normaux. Évidemment, chaque personne dispose d’un système d’alarme personnel, un taux individuel de sucre sanguin auquel le cerveau perçoit un danger et libère de l’adrénaline (épinéphrine). Pour ces raisons, l’écoute des symptômes d’un patient a été plus précise dans la formulation du diagnostic que des tests sanguins.

Les symptômes de l’hypoglycémie (un terme que nous continuons à utiliser) sont nombreux. Premièrement, il y a des symptômes chroniques qui sont expérimentés, même lorsque le taux de sucre sanguin est normal. Ils se composent de fatigue, d’irritabilité, de nervosité, de dépression, d’insomnie, de bouffées congestives, de troubles de la mémoire et de la concentration. Les inquiétudes sont courantes comme le sont les maux de tête frontaux ou bitemporaux, les étourdissements et évanouissements. Il y a souvent des troubles de la vision, la congestion nasale, des bourdonnements dans les oreilles, des engourdissements et des picotements dans les mains, les pieds ou le visage et parfois des crampes dans les jambes ou les pieds. L’excès de gaz, des crampes abdominales, des selles molles ou des diarrhées sont fréquents.

Les symptômes aigus sont effrayants et se produisent à des niveaux de glucose très variables, mais généralement de trois ou quatre heures après avoir mangé. La libération d’adrénaline, plus que suffisant pour corriger cette chute du sang ou le sucre du cerveau, induit ces pénibles événements de vingt à trente minute. Ils comprennent des tremblements internes ou des mains accompagnés par la transpiration, surtout avec la faim. L’irrégularité du rythme cardiaque ou la palpitation du cœur et une sévère anxiété complètent le tableau. Les périodes les plus intenses sont étiquetées attaques de panique. Il est courant de se sentir faible et une syncope peut survenir. Les attaques nocturnes sont souvent précédées par des cauchemars et provoquent des troubles du sommeil sévères, résultant en une somnolence diurne.

Seul un régime parfait saura contrôler l’hypoglycémie. Ce n’est pas les aliments que l’on ajoute, mais ce que l’on supprime qui assure la guérison. Les patients doivent totalement éviter le sucre, le sirop de maïs, le miel, le saccharose, le glucose, le dextrose ou le maltose. Les amidons lourds tels que les pommes de terre, le riz et les pâtes sont également interdits. Nous permettons un morceau de fruit sur une période de quatre heures, mais pas de jus, car ils contiennent du fructose en excès. Certains glucides comme le pain sans sucre sont autorisés, mais l’apport est limité à une tranche trois fois par jour. Tous les glucides ne sont pas créés égaux comme on le voit par notre liste. Vous devez suivre le régime alimentaire tel qu’il est écrit, sans aucune substitution: par exemple le riz soufflé est autorisée mais pas le riz. La caféine n’est pas autorisée car elle prolonge l’action de l’insuline.

L’amélioration commence dans environ sept à dix jours du commencement d’un régime parfait. Un soulagement considérable est donné dans le mois. Les symptômes disparaissent totalement en moins de deux mois, mais seulement si le régime a été soigneusement suivi. Au cours des dix premiers jours de traitement, des maux de tête dus au retrait de la caféine et la fatigue induite en changeant les sources basiques de carburant du corps sont fréquents et, chez certains patients peuvent être assez intenses.

Considérez l’ensemble du processus diététique comme si on construisait un compte courant. Tout d’abord, des dépôts doivent être faits pour obtenir des fonds suffisants. C’est seulement à ce moment que l’on devrait commencer à faire des chèques, mais avec la compréhension que les soldes sont abaissés avec chaque check délivré. De même, le régime d’hypoglycémie construit des réserves d’énergie à la plus grande quantité réalisable pour un individu donné. C’est seulement alors que l’expérimentation des glucides commence. Chaque « triche » s’appuie sur la ligne de crédit. Comme aucun médecin ou diététicien ne peut prédire le régime de base final, ce système du style ‘rechercher et chipoter’ est nécessaire pour chaque patient. Le premier avertissement d’un excès peut être repéré avec la réapparition de l’un des symptômes d’hypoglycémie ci-dessus. Un strict régime alimentaire peut être à nouveau nécessaire pour reconstruire le crédit, ou pour répondre aux exigences en matière d’énergie supplémentaire à des moments de stress émotionnel ou physique comme pendant la semaine avant les menstruations.

Certains hypoglycémiques aussi souffrent de fibromyalgie. Les symptômes se chevauchent considérablement, mais pas les aigus énumérés ci-dessus. La fibromyalgie est un trouble métabolique généralise qui inclut, les muscles, les ligaments et les tendons contractés qui travaillent et qui ne cessent de brûler du carburant. C’est le sujet d’un autre document que nous avons écrit. Les individus prédisposés souffrant de fibromyalgie peuvent tenter de créer de l’énergie en cédant à leurs grandes envies de glucides. Les explosions répétitives d’insuline qui en résultant peuvent les faire basculer dans l’hypoglycémie. Les patients atteints de ces deux conditions sont parmi nos plus malades.

Les Restrictions alimentaires que L’hypoglycémique doit suivre:

Ne prenez rien de ce qui suit:

Alcool (pendant un mois)

Le sucre dans n’importe quelle forme, y compris les boissons gazeuses

Jus de fruits et fruits secs

Haricots cuits au four

Doliques à œil noir (niébé)

Pois chiches

Haricots frits

Lentilles

Haricots de Lima

Amidon

Pommes de terre

Maïs (limitez le popcorn à une tasse)

Bananes

Orge

Riz

Pâtes

Burritos (tortilla de farine)

Tamales

Caféine, Dextrose, Maltose, Saccharose, Glucose, Miel, Sirop de Maïs, Sirop de Riz, Sirop de Canne, Fructose.

 

Aucun compromis n’est permis avec le régime pour le syndrome d’intolérance glucidique.

Il faut manger correctement ou alors les symptômes persistent. La récompense du bien-être est exaltante quand on la compare aux symptômes invalidants de l’hypoglycémie. C’est à vous de contrôler.

 

 

À propos de G. AKUÉ

Une Âme à la recherche d'une grande illumination à répandre sur les peuples de sa Race bien-aimée et la Race Humaine en général.

Voir tous les articles de G. AKUÉ

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Actualité politique et spor... |
La Voie des Peuples |
nouveaucentreindre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | VILISTIA RUSSIE GEOPOLITIQU...
| afriqueecologielesverts
| unavenirmeilleur