Togo – Embrouille Sociopolitique

30 août 2013

Politique

EMBROUILLE SOCIALE ET POLITIQUE AU TOGO :

L’Ultime Recours

G. M. AKUÉ

Le 16/07/2013

 

D’entrée de jeu j’ai envie de dire : et si nous décidions maintenant d’arrêter tout simplement l’insensé ! Et si nous arrêtions de faire ce que nous n’avons que trop fait à ce jour, c’est-à-dire faire un lit au tragico-absurde qui s’est mué en un cercle national vicieux! Nous sommes bien en train de parler de la situation sociopolitique qui n’a que trop longtemps prévalue sur notre chère terre Togolaise. Si l’on peut convenir qu’un sombre égrégore constitué des émotions de peur, de peines, de colère et de désespoir et des désirs divers les plus déséquilibrés, squatte et obscurcit le champ aurique de l’entité Togo et que ceci pèse lourdement sur la conscience collective (c’est un fait, pour nous, indéniable), il est tout aussi claire, malgré tout, que cette entité autonome, qui a la capacité de leurrer, manipuler et forcer tout un mouvement populaire aussi déterminé soit-il dans un cycle d’impasses, ne peut être que par notre soutien, qu’il soit direct ou indirect (nous, et nous seuls, créons et alimentons notre réalité). Il nous parait alors que plus de 20 années d’infructueux efforts devraient avoir eu raison de notre irresponsabilité spirituelle collective notoire, d’où découlent tous nos maux sociaux et politiques. Après tant d’années de misères de tous genres, tout individu ou Peuple n’a-t-il pas le devoir d’observer un recul pour se poser les bonnes questions dont les réponses lui permettraient de procéder autrement ?

Pourquoi donc cette autoflagellation populaire continue, tragique et ridicule à la fin? Pourquoi une telle absence criarde de dignité, de vision et de tact (entre eux et envers le peuple) de la part des leaderships nationaux? Pourquoi malgré tant de courage manifeste, il faut se l’avouer, observé chez le peuple Togolais en général, sommes-nous et devons-nous rester emprisonner dans une telle spirale négative d’éternels recommencements des mêmes erreurs ayant pourtant produit des effets néfastes avérés tout au long des décennies de lutte, de souffrances et douleurs indicibles endurées par le si vaillant peuple du territoire Togo ? Pourquoi le peuple devrait-il suivre impuissant et aveuglément ses leaders au lieu du contraire ? Pourquoi devons-nous attendre qu’il y ait des évènements malheureux (mort d’homme et arrestations arbitraires) dans nos rangs pour enfin hausser le ton, monter d’un cran en intensité, dans les mouvements populaires contre le régime oppressant pour redescendre quelques semaines après dans nos traintrains populaires, plus ou moins amorphes, qui ne font qu’allouer du temps au régime pour mieux peaufiner ses stratégies pour nous embastiller ?

Certains le disent haut et fort depuis très longtemps, mais très peu les comprennent ou les écoutent. Dans l’état actuel de notre position sur le terrain, nous ne sommes même pas encore en train de nous battre contre ce régime. Au contraire, nous ne sommes, à ce stade, que dans des préliminaires à nous confronter à nos propres démons intérieurs collectifs, démons sur lesquels joue notre adversaire. Une confusion collective, un manque de confiance collectif, une auto-réduction collective, un état victimaire collectif etc… Et tant que cela demeurera ainsi, nos leaders, les versions actuelles, nous iront très bien puisque c’est nous qui les avons indirectement ou directement ‘investis’.

Plus que les masses populaires, il est clair que c’est le leadership qui est aisément manipulé et conquis par la stratégie du ‘Diviser et Régner’ pilotée par la ramification locale du Système Global en place. N’eut été cela, le peuple aurait eu tôt de s’élever au-dessus de ses divisions artificielles et non-stratégies patentes pour mettre en déroute ses oppresseurs séculaires au prix des sacrifices qu’il faudrait. Mais jusqu’ici, à l’opposé, nous avons payé et continuons de payer de lourds tributs tristement vains depuis quelques décennies sans un iota d’amélioration, juste pour constater que les choses vont de mal en pis. Tant d’exemples de haute trahison nous ont montré à suffisance que ce sont les têtes dirigeantes autoproclamées qui ont récupéré, ou devrait-on dire piétiné, les acquis engrangés à des moments critiques par les soulèvements populaires pour les revendre au pouvoir vacillant et/ou par pur égotisme abject. Mais ne nous faut-il pas à présent emprunter le droit chemin sans détours et abréger enfin les supplices du peuple, nos supplices ? L’action populaire fragmentée et dévoyée, par faute d’absence de vision et de stratégie d’un leadership infiltré, conduit à des sautes d’humeur populaires canalisées par les soins de nos fameux leaders d’opposition et le pouvoir n’a plus qu’à veiller ensuite tout simplement à ce que toute cela aboutisse dans une impasse. Encore et encore. Sauter d’une exigence à l’autre pour chaque évènement malheureux qui vient frapper dans les rangs de la masse populaire mobilisée contre le pouvoir, lesquels évènements ne sont qu’une suite de conséquences logiques inhérentes à la nature du système des hommes/femmes que nous combattons, ne doit-il pas faire place à des actes bien plus muris et mis en route avec détermination et sans compromissions ?

Nous savons bien qu’il y a une cause-mère qui produit tous ces effets sociopolitiques et socioéconomiques néfastes, et sur cette cause-mère-là nous devons nous focaliser. Ne pouvons-nous pas voir que ces effets secondaires sont malheureusement très logiques et n’interviennent souvent que dans une stratégie de diversion et de dissipation des énergies du peuple en vue de le ramener et le maintenir perpétuellement dans un cercle de contestation/répression/violence/protestation à la fois vain et tragiquement confus? C’est d’une irrationalité infantile de vouloir à chaque fois aller ou exiger des négociations alors que l’équilibre des forces est largement en votre défaveur. Non pas tant à cause d’un manque de combativité de la part du peuple Togolais, mais à cause d’une classe dirigeante qui écoute et croit plus en la magie de sa ‘communauté internationale’ qu’en la force et à la détermination de son propre peuple. Le peuple ne sert plus que comme une espèce de béquille secondaire, c’est-à-dire une chose que l’on envoie à l’abattage pour regagner l’intérêt de l’élite mondiale qui trône sur les affaires du monde. Alors surement que si nous, le peuple, pouvions assurer un contrôle direct sur le processus en cours, nous pourrions faire en sorte que rien ne soit entrepris qui vienne saborder nos laborieux efforts et sacrifices jusqu’à ce que le pouvoir tombe ou craque et demande des négociations en toute bonne foi ; cela pourrait se faire mais dans le maintien des pressions populaires en cours.

Ce que nous essayons de dire ce sont nos difficultés à cerner la mentalité des leaders des structures politiques et de la société civile qui leur dicte le maintien de certaines postures et stratégies du cercle vicieux, d’infantilisation et du mépris inconscient d’eux-mêmes et donc forcément du peuple. On y va, et je me répète, d’une manière très amorphe dans des manifestations de revendications politiques jusqu’à ce qu’il y ait eu mort d’homme ou arrestations arbitres, et ce n’est seulement qu’en ce moment qu’on semble durcir de manière passagère le ton pour exiger des choses qu’on sait en toute conscience ne pouvoir obtenir ou à tout le moins n’apporterons rien de significatif au but visé. Et du coup toute l’énergie populaire autour de la problématique principale est détournée vers un sous-produit qui n’est qu’un détail du tout. La conséquence à chaque fois est un affaiblissement provisoire voulu par dissipation de l’élan populaire. Pourquoi ne voyons-nous pas le piège en cela?

Une oligarchie déshumanisée a déclaré une guerre totale à son peuple, le peuple Togolais, et n’a eu de cesse de nous le démontrer. Que voulons-nous à la fin, gagner sans livrer bataille ? Ou peut-être que nous croyons-nous déjà engagés dans le combat ? Ne pouvons-nous pas voir que nous sommes tenus en laisse par la bande de leaders même que nous suivons aveuglement et passionnément ? Pourquoi collectent-t-ils l’argent du peuple déjà meurtri et appauvri pour financer et entretenir des cirques tragiques et des tournées en Occident aussi ridicules qu’humiliantes auprès des instigateurs et principaux bénéficiaires de notre tragédie Nationale ? Que pensons-nous en tirer ? Qu’avons-nous compris des véritables enjeux économiques et géo-stratégiques qui se jouent autour du continent?  

Nous, le peuple, devons arrêter de nous laisser mener à l’abattage sacrificiel tout droit sur l’autel de notre ennemi même par nos amateurs de leaders. Nos supplices prendront fin quand nous le déciderons. Ils prendront fin quand nous aurons enfin compris qui nous sommes, ce que nous voulons vraiment et jusqu’où nous sommes prêts à aller pour atteindre ce que nous visons. Un peuple véritablement politiquement mature ne suit pas un ou des leaders. Il est collectivement son propre leader et se fait servir et respecter par des représentants qui le suivent dans ses légitimes aspirations. En nous reposant sur les structures sociales et politiques actuelles qui nous vendent des versions concoctées et influencées par l’extérieur au profit de l’extérieur (par rapport à votre vécu intérieur et à nos intérêts communs réels), nous prêtons le flanc à un contrôle facile par le biais de nos leaders confus et lourdement sous influence (spirituellement, psychologiquement et physiquement parlant). Nous ne déterminons pas la stratégie ni la marche des évènements alors que nous en constituons le moteur et en sommes les premières victimes.

Qu’il nous souvienne qu’au déclenchement des évènements politiques, début des années 90, nous avons tous été témoins de la force, de l’impact des soulèvements populaires spontanés et du courage des masses populaires que nous constituons, et ce en l’absence d’un véritable leadership affiché. Mais dès que certains hommes et femmes ont commencé par émerger du boisage pour s’autoproclamer tél ou tél et que nous nous sommes laissés récupérer par leurs structures nébuleuses, tout a, en définitif, lentement et subtilement basculé. Ces dits leaders n’ont pratiquement jamais pris la tête de quelque manifestation populaire que ce soit alors qu’ils encourageaient et envoyaient depuis leurs cachettes, les populations vers ce qu’ils considéraient dangereux pour eux-mêmes. Ce fut du jamais vu dans la sous-région Ouest-Afrikaine. Et cela fut ainsi jusqu‘à la tenue de la conférence dite Nationale et même des années après. Force est de constater que nous n’avons pas observé de changements significatifs à ce jour. Peut-être bien quelques habillages qui ne touchent en rien au comportement orgueilleux, humiliant et égotique du leadership.

Pour pousser par conséquent vers une tournure radicale des évènements au profit du souverain peuple, nous, le peuple, devons reprendre les rênes de notre pouvoir collectif. Et c’est seulement ainsi que nous pourrons véritablement imprimer l’allure, l’intensité et la nature des actions politiques sur le terrain et en assumer toute la responsabilité. Commençons par agir en dehors de toute structure politique ou sociale formelle et nous verrons par nous-mêmes la force et l’impact rapide et efficace de nos actions.

Il serait donc plus que temps de passer à une autre approche de règlement de l’embrouille sociale et politico-spirituelle en cours au Togo. Le temps ici est déterminé par l’état de préparation d’une  conscience collective (opinion publique) à l’abandon d’une posture de mené, ayant prouvée son incongruité, pour une de meneur plus mature et difficilement faillible ; et non un de décrété par une classe politique à bout de force, à force d’égarement, d’entêtement dans l’erreur et d’attitude paternaliste vis-à-vis du peuple.

Les mouvements populaires de revendication sociopolitique, qu’ils soient sporadiques, soutenus, pacifiques ou violents ont échoués, il faut en faire le constat. Cela se voit de par le monde, et pour pouvoir espérer un semblant de résultat, il faut pouvoir arriver à mobiliser une bonne moitié de la population de façon continue et avec au bout beaucoup de pertes en vies humaines sans garantie de succès, sinon de succès durable. En outre, ces mouvements, depuis le niveau de conscience actuel où ils sont alimentés, sont voués soit à l’échec soit à une perpétuelle récupération tant que la nature même du système régnant n’est pas cernée et neutralisée. Et ceci ne peut être fait en prenant en compte, dès le départ, la dimension mondialiste/internationaliste des acteurs derrière les enjeux dont nous sommes la cible. Sans cela, on continuera à ‘jeter des cailloux dans la mer’, c’est-à-dire que nous payerons le prix fort pour quelque chose qui retombera dans les mains de nos ennemis aussitôt que nous penserons en avoir conclu le transfert. Exactement comme pour nos dites indépendances arrachées de haute lutte.

Il doit nous paraitre suffisamment clair à présent qu’en lieu et place de réponses véritables, mentalement et émotionnellement imparables, au défi socio-politique majeur auquel nos Peuples font face, ce à quoi nous assistons maintenant, notre posture sociopolitique actuelle n’est que de la ré-action, c’est-à-dire la répétition littérale de l’histoire. Face à des actions d’un Gouvernement hostile et diablement déterminé, nous devons faire preuve d’ »habilité à répondre » par des actes intelligents et courageux qui portent en eux, dans tous les cas, la semence des solutions recherchées, c’est-à-dire montrer de la respons-abilité.  

Action n’étant pas nécessairement synonyme de mouvement (physique), nous préconisons l’ouverture de deux fronts d’importance égale (un seul en fait) pour redynamiser de manière certaine la lutte sociopolitique et repositionner le peuple pour une victoire durable à ce stade des évènements. Pour nous, il est primordial que l’on comprenne que nous nous devons de soutenir énergétiquement l’Âme de l’entité Togo en ensemençant de lumière, de façon quotidienne, sa conscience de masse actuelle qui ploie sous les attaques nourries des forces de l’ombre afin de libérer son mental. Sans un mental sain rien ne peut se créer, en tous cas pas en bien. Et ce que nous voulons créer en tant que peuple doit pouvoir trouver une existence claire et sans conflit dans notre mental collectif avant de pouvoir prendre forme dans notre dimension matérielle. Nous demeurons convaincu que cette action tient un rôle capital dans le processus de ré-création de notre Togo nouveau.

Il y a donc des actions ciblées à coordonner tant au plan matériel que spirituel/énergétique. Certains objecterons que c’est déjà le cas avec les prières religieuses et aux autres sorties rituelles, mais nous pensons proposer une pratique qui va au-delà des récitations et formules pré-écrites plus ou moins mystérieuses dont quelques-uns seulement détiennent le secret et qui ont de toutes les façons prouvées leurs limites à ce jour. Une pratique accessible sans initiation à un peuple de bonne volonté et plus puissante si collectivement exercée ne serait-ce que par une bonne minorité de la population. Rappelez-vous, en face ils ne sont qu’une infime minorité, tout comme leurs maitres à l’échelle mondiale, à contrôler l’écrasante majorité que nous constituons. Beaucoup diront qu’ils y arrivent d’abord et avant tout grâce aux hommes en armes et le pouvoir financier qu’ils ont à leur disposition, mais nous osons affirmer que c’est d’abord par leur capacité à manipuler subtilement nos consciences à un niveau que nous sommes loin de soupçonner que cela se produit si facilement. Ils ont donc acquis une ‘espèce d’excellence’ sur les deux plans de manifestation et l’utilisent à fond tandis qu’en face d’eux, ils ne reçoivent que du chaos et de la confusion comme réponse.

Au plan matériel, deux options s’offrent à nous :

v Une option insurrectionnelle populaire violente, et

v Une option résurrectionnelle populaire pacifique.

La première nécessite qu’une bonne majorité de la population se déverse dans les rues et les occupe jusqu’à obtention des exigences légitimes, c.-à-d. la chute pure et simple de tout le système. Cette option vire toujours à la violence à cause de la propension des gouvernements à l’utilisation de la force pour casser le mouvement. La deuxième nécessitera un sursaut de dignité et de fierté à un haut niveau de notre être collectif national qui nous commande de faire passer l’esprit avant la matière, l’être plutôt que le faire, les valeurs d’humanité plutôt que les avantages matérialistes divers. Cette option implique la cessation de toute collaboration à quelque niveau que ce soit avec les structures et leurs représentants pour leur enlever tout appui qui nourrit leur entreprise maléfique. Le système succombera faute de support.

Nous penchons évidemment pour la deuxième option, car au bout de ce cheminement il y a un gain indéniable en maturité spirituelle et politique. Toute identification à un cadre politique, social ou économique doit être mise de côté, en sourdine. À cet effet, une seule structure non partisane doit être mise sur pied avec un but et des objectifs bien (re)définis, tous ayant pour finalité la mise à mort du régime/système. Arrêtons la focalisation sur ‘un tel ou un tel doit partir’, c’est tout le bloc qui doit tomber, et au-delà du visible, les mains obscures cachées.

Nous préconisons un Boycott Général Illimité de toutes les activités économiques du pays (Togo Mort), c’est-à-dire l’arrêt de l’alimentation du système, sa raison d’être même,  qui fabrique et entretien nos bourreaux pour amoindrir les pertes de vie inutiles, maximiser la pression de manière pacifique et relativement précipiter la fin des supplices. Ce que nous n’avons pas pu frôler en plus de deux décennies d’errements politiques et de vaines souffrances sociales, nous allons indubitablement pouvoir l’atteindre en moins d’une année de combat véritablement recentré avec comme épine dorsale une forte adhésion nationale populaire dans la solidarité les uns envers les autres sur tous les plans. Il faut créer une structure centrale Nationale, émanation d’une organisation Territoriale en 3 ou 4 Régions Insurrectionnelles/Résurrectionnelles. Ces Régions peuvent se structurer localement de façon à reposer sur une base et coordination sociales solides, efficientes. Les leaders sont désignés par plébiscite sans coloration/étiquette politique explicitement affichée, et l’agenda sociopolitique est le reflet des principales aspirations du peuple. Le collège des leaders ne peut qu’apporter des ajustements et améliorations en tenant compte des réalités qui ne sont pas toujours visibles pour la masse, mais avec l’accord populaire. Nul ne devrait donc pouvoir surseoir à quelque action ou mouvement que ce soit, excepté par une décision populaire.

Pour une cohésion d’ensemble, toutes les actions syndicales revendicatives et de toute autre nature doivent fondre dans l’unique action politique d’intérêt national et global. Il faut éviter les pièges des dissipations et des distractions stratégiquement mises en avant à un moment ou à un autre. Arrêtons d’y aller en rangs dispersés, tantôt pour des revendications d’ordre salarial, tantôt d’ordre légal, tantôt d’ordre politique etc., tout en entretenant une illusion d’unité. C’est illogique de réclamer des améliorations financières à un système de gouvernement d’obédience satanique et prétendre au même moment vouloir sa mort. Cela peut présupposer que dès que vous aurez éventuellement gain de cause, vous rentrerez tout simplement dans les ‘rangs’ pour jouir de vos minuscules avantages financiers fraichement acquis. N’êtes-vous pas prêts à risquer vos postes pour secourir l’âme liée et malmenée de votre peuple ? Ferez-vous passer donc les intérêts de la minorité que vous êtes au-dessus de ceux du peuple dans sa globalité ? Nous ne voulons pas le croire. Mais si c’est le cas, alors nous avons encore un long chemin devant nous.    

Non seulement nous tous, pauvres, gens ordinaires, aisés et riches, devront consentir à ces sacrifices qui sont à la fois financiers et matériels (ce qui est déjà le cas pour certains d’entre nous), mais surtout des hommes et des femmes fortunés de l’intérieur comme de l’extérieur du Pays qui ont toujours proclamé tout haut leur amour et peine pour cette terre, pourraient mettre leur fortune à contribution pour soutenir littéralement toute une Nation dans son douloureux accouchement. Ou devrais-je dire pour soutenir l’effort de guerre du peuple. Guerre qui doit être plutôt abordée comme une de libération et d’indépendance. Nous voudrions ici faire un arrêt sur la guerre d’indépendance des États-Unis de 1775 à 1783, durant laquelle n’eut été le financier Robert Morris, et d’autres bien sûr, qui a porté financièrement à bout de bras les troupes indépendantistes au point de se retrouver ruiné par la suite, l’Amérique aurait connu un sort bien différent. Nous sommes en guerre, frères et sœurs Togolais, une guerre d’un autre type plus dévastatrice encore et nous avons besoin de vrais patriotes qui ne se font pas plus de soucis pour leurs fortunes personnelles et leurs carrières politiques que pour la Liberté et la Dignité du Peuple et de la Race dont ils sont issus. Les fonds qui sont envoyés surtout de l’extérieur et qui n’ont servi jusqu’ici qu’à financer les non-stratégies des oppositions politiques actuelles doivent être autrement investis dans un premier temps. Une meilleure utilisation serait pour l’achat de stocks de vivres et de médicaments pour alimenter les réseaux de substitut qui prendront la relève des structures officielles qui seront mises en quarantaine durant le déclenchement des actions. Les ‘où’ et les ‘comment’ de ces structures relèveront d’une organisation interne. Imaginez un groupe de 100.000 Togolais de la diaspora s’engageant à contribuer 50 EUR mensuel (et ceci est à la portée d’un plus grand nombre, bien évidemment) dans un programme de soutien direct à la population sur place pendant toute la durée de l’action populaire. Il y aurait 5 Millions d’EUR, soit plus de 3 Milliards FCFA mensuel pour faire le nécessaire à ce que le mouvement tienne le temps qu’il faudra.

L’autre rôle idéal de la Diaspora Togolaise serait d’assurer la logistique de la Grande Structure Résurrectionnelle Nationale. Elle doit s’assurer que l’information juste parvienne à l’opinion publique internationale (pas la communauté internationale) par tous les moyens possibles afin de garantir une audience à la cause populaire. Ce travail doit être surtout orienté vers l’opinion publique Afrikaine (Ouest-Afrikaine en particulier).

Étant donné que l’accessibilité du territoire et les activités publiques comme privées seront plus ou moins perturbées, des relais devraient être montés dans les pays qui nous sont frontaliers, Bénin, Ghana et Burkina Faso, pour pouvoir joindre et facilement acheminer les différents moyens mis en place pour soutenir la Grande Cause Nationale. Les peuples Afrikains vont devoir se réveiller et comprendre l’impérieuse nécessité de faire de la lutte menée par les frères et sœurs de chaque entité territoriale, dans leur forme actuelle sur le continent, la leur. Le ‘Diviser et Régner’ sévit non seulement à l’intérieur de nos micro-États, mais aussi entre eux. Cela doit s’arrêter au plus vite.

Au plan spirituel, nous devons commencer à nous détourner de notre état actuel d’aveugles spirituels résignés mal guidés par la pléthore de prêtres et prêtresses tant religieux que vodu tout autant malavisés, et/ou complices pour beaucoup. On ne combat pas les ténèbres par les ténèbres. Nous ne faisons que les alimenter, les rendre plus forts. Les tenants du régime sont à l’extrême versés dans le spiritisme satanique et ont eu tout le temps pour mettre sur pied une stratégie qui a su « fédérer » une armée autrefois disparate de divinités claniques nationales sous leurs ordres. Et cela beaucoup préfèrent l’ignorer ou en minimiser les conséquences. Cela fut fait sous feu le père Gnassingbé avec la complicité des gardiens des traditions Afrikaines (Togolaises) dont vous ne cessez de vous réclamer et le schéma du long règne de la satanique dynastie fut implanté dans la conscience collective nationale avec l’assurance de la complicité de ces divinités mêmes par lesquelles vous ne cessez de jurer. D’autres actes lourds de conséquences ont également été posés à différents intervalles avant et pendant les luttes pour l’indépendance. Tout ceci forme une toile vibratoire qui asservit le Peuple dans sa conscience collective et doit être prioritairement traité. Par conséquent, quel que soit le travail énergétique que vous voulez faire, si vous passez par ces dernières ou le concept religieux tordu de Dieu, vous pouvez être sûrs de contribuer à fortifier les rangs de l’ennemi avec les formes-pensées et toutes les émotions négatives que vous leur envoyez pour consommation gratuite. Nous avons grandement besoin de vrais guerriers de l’Esprit qui agissent à partir d’une conscience d’amour et de lumière, capables de transcender les limites des réalités clanico-ethniques tridimensionnelles et astrales des illusions de pouvoir et de protection.

Nous, peuple, allons devoir collectivement redéfinir la stratégie globale de lutte au niveau spirituel sans aucune forme de séparation ou de suprématie par rapport à quelque niveau que ce soit (matériel), tout étant intimement imbriqué. Nous devons tournez notre regard vers le pouvoir du triple feu sacré logé à l’intérieur de nos êtres et ce par le biais de la méditation au quotidien. Nos diverses prières quotidiennes ou hebdomadaires doivent se transformer en des méditations conscientes par la communion avec Dieu (le Christ) en nous, durant lesquelles nous envoyons toutes sortes d’énergies, de formes-pensées exclusivement positives avec la pure intention de guérir, de booster, et de relever la conscience collective du peuple afin qu’il retrouve suffisamment de clarté intérieure, d’unité et de sagesse pour se mettre debout et tenir face au règne de la terreur qui lui est imposé, et renverser le rapport des forces en sa faveur. À ce stade, nous espérons voir un ou des réseaux formés, dans la diaspora tout comme sur le territoire Togo, par lesquels des séances de méditation globale sont programmées à des heures précises à convenir afin de diriger un feu nourri de lumière sur tout le territoire et spécifiquement des lieux réputés chargés négativement, les institutions clés où sont planifiés et exécutés les sales besognes etc. Ceci peut être facilement organisé à travers un réseau social comme Facebook ou un site ou blog quelconque. Chacun peut aussi individuellement le faire selon son rythme propre.

Ceci mis en branle, montrera enfin un début d’Habilité à Répondre adéquatement au Mal auquel nous sommes confrontés en mettant finalement à contribution nos pouvoirs de créateurs coordonnés aux deux plans subtil et matériel de la réalité, et activera une assistance Divine conséquente qui seule pourra nous aider à nous sortir du gouffre maléfique.

Nous voudrions dire, pour conclure, que nous choisissons tous de naitre dans un endroit bien précis et parmi une communauté précise pour une mission convenue à l’avance, même si l’oubli provoqué par le processus de la descente dans la matière (naissance dans un corps matériel) nous amène à affirmer le contraire. Notre rôle premier, quand nous arrivons ici-bas, est de nous en rappeler pour éviter les distractions et les errements qui sont justement devenus le lot de notre humanité. Nous sommes bien conscient des obstacles psychoculturels et spirituels qu’un grand nombre devront franchir pour atteindre éventuellement cet état d’être, cette position à partir d’où l’on décide de devenir spirituellement adulte et émotionnellement mature afin de devenir maitre de sa réalité. Mais cela se révèle un passage obligé si nous souhaitons véritablement pouvoir mouler, sans de fâcheux recommencements éreintants, le devenir de nos Nations dans une stabilité, une authentique liberté et une harmonie sans cesse renouvelée. Il nous semble que vu les résultats produits par les divers évènements sociopolitiques dans le monde depuis quelques décennies, nous n’avons plus rien à attendre des voies ‘traditionnelles’ désormais verrouillées de conquête ou de reconquête populaire du pouvoir politique. Nous n’irons que de déception en déception, de récupération en récupération et finirons par disparaitre de la surface de la Terre. Il y a un besoin de vigilance populaire permanente afin que le peuple puisse garder la haute main sur les affaires de la Nation, et pour une effectivité de ceci, il faut L’UNITÉ ET LA SOLIDARITÉ DANS L’AMOUR. 

Il est impératif que nous sortions des vieux schémas trop viciés et inefficaces pour les surprendre sur un terrain où ils nous attendent le moins. À votre courage, peuple !

À propos de G. AKUÉ

Une Âme à la recherche d'une grande illumination à répandre sur les peuples de sa Race bien-aimée et la Race Humaine en général.

Voir tous les articles de G. AKUÉ

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Actualité politique et spor... |
La Voie des Peuples |
nouveaucentreindre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | VILISTIA RUSSIE GEOPOLITIQU...
| afriqueecologielesverts
| unavenirmeilleur