L’AXE REAGAN-BEGIN ET LES CRISES MONDIALES

15 juin 2015

Dr Peter D. Beter

L’AXE REAGAN-BEGIN ET LES CRISES MONDIALES EN EXPANSION

 

Dr. Peter D. Beter, Audio Letter N° 68.

 Par Dr. Peter D. Beter

Traduit de l’anglais par G. AKUÉ

http://www.peterdavidbeter.com/docs/all/dbal68.html

 

« AUDIO LETTER(R) » est une marque déposée de Audio Books, Inc., une société du Texas, qui a produit cet enregistrement sur bande. Reproduit sous licence libre accordée par Audio Books, Inc.

—————————————————————-

 

Ceci est la LETTRE AUDIO(R) du Dr Beter, 1629 K Street NW, Washington, DC 20006.

Bonjour, mes amis, c’est le Dr Beter. Aujourd’hui nous sommes le 30 Septembre, 1981, et ceci est ma LETTRE AUDIO (R) N° 68.

Un jour, le mois dernier, une machine apparemment maladroite dans l’espace profond écoutait patiemment des signaux radio de la Terre. La machine avait quitté la terre quatre années plus tôt, et elle ne reviendra jamais. Mais la machine, un robot spatial, n’éprouvait pas de la solitude. Il faisait le travail pour lequel il avait été construit. Après avoir plongé à travers les vastes étendues de l’espace profond, il se dirigeait vers un rendez-vous dramatique. Enfin, le robot de l’espace détecta les signaux radio qu’il attendait. Lorsque les signaux sont arrivés crépitant à travers l’espace depuis la terre, ils étaient très faibles. Ils avaient pris près d’une heure et demie pour arriver en raison de la distance astronomique impliquée. Même ainsi, le robot spatial reconnut les commandes de radio et y obéit. Il s’est réveillé, a tendu ses bras mécaniques et ouvert ses yeux de télévision, et il communiqua par radio vers la Terre qu’il était prêt pour son rendez-vous génial dans l’espace.

À Pasadena, en Californie, le Jet Propulsion Laboratory annonça aux journalistes que tout allait bien. VOYAGER II fonctionnait parfaitement alors qu’il approchait de cette spectaculaire planète d’anneaux, Saturne. Et tout aussi important, VOYAGER II était sur la bonne voie. Il avait fait la course à travers l’espace durant quatre ans, et était à près d’un milliard de miles. C’est plus de dix fois la distance de la Terre au Soleil, et pourtant VOYAGER II était en retard de seulement trois secondes après son voyage de quatre années.

À mesure que le robot spatial Voyager II s’approchait de Saturne, il commença à accélérer. Le 25 Août VOYAGER II arriva à 63.000 miles de Saturne lui-même. C’est seulement environ un quart de la distance de la Terre à la Lune. Pendant qu’il le faisait, il était en train de voyager trois fois plus vite que la présumée Navette Spatiale en orbite. Puis VOYAGER II fonça vers l’extérieur à nouveau, passant dans les anneaux mystérieux tandis qu’il s’en allait.

Pendant des jours alors que VOYAGER II s’approcha de Saturne, le survola, et puis laissa derrière Saturne, nous avons pu voir des images en couleur de ce qu’il a vu. Une fois de plus les scientifiques comme les non-scientifiques voulaient savoir: pourrait-il y avoir une autre vie là-bas? La mouvante, furieuse atmosphère de Saturne semblait dire: « Pas de vie ici. » Au moins pas de vie que vous et moi pouvons imaginer.

Puis nous avons vu des photos des lunes de Saturne. Les scientifiques ont été intrigués et stupéfaits par les surprises qu’ils ont vues. Chaque lune est différente des autres, et malgré tout dans la mesure où la question de la « vie » est concernée, il semble qu’elles sont toutes les mêmes — froides, des mondes gelés et des fragments de mondes, des mondes recouverts de cratères comme des cicatrices de la variole céleste; des mondes brisés ayant un impossible cratère géant d’un côté et recouvert de lignes fracassées partout ailleurs.

Pour autant que la « vie » est concernée, Saturne s’est avéré être un autre Jupiter. Même si certains des blocs constitutifs de la vie sont présents ici et là, aucune vie indépendante ne semble avoir commencé là-bas. Jusqu’à présent, les recherches de l’homme sur le Système Solaire semblent avoir remontées à la même réponse partout en ce qui concerne « la vie ». Mars semble comme s’il a pu porter la vie il y a longtemps; mais si c’est le cas, apparemment quelque chose l’a détruite. Vénus est une planète riche à bien des égards; mais en raison de sa chaleur et d’autres facteurs, la richesse de Vénus apparemment n’inclut pas la vie indigène. Quant à Mercure, la planète la plus secrète, les perspectives sont encore plus sombres. Mercure est si près du soleil que l’on croit qu’il pourrait y avoir des rivières de plomb sur le côté ensoleillé.

Pendant que je prononce ces mots, VOYAGER II est une fois de plus en train de plonger dans le vide sans voie de l’espace profond. Prochain arrêt, Uranus — cinq années à partir de maintenant. Si VOYAGER II survit à ce voyage solitaire, il pourrait nous apprendre encore plus.

Mais nous n’avons pas besoin d’attendre aussi longtemps pour commencer à tirer des conclusions sur notre propre vaisseau spatial, la Terre. Mes amis, notre belle planète Terre est unique dans notre système solaire. Elle a juste la bonne taille pour maintenir l’atmosphère dont nous avons besoin pour respirer et conserver l’eau que nous avons besoin de boire, et elle est juste à la bonne distance du soleil. Beaucoup plus loin, et notre planète deviendrait trop froide; beaucoup plus proche, et elle deviendrait trop chaude. Comme elle est, tout ce qu’il faut pour la vie est présente dans un équilibre donné par Dieu. Les autres planètes de notre système solaire sont fascinantes, spectaculaires, et peut-être même utiles à l’homme un jour; mais il n’y a aucune autre planète si utile, si belle et si spectaculaire que la planète bleue, la planète Terre.

Aujourd’hui, les hommes obsédés par la cupidité et la soif de pouvoir menacent de détruire ce que Dieu a créé pour vous et moi ici, sur terre. Ils jouent à des jeux de guerre avec des armes biologiques et chimiques, des armes nucléaires, et le génie génétique. Ils contaminent notre monde avec des déchets dangereux pour satisfaire leurs propres désirs égoïstes. Les pilotes actuels du vaisseau spatial Terre sont tous en train de nous faire voler sur une trajectoire de collision avec la catastrophe. S’ils ne sont pas arrêtés, nous avons déjà vu notre avenir à travers les yeux du robot VOYAGER II. La bonne Terre, notre maison donnée par Dieu, finira comme un monde mort et brisé.

Mes trois sujets spéciaux pour cette LETTRE AUDIO sont:

Sujet n° 1 – L’AXe REAGAN-BEGIN et les crises mondiales en expansion

Sujet n° 2 – retard délibéré dans le lancement de la navette spatiale

Sujet n° 3 – LE BUDGET et les plans économiques corrompus de Reagan.

 

Sujet N° 1L’Axe Reagan-Begin et Les Crises Mondiales en Expansion

Plus tôt ce mois-ci, le 10 Septembre, une réunion au sommet de deux jours entre les États-Unis et Israël prit fin ici à Washington. Par la suite, les entités Reagan et Begin firent éruption avec des paroles de louange mutuelle. C’était comme si la récente guerre aérienne Israélienne sur l’Irak et le Liban n’était jamais arrivée. Il n’y avait pas un souffle pour suggérer que Washington était en train de demander à Israël d’observer une retenue à l’avenir. Au lieu de cela, il y avait des paroles luisantes au sujet d’un nouvel élargissement important de la relation stratégique entre les États-Unis et Israël!

Officiellement, cette nouvelle relation militaire se concentrera sur trois grands domaines:

Un domaine de collaboration sera le stockage de matériel de guerre américain en Israël. Supposément, cela comprendra tout depuis les fournitures médicales aux chars et d’autres armes pour la Force dite de Déploiement Rapide (Rapid Deployment Force). Le stockage d’armes Américaines en Israël est présenté au public comme si cela était un nouveau développement, mais le fait est que ceci se passe dans le secret depuis des années. J’ai en premier lieu signalé cela dans mes LETTRES AUDIO il y a six ans de cela à l’automne 1975. Dans la LETTRE AUDIO N° 6, en particulier, j’ai signalé le stockage d’armes américaines, y compris les armes nucléaires tactiques, en Israël. Elles étaient là dans le cadre des préparatifs à long terme pour la frappe nucléaire limitée à venir d’Israël contre les champs pétrolifères Saoudiens. Aujourd’hui, six ans plus tard, ces plans sont de plus en plus proches de leur réalisation.

Le deuxième domaine majeur de la coopération Américaine et Israélienne annoncé ce mois-ci implique une planification stratégique conjointe et le partage de Renseignement. Là encore, il est dit au public que ce sera quelque chose de nouveau, alors qu’en réalité il s’agit déjà d’une pratique établie. Lorsqu’Israël a détruit la centrale nucléaire Irakienne en Juin dernier avec des F-16 Américains, ce n’était qu’une partie d’une stratégie commune plus grande. De même, le plan de l’Administration Reagan de vendre des avions radars AWACS à l’Arabie Saoudite a l’approbation secrète d’Israël. Il est destiné à aider à donner à Israël le prétexte, l’excuse dont elle a besoin, pour attaquer les champs pétrolifères Saoudiens. J’ai rendu compte en détail de ces plans stratégiques conjoints par Israël et les États-Unis dans les enregistrements récents. De même, j’ai signalé dans le passé d’autres aspects de cette planification militaire conjointe en cours.

Mes amis, il n’y a rien de nouveau du tout à ce sujet. L’équipe Reagan-Begin a aussi proclamé l’ouverture d’un troisième domaine majeur de la coopération militaire. On nous dit que les forces militaires des États-Unis et d’Israël vont commencer maintenant des exercices et manœuvres militaires conjoints. Comme avec le reste de l’accord global, nous sommes censés croire que c’est quelque chose de nouveau; mais le fait est que beaucoup plus que la pratique d’exercices a été déjà accompli par Israël et les États-Unis — pas de simples exercices, mais des opérations militaires conjointes réelles ont eu lieu plusieurs fois au cours des dernières années.

Jusqu’à présent, toutes ces opérations militaires conjointes ont été secrètes; toutes ont été totalement cachées à la vue du public, sauf une. Cette seule exception était « OPERATION GUYANA » en Novembre 1978. Cette affaire était unique parce qu’un événement faisant la une des journaux a été utilisé comme une couverture pour l’opération militaire secrète elle-même. Nous n’étions pas autorisés à entendre les reportages sur le raid secret du Commando Américano-Israélien en Guyana ce mois-ci. Notre Gouvernement n’a jamais admis qu’il y avait une base de missile Russe là-bas, et ainsi nous n’avons pas été informés à ce sujet quand cette base a été détruite; mais nous avons vu l’évènement dégoutant qui a été mis en scène en premier lieu afin de rendre possible le raid du Commando — le massacre de Jonestown!

Il y a quelques jours, le seul procès Américain dans le cadre de la tragédie de Guyana a pris fin en annulation du procès. Larry Layton, un ancien membre de la secte de Jim Jones, avait été attrapé comme un bouc émissaire; mais Layton n’était rien de plus qu’un petit joueur sur la scène du Guyana, et son procès s’est terminé avec un jury désespérément dans l’impasse.

Pendant ce temps, les vrais coupables à Jonestown s’en sont tirés dans l’impunité parce que les vrais criminels, mes amis, sont les membres de la junte militaire secrète conjointe des États-Unis et d’Israël.

Dans la LETTRE AUDIO N° 67 le mois dernier, j’ai appelé l’attention sur cette junte militaire conjointe et son pouvoir croissant, et maintenant le résultat de la rencontre Reagan-Begin ce mois-ci a donné une confirmation publique de l’existence de cette junte. La large relation stratégique entre les États-Unis et Israël n’est pas nouvelle comme cela est prétendu.

Ce qui est nouveau, c’est que la junte conjointe Bolchevique-Sioniste devient de plus en plus publique. Comme leur pouvoir grandit, ils font de plus en plus étalage de ce pouvoir. C’est juste un symptôme de plus de la mentalité Bolchevique-Sioniste dont j’ai parlé le mois dernier. Une fois qu’ils acquièrent du pouvoir, ces gens vont toujours trop loin. L’Axe Reagan-Begin est au centre d’un tourbillon en expansion de crises mondiales. Les points chauds du monde continuent à se multiplier. La stratégie Bolchevique pour préparer le monde à la guerre, que j’ai révélée le printemps dernier dans la LETTRE AUDIO N° 63, est en train d’avoir son effet. Lentement mais sûrement, le monde entier est aspiré dans le vortex tournoyant de tension et de conflit; et au centre, l’Axe Reagan-Begin est en train de brouiller de plus en plus vite les cartes. La tempête grandissante de conflits mondiaux en ce moment est centrée dans le Moyen-Orient. Dans l’œil de la tempête se trouve Israël. Quand on se déplace vers l’extérieur d’Israël dans tous les sens, il y a de plus en plus de tourmente.

D’abord, regardez au nord vers le Liban. Après que Begin ait quitté Washington ce mois-ci, les Israéliens n’ont pas perdu de temps pour de nouveau réchauffer leur bataille en cours avec l’OLP. Le 17 Septembre, une semaine peu après la réunion Reagan-Begin, il y avait deux grandes explosions à la bombe dans le nord et le sud du Liban. Comme d’habitude, les guérilleros de l’OLP étaient censés être les cibles; mais aussi, comme d’habitude, ceux qui ont été en réalité tués par les explosions israéliennes étaient pour la plupart des civils, dont de nombreux femmes et enfants. Ces deux attentats ont tué plus de 40 personnes et en a blessé plus de 100.

Leur but visé était de provoquer des raids de représailles contre Israël par l’OLP pour que le gouvernement israélien puisse crier que leur ennemi était la menace de l’OLP; mais l’OLP n’a pas encore forcé les Israéliens en ripostant. Les Israéliens sont pressés d’attiser de nouvelles tensions de guerre, alors il y a eu plus de bombardements Israéliens au Liban ces derniers jours, et ils continueront. Les Israéliens ont l’intention d’irriter l’OLP le temps qu’il faut en vue de provoquer une contre-attaque. Puis, quand cela arrivera, les victimes israéliennes qui en résulteront feront les grandes nouvelles en Israël et en Amérique. Le Premier Ministre Begin sera vu en train de parler hypocritement de la menace inacceptable qui continue à provenir de l’OLP, et il fera en sorte de mentionner l’Arabie Saoudite comme le vrai coupable pour le financement de l’OLP. Ainsi, mes amis, le terrorisme Israélien au Liban vise en réalité l’Arabie Saoudite!

Dernièrement, le gouvernement Israélien a parlé d’une solution permanente au problème présumé des raids de l’OLP contre Israël. Cela a commencé il y a deux mois après qu’une attaque présumée de l’OLP ait tué et blessé plusieurs Israéliens. Begin a annoncé qu’Israël allait mettre un terme à ces raids, je cite: « une fois pour toutes. » Quelques jours plus tard, l’Armée de l’Air Israélienne a horrifié le monde par son bombardement général de Beyrouth et de tout le sud du Liban. Maintenant, les Israéliens sont en train d’irriter l’OLP à frapper de nouveau; et s’ils le font, le gouvernement israélien dira, en fait, que frapper les bases de la guérilla au Liban jamais n’apportera la solution permanente souhaitée. Au lieu de cela, le doigt accusateur de Begin pointera de plus en plus vers l’Arabie Saoudite. Mes amis, tout cela fait partie du développement vers la frappe nucléaire limitée prévue par Israël sur les champs pétrolifères Saoudiens.

En attendant la partie Reagan de l’Axe Reagan-Begin est à pied d’œuvre sur le plan prévu de la vente des radars AWACS à l’Arabie Saoudite. Ceci est destiné à être juste un clou de plus dans le cercueil de l’Arabie Saoudite en faisant apparaitre l’Arabie Saoudite comme une menace directe pour Israël. Au point où on en est actuellement, il y a une chance que la vente des AWACS ne sera pas approuvée par le Congrès. Ceci est le résultat de la lutte cachée de pouvoir qui divise maintenant le Gouvernement des États-Unis. Mais même si l’AWACS ne passe pas, l’équipe Reagan-Begin dispose d’un atout important. La Grande-Bretagne a déjà promis de combler la brèche si l’opération AWACS échoue. Si ce n’est l’AWACS, les Saoudiens peuvent acheter un avion Britannique similaire appelé « Nimrod »; et aux fins de donner à Israël un prétexte pour l’attaque, Nimrod servira très bien.

En plus de l’Arabie Saoudite, la Syrie est en train d’être attirée dans la toile des plans de guerre israéliens à travers le Liban. Nous les Américains oublions souvent que la Syrie, contrairement à Israël, a le droit légal d’être au Liban. Le gouvernement Libanais a invité la Syrie au Liban pour mettre un terme à la lutte entre les droitistes et les gauchistes du Liban lui-même. Les Syriens sont là comme le corps principal d’une force Arabe de maintien de la paix; et, mes amis, il n’a pas été demandé aux Syriens de quitter. En revanche, Israël ne possède aucun droit légal que ce soit pour mener des opérations militaires de quelque nature au Liban — mais pour ceux qui gouvernent Israël, la force fait le droit. Le Liban est faible et Israël est fort, alors les Israéliens considèrent comme leur droit d’attaquer à volonté les ennemis réels ou imaginaires au Liban.

À la fin d’Avril dernier, des avions israéliens ont abattu deux hélicoptères Syriens. Les Syriens, qui, je le répète, sont légalement au Liban, ont répondu en apportant des missiles anti-aériens dans cette zone du Liban. Les Israéliens, qui n’avaient pas le droit d’être là en premier lieu, ont immédiatement crié « faute ». Une crise éclata autour des missiles SAM Syriens.

Pendant plus de trois mois maintenant, la crise autour des missiles syriens a été mise en veilleuse. Israël s’affairait dans d’autres voies. Il a détruit la centrale nucléaire Irakienne et mené des raids génocidaires contre les habitants de Beyrouth. Dans l’intervalle, les missiles anti-aériens Syriens n’ont pas fait du mal à Israël. Mais maintenant, les Israéliens sont prêts à attiser le trouble avec la Syrie à nouveau, et ainsi juste au cours des derniers jours l’entité Begin a brusquement ravivé la question des missiles Syriens. Il dit qu’ils doivent être retirés sans délai. Sinon, dit Begin, Israël ne sera pas responsable des conséquences. Pouvez-vous imaginer?

Si la Syrie peut d’une façon ou d’une autre être aspirée dans le tourbillon des tensions de la guerre au Moyen-Orient, cela aidera à faire avancer la PREMIÈRE GUERRE NUCLÉAIRE d’un pas plus près. La Syrie est un État client de la Russie avec des liens les plus étroits avec la Russie que tout autre État Arabe. Les missiles SAM syriens au Liban sont de fabrication Russe. Si le gouvernement Begin devrait concevoir une confrontation militaire avec la Syrie, la Russie ne pourrait pas l’ignorer.

Et puis il y a l’Égypte. L’entité connue sous le titre de Président Sadate est maintenant programmée pour s’autodétruire. Au cours des dernières semaines, il a soudainement perdu l’image moderne qui avait été cultivée pour les yeux occidentaux. En lieu et place, il y a maintenant une répression de Sadate sur toute opposition. C’est sa répression contre l’opposition religieuse qui a fait la plupart des gros titres, mais il y a également d’autres implications ; par exemple: des forces spéciales de  police sont actuellement implantées sur les campus universitaires de l’Égypte pour écraser toutes les manifestations étudiantes contre Sadate. Pour le moment, ces tactiques peuvent sembler rendre l’emprise de Sadate sur son pays plus sûre, mais l’effet à plus long terme sera contraire. Comme le défunt Shah d’Iran, l’entité Sadate sera défaite par toutes ces tactiques répressives. Ce n’est qu’une question de temps avant qu’une « politique d’assassinat » mette un terme à l’ère Sadate en Égypte.

La fin de Sadate, ou de l’entité connue sous le nom de Sadate, signifiera également la fin des accords dits de paix de Camp David. D’autres dirigeants Arabes, y compris des leaders influents en Égypte elle-même, sont contre l’approche de Camp David. Les événements qui se déroulent actuellement en Égypte sont en train d’ouvrir la voie à l’effondrement du soi-disant Traité de Paix Israélo-Égyptien. Comme je l’ai expliqué il y a longtemps dans la LETTRE AUDIO N° 44, cela a toujours été l’intention de ceux aux États-Unis et en Israël qui ont produit le traité. Comme un ancien agent de la CIA m’a révélé à cet égard, je cite:

« Pour avoir une guerre, vous devez d’abord avoir un traité de paix. Puis rompre le traité, et hop — la GUERRE. »

Déjà l’ère artificielle des bons sentiments entre Israël et l’Égypte commence à souffrir. Plus tôt ce mois-ci le 12 Septembre, l’Égypte a annulé une visite prévue en Égypte par des officiers militaires Israéliens. La raison: le Ministre Israélien de la Défense avait dit en public que Sadate ne sera plus là bien longtemps!

Selon les termes du traité Israélo-Égyptien, Israël doit achever son retrait du Sinaï en Avril 1982 prochain. Dans le processus, deux grandes Bases Aériennes Israéliennes dans le Sinaï passeront également dans les mains égyptiennes — cela si les dispositions du traité sont exécutées. La disparition de Sadate, ou même un affaiblissement du présent gouvernement Égyptien, peut fournir à Israël un prétexte suffisant pour ne pas se retirer. Dans le même temps, les plans sont également dressés à nouveau en vue de déclencher un incident majeur dans le Sinaï. Cela faisait partie du plan que j’ai rendu public il y a six ans, et cela fait une fois de plus partie du plan maintenant.

Le Liban, la Syrie, l’Irak, l’Arabie Saoudite, l’Égypte — tous ces proches voisins Arabes d’Israël sont dans les lignes de front des manœuvres de guerre Reagan-Begin, mais le tourbillon s’étend vers l’extérieur à partir de là. Lorsque les armes atomiques de combat Israéliennes viendront couronner les champs de pétrole de l’Arabie Saoudite, cela va envoyer des ondes de choc à travers le monde industrialisé. Cela paralysera le cœur industriel de l’Europe et fournira le prétexte de rationnement de l’essence ici, aux États-Unis, puisque notre pays se déplace secrètement sur un pied de guerre, et ça va augmenter l’importance stratégique de l’Iran, riche en pétrole juste de l’autre côté du Golfe Persique.

Sous ce qu’on appelle le régime Khomeiny, l’Iran est en train de produire beaucoup moins de pétrole que sa pleine capacité. Avec l’Arabie Saoudite partie, la production inférieure de l’Iran semblera intolérable pour le monde. En plus de cela, l’Administration Reagan nous rappellera la situation géographique de l’Iran. Situé le long du ventre stratégique de la Russie, on nous dira que l’Iran est en danger. Mais pour la junte militaire Bolchévique en Amérique, la véritable attraction de l’Iran est de nature offensive. En raison de son emplacement, l’Iran est une base idéale à partir de laquelle attaquer la Russie.

Ce n’est pas un hasard, mes amis, que l’Iran se dirige maintenant sur la voie de la guerre civile! Depuis plusieurs mois, les principaux membres des cercles dirigeants musulmans en Iran ont été les cibles d’assassinat, y compris plusieurs incidents majeurs de bombardement.

Le processus en cours en Iran est celui que j’avais prévenu il y a environ deux ans dans la LETTRE AUDIO N° 52. Dans ce rapport, j’ai détaillé la façon dont le gouvernement Khomeiny est arrivé au pouvoir en premier lieu. Il a été aidé par les forces dont il n’était même pas conscient — les forces Bolcheviques. Dans la LETTRE AUDIO N° 52, j’ai dit que, et je cite: « Ils prévoient de livrer au martyr l’ensemble du gouvernement Khomeiny pendant qu’ils déclenchent la guerre thermonucléaire. » Et c’est ce qui se passe maintenant, mes amis. Le premier à être livré au martyr était le vrai Ayatollah Khomeiny lui-même en Février 1980. J’ai signalé sa mort et son remplacement par un « double » dans la LETTRE AUDIO N° 54. Maintenant, le reste de son régime est en train d’être abattu à des fins de guerre.

Ailleurs dans le monde, les plans de guerre de la junte militaire Bolchévique-Sioniste progressent également. En surface, beaucoup de ces autres tensions mondiales n’ont aucun lien apparent avec l’agitation dans le Moyen-Orient et le Golfe Persique; mais derrière des portes closes, il y a des connexions! Ce qui les lie tous ensemble est le PLAN DIRECTEUR qui est de déclencher une guerre nucléaire sur un monde en crise.

La Pologne en est un exemple frappant. Il y a quelques semaines, la soi-disant Solidarity Labor Union (l’Organisation Syndicale Solidarité) a célébré son premier anniversaire en Pologne. L’année dernière, j’ai signalé que Solidarité a été créée par les Bolcheviques dans le but causer la guerre. Comme je l’ai expliqué alors, le véritable but de Solidarité n’est pas de servir les travailleurs de Pologne, mais de les utiliser. Le but de Solidarité est de créer autant de mal que possible pour la Russie, y compris, si possible, la révolution.

Au cours de l’année écoulée, Solidarité s’est comportée exactement comme je vous ai dit qu’elle agirait. Solidarité ne se repose jamais un moment pour consolider ses gains. Au lieu de cela, au moment où une série de demandes sont satisfaites par le gouvernement Polonais, des exigences nouvelles et encore plus énormes sont mises en avant par Solidarité. Les travailleurs qui forment l’épine dorsale de la puissance de Solidarité n’ont pas eu un moment pour déguster les fruits du succès. Au lieu de cela, il y a seulement eu des grèves, des manifestations, plus de grèves, de conflits et de bouleversements. En conséquence, l’économie vulnérable de la Pologne a été plongée dans une chute libre; et maintenant, après avoir contribué à créer l’aggravation des problèmes économiques de la Pologne, les dirigeants de Solidarité exigent un plus grand pouvoir pour contrôler l’économie.

Pour voir combien extrême a été Solidarité dans son comportement au cours de l’année écoulée, il suffit de comparer avec les syndicats en Occident. Nous sommes habitués à ce que les syndicats négocient, concluent des contrats, puis les respecter pendant une certaine période convenue. Aucun syndicat en Amérique, par exemple, ne saurait même rêver d’exiger un nouveau contrat avec plus d’exigences toutes les quelques semaines. Mais cela, mes amis, est exactement ce que Solidarité fait en Pologne.

Au cours des derniers rapports de la LETTRE AUDIO, j’ai mentionné que les Bolcheviques et les Sionistes sont en train de jouer pour que la guerre se déclenche vers la mi-1982. Les événements au Moyen-Orient sont en train d’être poussés suivant ce calendrier, et ceux en Pologne aussi bien. D’ici l’été prochain au plus tard, les Bolcheviques sont convaincus que la Russie devra agir contre Solidarité. L’effusion de sang qui en résultera sera juste une étincelle de plus pour aider à provoquer la PREMIÈRE GUERRE NUCLÉAIRE.

Partout dans le monde, le chaudron des crises Bolcheviques bouillonne de plus en plus. La rhétorique des États-Unis contre Cuba de Castro se réchauffe une fois de plus. El Salvador frémit avec une nouvelle crise, et à l’autre bout du monde il y a de plus en plus de tensions entre le Pakistan et l’Inde. L’Administration Reagan est en train de promettre des F-16 au Pakistan. Dans une réponse fulgurante, la Russie a déjà livré des MiG-25 Super-rapides à l’Inde; et un jour, mes amis, l’Inde étourdira le monde en invitant les soldats Russes en Inde!

L’objectif de l’Axe Reagan-Begin est d’inciter le monde entier à la guerre; et, mes amis, ils sont en train de réussir.

Sujet n° 2Retard Délibéré dans le Lancement de la Navette Spatiale

Selon le calendrier annoncé par la NASA il y a plusieurs mois, aujourd’hui était censé être le jour de lancement du deuxième vol de la navette spatiale Américaine. Mais encore une fois la navette spatiale a soudainement commencé à rencontrer de nouveaux retards.

Le premier retard a été annoncé il y a quelques semaines lorsque la navette était déployée sur la rampe de lancement à Cap Canaveral, en Floride. Le déploiement a eu lieu le 31 Août, cinq jours en retard. Les porte-parole de la NASA ont déclaré que la date de lancement était déplacée de nouveau du 30 Septembre au 9 Octobre. « Pas grave », ont-ils dit, « juste quelques bogues mineurs à résoudre. » Pendant les semaines suivantes, des informations occasionnelles provenant du Kennedy Space Centre ont continué à nous assurer que tout allait bien avec la navette.

Puis vint le 22 Septembre et soudain tout a changé. On nous a dit que peu après minuit la nuit précédente un accident avait eu lieu sur la rampe de lancement. La supposée mésaventure eut lieu alors que les fusées de contrôle dans le nez de la navette spatiale étaient en train d’être alimentées. Les porte-parole de la NASA ont déclaré que du comburant de peroxyde d’azote a été renversé sur l’extérieur de la navette, affectant plusieurs centaines de tuiles thermiques cruciales. Ces tuiles de mort et de vie, mes amis, sont plaquées sur la navette avec de la colle, et il a été dit que 60 ou 70 d’entre elles tombèrent à la suite de la fuite. En outre, peut-être que 250 tuiles de plus devront être enlevées en vue de les vérifier pour des dommages.

Soudainement, la date de lancement du 9 Octobre fut jetée par la fenêtre. À partir de maintenant, la NASA affirme que le lancement aura probablement lieu à la fin Octobre ou début Novembre. Mais, mes amis, ne retenez pas votre souffle en attendant cela. Ces retards de dernière minute du deuxième lancement de la navette spatiale sont le résultat de divisions importantes au sein du Programme Spatial. Si ces divisions et querelles ne sont pas rapidement résolues, il y aura encore plus de retards.

Pour comprendre ce qui se passe en ce moment à Cap Canaveral, il est nécessaire de se rappeler ce qui s’est passé jusqu’à maintenant avec la navette spatiale. Pour commencer, il est essentiel de comprendre que la navette spatiale est un programme militaire portant un déguisement civil. Toutes sortes de missions spatiales scientifiques potentiellement fascinantes et précieuses ont été abandonnées par la NASA. Tout a été réduit à leur plus simple expression à l’exception du Programme de la Navette Spatiale. À l’heure actuelle, la NASA tente d’annuler une occasion unique dans une vie d’intercepter et d’étudier la comète de Halley en 1986; mais en même temps, la NASA parle aussi de construire une cinquième navette spatiale juste pour avoir une de rechange. La raison pour laquelle la navette spatiale est si importante, c’est qu’elle est le seul espoir de l’Amérique pour retrouver l’utilisation militaire de l’espace.

Jusqu’à il y a quatre ans ce mois-ci, les États-Unis avaient une mainmise militaire secrète sur l’espace; mais en Septembre 1977, l’Union Soviétique commença une offensive surprise dans l’espace pour changer tout cela, et ils l’ont fait! Le tournant décisif est arrivé le 27 Septembre, 1977. Ce jour-là la Base Lunaire militaire secrète des États-Unis dans le Cratère Copernic fut mise hors combat. C’était le résultat de la première vraie bataille spatiale de l’histoire, la « Bataille de la Pleine Lune ». C’était une bataille de canons à particules et elle a eu lieu dans le secret, et pourtant c’était la bataille la plus décisive du 20ième siècle car à partir de ce moment, mes amis, la Russie débuta une prise de contrôle total de l’utilisation militaire de l’espace!

Lorsque ces événements secrets ont eu lieu il y a quatre ans, le Programme de la Navette Spatiale se figea dans son développement. Les partisans de la ligne dure alors au contrôle du Kremlin avaient fermé la porte militaire sur l’espace. Bientôt nous avons commencé à entendre excuse après excuse pour les retards dans le lancement de la navette spatiale. Surtout, il y avait toutes ces histoires au sujet des problèmes avec les tuiles thermiques de la navette. Les années ont passé, et la navette est restée à terre. Pendant ce temps la capacité militaire de l’Amérique dans l’espace s’est atrophiée. En Octobre 1977 SKYLAB fut abattu par un Cosmos Interceptor Russe. SKYLAB avait été une station vitale dans le Programme Lunaire Américain qui continue secrètement. En le détruisant, la Russie fit en sorte que l’expulsion de l’Amérique de la lune soit permanente.

Pendant ce temps, les Russes eux-mêmes ont commencé à atterrir sur la lune sans fanfare publique. Pendant près de quatre ans, les armes à particules Russes ont été stationnées sur la lune, pointées vers la Terre!

Lorsque les Russes ont abattu SKYLAB, ils l’ont fait au-dessus des États-Unis. Le résultat était une géante boule de feu brisée en morceaux. Elle a été vue dans une demi-douzaine d’États du Texas au Missouri. La NASA a attendu une semaine ou deux pour que les gros titres sur la mystérieuse boule de feu déclinent, puis elle a commencé une dissimulation de longue haleine de la débâcle de SKYLAB. La NASA a prétendu que SKYLAB était en train de tomber de façon inattendue d’orbite, et pour faire bonne mesure ils ont aussi prétendu que la navette spatiale pourrait être en mesure de sauver SKYLAB. Tout sonnait bien pour un public non averti; mais la navette est restée à terre, et à la fin la NASA a prétendu que SKYLAB s’était écrasé à l’autre bout du monde sur l’Océan Indien.

En plus de SKYLAB, les États-Unis ont perdu leurs capacités de reconnaissance spatiale au profit des Cosmos Interceptors Russes. Au printemps de 1978, les États-Unis n’avaient plus de satellites espions ou d’alerte précoce pour recueillir des informations sur la Russie! De temps en temps depuis lors, des satellites espions ont été lancés par les États-Unis. Certains d’entre eux ont réussi à brièvement recueillir des renseignements sur les autres régions du monde; mais dès qu’ils passent au-dessus de l’Union Soviétique, ils sont toujours détruits. En conséquence, les États-Unis n’ont plus des données de reconnaissance à jour sur l’Union Soviétique!

Sans des données de reconnaissance, mes amis, toutes les armes dans le monde sont presque inutiles. Les planificateurs militaires Américains savent bien où sont situées les villes de la Russie et où les installations militaires critiques étaient il y a quatre ans; mais sans reconnaissance fraiche, ils n’ont aucun moyen de savoir au sujet de nouvelles cibles qui pourraient maintenant être plus importantes. En plus de cela, la Russie déploie actuellement des défenses anti-missiles basées sur les armes à faisceaux de particules. Sans des données de reconnaissance fraiches, il y aurait peu d’espoir de faire passer les missiles Américains à travers ces défenses; et ainsi au cours des quatre dernières années la reconnaissance est devenue le problème stratégique N°1 des États-Unis. Il y a également beaucoup d’autres problèmes, parce que nous n’avons rien d’équivalent à la Triade Spatiale d’armes de la Russie. Mais sans reconnaissance, même les armes que nous n’avons sont de peu d’utilité.

Les planificateurs militaires Bolcheviques ici sont déterminés à lancer une première frappe nucléaire contre la Russie, advienne que pourra! J’ai rapporté beaucoup de détails à ce sujet dans le passé, et je n’entrerai pas de nouveau dans cela en ce moment; mais avec cela à l’esprit, ils ont fait tout ce qu’ils peuvent penser pour résoudre le problème critique de reconnaissance.

Une de leurs idées les plus anciennes et les plus désespérées était celle qui a eu lieu en Avril 1978. J’ai signalé les détails dans la LETTRE AUDIO N°33. La CIA Américaine, travaillant en étroite collaboration avec son homologue, la CIA Coréenne, se sont arrangées pour qu’un avion civil soit utilisé pour la collecte de renseignements. C’était le cas du vol 902 de la Korean Airlines. Vous vous souvenez qu’il a décollé de l’Europe pour les États-Unis, mais a volé plutôt vers le nord de la Russie. Il a été secrètement équipé d’engins de renseignement photographiques et électroniques spéciaux, et s’est envolé dans un des espaces aériens les plus sensibles de toute la Russie. En effet, les passagers à leur insu ont été utilisés comme otages pour décourager les Russes de l’abattre immédiatement. Finalement les Chasseurs Russes l’ont fait atterrir, mais seulement après que des renseignements considérables aient été obtenus et transmis.

Le stratagème de l’avion de ligne Coréen était une réussite comme une ruse bouche-trou, mais les données de reconnaissance peuvent difficilement être obtenues de cette façon comme une pratique de routine, et donc pour les trois dernières années, nous avons entendu de plus en plus sur les avions de reconnaissance. Apparemment ceux-ci ont été rendus presque obsolètes pour la plupart des objectifs stratégiques par les satellites espions, mais maintenant ils sont une fois de plus dans les nouvelles parce que nous n’avons plus de satellites espions en service continu.

Un avion de reconnaissance dont nous entendons de plus en plus parler ces jours est le SR-71 Blackbird. Le dernier incident du SR-71 a eu lieu le 26 Août lorsque la Corée du Nord a prétendument tenté d’en abattre un. Et puis il y a ce fameux prédécesseur du SR-71, le U-2. C’était un U-2 qui était piloté par le regretté Francis Gary Powers lorsqu’il a été abattu au-dessus de la Russie il y a 21 ans. Vous pourriez penser que le U-2 était prêt pour les livres d’histoire en cette ère de satellites espions présumés, mais Non. Maintenant, le U-2 est de retour, tout habillé et modernisé avec la nouvelle désignation TR-1, et son job maintenant, comme toujours, est la reconnaissance.

Si nous avions encore tous ces satellites de reconnaissance dans le ciel, des avions de reconnaissance seraient moins importants. Naturellement, les Bolcheviques ici essaient de ne pas vous laisser soupçonner la vérité sur nos satellites manquants, mais de temps en temps il y a des indices sur la vérité dans les nouvelles. Par exemple, seulement hier, le Département de la Défense a publié un nouveau livret propagande de 99 pages intitulé « SOVIET MILITARY POWER ». Il vise à donner au public des informations antérieurement top secrètes sur le développement militaire en Russie, et pourtant le livret ne contient que des croquis — pas de photos satellites. Pourquoi? Parce que le Département de la Défense n’a pas de photos satellite de la Russie à jour. Nos satellites espions ont disparus depuis longtemps.

Jusqu’à présent, les planificateurs militaires secrets Bolcheviques ici ont fait avec des méthodes inférieures de reconnaissance. Mais avant qu’ils ne déclenchent la PREMIÈRE GUERRE NUCLÉAIRE, ils veulent de meilleures données de reconnaissance sur la Russie. Ils n’ont qu’un seul outil qui offre quelque espoir de faire le travail, et c’est la navette spatiale.

La NASA nous a dit qu’il va y avoir quatre premiers vols d’essai de la navette spatiale « Columbia ». Après que ceux-ci soient terminés, peut-être dès Septembre 1982, la navette sera déclarée opérationnelle. Mais le fait est, mes amis, que ces quatre premiers vols sont utilisés à des fins militaires secrètes. Les enjeux sont si élevés que l’équipe militaire secrète de planification de la navette est prête à perdre une navette à chaque vol en cas de besoin. Avant que « Columbia » n’ait décollé de Cap Canaveral en Avril dernier, trois autres orbiteurs identiques existaient déjà. Ils sont cachés dans un hangar éloigné à White Sands Missile Range au Nouveau-Mexique.

L’objectif principal des vols militaires secrets de navette est celui que j’ai détaillé dans la LETTRE AUDIO N°62. Ils essaient d’utiliser la navette spatiale pour mettre en orbite un nouveau satellite d’espionnage sophistiqué pour survoler la Russie. C’est un satellite blindé contre les tirs de laser conçu pour survivre aux attaques des armes spatiales Russes assez longtemps pour retransmettre par radio des données de reconnaissance. Après cela, les Bolcheviques ici seront prêts à déclencher la première frappe nucléaire Américaine contre la Russie.

Afin de mener à bien la reconnaissance au-dessus de la Russie, un satellite espion doit voler loin vers le nord. Ce genre d’orbite est très différent de celui qui est revendiqué publiquement pour la navette spatiale. Par conséquent, une navette retournant sur Terre après le déploiement d’un satellite espion est incapable d’atterrir à l’heure et au lieu annoncés. Au lieu de cela, la navette que nous voyons décoller de la Floride est programmé pour atterrir hors de notre vue dans un endroit secret dans l’ouest de l’Australie — cela, c’est si elle survit au vol. Pendant ce temps, une différente navette, la navette de formation « Enterprise », est montrée à la télévision atterrissant juste à l’heure prévue à Edwards Air Force Base.

Lorsque « Columbia » a décollé de Floride en Avril dernier, elle a été attaquée et détruite par les armes spatiales Russes, comme je l’ai expliqué dans la LETTRE AUDIO N°64. Mais la navette de formation « Enterprise », ré-étiquetée « Columbia », a ravi le public en filant depuis la mer pour aller atterrir en Californie. Le véhicule de couverture a été remorqué, et on a fait croire que les astronautes Young et Crippen en étaient sortis. La perception du public était maintenue que la mission avait été un succès, mais c’était en fait une catastrophe encore pire que ce que les Bolcheviques ici avaient cru possible.

Les planificateurs de navette militaire ont été jetés dans le désarroi au sujet de ce qu’il fallait faire par la suite. Dans la LETTRE AUDIO N°65 d’il y a trois mois, j’ai décrit leurs désaccords et ce qu’ils ont finalement décidé de faire. Après avoir retardé pendant une semaine ou deux, ils ont envoyé la navette de formation « Enterprise » en Floride afin de gagner du temps. C’est « Enterprise », une navette de formation non destinée à un vol orbital qui est maintenant sur la rampe de lancement au Kennedy Space Centre.

Lorsque l’équipe secrète de navette militaire a envoyé la « Enterprise » en Floride, ils avaient l’intention de l’utiliser dans un lancement volontairement avorté — c’est-à-dire que leur plan a été de lancer « Enterprise », puis laisser l’un de ses moteurs s’arrêter prématurément. Cela conduirait à un retour de « Enterprise » à Cap Canaveral à seulement quelques minutes après son décollage. En mettant en scène ce spectacle, les planificateurs de la navette s’attendaient à maintenir le programme en vie aux yeux du public. En attendant, ils utiliseraient ce temps pour apporter des modifications au plan de mission de la navette en vue de lui donner une meilleure chance de succès.

À l’heure actuelle, la navette « Enterprise » est toujours programmée pour un abandon artificiel peu après le décollage. Mais les controverses parmi les planificateurs de navette, dont j’ai rendu compte en Juin dernier, se sont multipliées au cours de l’été. Plusieurs membres du groupe sont en train d’hésiter sur le plan d’abandon délibéré. Ils disent: « Supposons que quelque chose que nous ne prévoyons pas cause de réels dommages à l’Enterprise. Supposons que Ivan décide de la souffler hors du ciel même si elle est toujours à portée de caméra. Nous devons avoir l’Enterprise pour le segment de retour public après chaque mission. Et si nous la perdons? »

D’autres planificateurs expriment une inquiétude tout à fait différente. Ce deuxième groupe n’est pas inquiet au sujet des Russes qui pourraient abattre la « Enterprise » parce qu’elle ne posera pas de menace pour la Russie. Ce pour quoi ils sont inquiets c’est de l’impact des relations publiques d’un décollage avorté. Il a même été suggéré qu’un lancement orbital complet de « Enterprise » devrait être considéré. La « Enterprise » ne pourrait rien faire une fois qu’elle est en orbite parce que la soute est occupée par des réservoirs de carburant spéciaux, mais les téléspectateurs jamais ne sauront cela, grâce aux films de simulation qui pourraient être diffusés; et en ce qui concerne la rentrée, la « Enterprise » est couverte avec le même système de tuiles thermiques que les navettes standard. Le premier groupe dit que ce plan n’est pas bon parce que ces tuiles n’ont encore jamais été testées lors d’une rentrée à part entière depuis l’orbite. La « Columbia » était censée le faire en Avril dernier, mais elle n’est jamais allée aussi loin. La « Enterprise » pourrait passer sous le nez des Russes seulement pour se désintégrer pendant le retour; et cela, disent les pessimistes, serait impossible à cacher. Cela arrêterait le programme.

Sur tous ces arguments et d’autres comme eux, un seul consensus s’est dégagé. Le seul objectif de l’envoi de « Enterprise » en Floride était de gagner du temps. Pendant ce temps l’une des trois navettes secrètes à White Sands est maintenant en cours de modification pour la prochaine mission. Tout ce que la NASA se soucient de faire maintenant, c’est de continuer à gagner du temps avec « Enterprise » pour un peu plus longtemps. Puis de toute façon elle devra être retournée à White Sands et la nouvelle navette devra être transportée à Cape. Et donc, pour le moment du moins, la « Enterprise » est utilisée pour gagner du temps grâce à des retards de lancement au lieu d’un lancement avorté.

Pendant trois ans, des histoires sur les tuiles thermiques de la navette ont été utilisées comme une excuse pour la mise à la terre prolongée de « Columbia ». Maintenant, la NASA tente à nouveau de gagner du temps; et encore une fois, un prétendu problème avec les tuiles thermiques est utilisé pour expliquer un délai. On nous dit qu’il y avait une fuite de carburant au milieu de la nuit, de sorte que les tuiles s’étaient détachées. C’est seulement lorsque la NASA sera sûre de ce qu’il faut faire par la suite que le dernier fiasco des tuiles s’en ira tranquillement.

Sujet n° 3Le Budget et Les Plans Économiques Corrompus de Reagan.

Il y a deux jours, la semaine a commencé avec de mauvaises nouvelles en provenance des Bourses du monde. Les investisseurs à l’étranger étaient convaincus que les stocks de Wall Street étaient sur le point de faire un plongeon et ils essayaient de sortir avant que cela n’arrive. Lorsque les marchés se sont ouverts plus tard à New York, au début ils ont rapidement dégringolé. Mais les manipulateurs du marché boursier ici ne sont pas tout à fait prêts pour un krach boursier à part entière, alors les marchés de New York brusquement ont fait demi-tour et se sont dirigés vers le haut. À la fin de la journée boursière, les manipulateurs avaient conduit le marché à un gain d’ensemble pour cette journée. Une panique boursière mondiale fut reportée à Lundi. Même ainsi, l’expérience a donné la preuve publique de l’instabilité du marché boursier aujourd’hui.

Il y a deux ans dans la LETTRE AUDIO N°51, j’ai donné un avertissement détaillé des parallèles entre le marché boursier aujourd’hui et celui de 1929. Le marché boursier est en train de s’effondrer dans un mouvement lent en termes de valeur réelle depuis des années maintenant, et bientôt les montagnes russes du marché boursier vont sauter dedans et il sombrera!

L’une des fortes similitudes entre aujourd’hui et 1929 est le rôle joué par la privée Federal Reserve Corporation. Aujourd’hui, comme dans le temps, la Réserve Fédérale est délibérément en train de ruiner l’économie par la contraction de la masse monétaire et un resserrement du crédit. L’excuse donnée est la lutte présumée contre l’inflation. On nous dit que les taux d’intérêt doivent être élevés parce que l’inflation est élevée, mais il y a une différence flagrante dans cette explication des politiques actuelles de la Réserve Fédérale. Selon les chiffres officiels du gouvernement, le taux d’inflation est maintenant autour de 10%. Sur la base de toute l’expérience passée, cela voudrait dire que les taux d’intérêt devraient également être autour de 10% — à peu près égaux à ceux de l’inflation; mais au lieu de cela, la « Fed » a poussé les taux d’intérêt jusqu’à une portée de 20%, le double du taux d’inflation officiel! Le fait est, mes amis, que les chiffres du Gouvernement sur l’inflation réelle sont des mensonges, ainsi que les excuses de la Réserve Fédérale pour l’usure légalisée.

Le mois dernier, j’ai décrit le but réel de la politique actuelle de la Réserve Fédérale. Les entreprises ici sont en train d’être délibérément affaiblies et préparées pour une prise de contrôle. Les seules entreprises à qui on ne nuit pas sont celles du Cartel Rockefeller, qui s’emboitent avec la Federal Reserve Corporation. Les Fascistes Corporatistes ici sont en train de livrer une guerre économique pour gagner du pouvoir contre les Bolcheviques d’État dans le Gouvernement, donc ne vous attendez pas à aucun soulagement. Le Président de la Réserve Fédérale, Paul Volcker, a attesté devant le Congrès le mois dernier que les taux d’intérêt astronomiques continueront pendant des années. La plupart des petites entreprises ne peuvent pas éventuellement engranger le bénéfice de 20% et plus qui est nécessaire pour payer ces intérêts exorbitants, et donc elles vont tout simplement mourir. Pendant ce temps, les agents du Cartel Rockefeller au sein du Gouvernement divisé des États-Unis sont en train de pousser rapidement de l’avant avec une autre facette de leur plan.

Le mois dernier, j’ai dit dans une alerte de guetter pour une nouvelle norme d’étalon-or présumé qui sera proposé prochainement par la dite Administration Reagan. Effectivement, au cours des dernières semaines, des discussions sur un étalon-or ont commencé à pousser comme des champignons tout autour de nous. Soudain, des « Courriers aux Lecteurs » sont publiés sur ce sujet qui aurait été ignoré il y a quelques années. Même l’entité Vice-Président Bush parle de retour à l’étalon-or. Et Business Week vient de publier une histoire de couverture dans son édition du 21 Septembre intitulée, je cite : « Un Retour à l’Étalon-Or — Pourquoi Reagan pourrait l’essayer, Comment cela serait fait, Comment cela pourrait fonctionner. »

Jusqu’à présent, le plan d’étalon-or bidon est sur la bonne voie. Comme je l’ai exposé en détail le mois dernier, ce ne serait pas un véritable étalon-or du tout. C’est n’est qu’une astuce pour influencer les perceptions du public au sujet du dollar et réduire au silence de nouvelles questions sur notre or manquant. Il est conçu pour bien paraître, mais c’est juste une autre ruse corrompue et cruelle.

Mes amis, la corruption est devenue la seule voie que nos dirigeants connaissent. Le peuple Américain qui souffre depuis longtemps accorde toujours le bénéfice du doute à tout nouveau président, et c’est toujours en vain. La même chose est vraie du Congrès aujourd’hui — plus ils légifèrent, plus le pays « va à la dérive »; mais pendant qu’ils sont au pouvoir, nous essayons de nous dire qu’ils doivent sûrement faire certaines choses dans notre intérêt. Des années plus tard, après qu’il soit trop tard, bien sûr, parfois nous apprenons un peu de la vérité. Un livre sort documentant le grand nombre de pots de vin pris par un ancien président ou un ancien membre du Congrès est inculpé pour fraude sur l’impôt sur le revenu; mais nous nous disons toujours: « Assurément, c’est différent cette fois. » Nous voulons croire en nos dirigeants; et ainsi nous rationalisons les mensonges, la duplicité, et la corruption que nous voyons aussi longtemps que possible. Nos dirigeants savent que c’est comme cela que nous pensons, et ils l’utilisent contre nous.

L’entité Président Reagan dit que nous devons mettre de l’ordre dans notre maison économique. Sur la base de cette excuse, les programmes nationaux de toutes sortes subissent des coupes budgétaires avec une hache à viande indépendamment du mérite. Dépenser sur la guerre ne laisse rien pour le bien-être, et pourtant la plus grande part de l’aide étrangère reste intacte! La seule exception à cela est l’aide aux pays véritablement dans le besoin du Tiers Monde. Ils n’ont aucune utilité pour les plans d’urgence pour la guerre nucléaire, et par conséquent, ils se retrouvent « sur le pavé »; mais l’aide étrangère pour aider à se préparer pour la guerre continue simplement sans relâche.

Le plus sacro-saint de tous les programmes d’aide extérieure c’est les milliards annuels en aide à Israël. Au cours des 33 dernières années, les États-Unis ont donné plus de 100 milliards de dollars ($ 100.000.000.000) d’aide à Israël. Ces mêmes dollars — l’argent de nos impôts — retournent à Capitol Hill et aux multinationales Américaines. L’argent des contribuables américains coulent comme de l’eau à travers les mains des Israéliens dans les portefeuilles du Congrès, donnant au Lobby Israélien son poids! Les dollars de l’aide étrangère Américaine à Israël sont également utilisés pour acheter des armes de guerre de fabrication Américaine. Ces armes nous entraîneront un de ces jours vous et moi dans la dernière guerre de l’Amérique — la PREMIÈRE GUERRE NUCLÉAIRE.

Si nos dirigeants étaient sérieux au sujet de redresser notre économie, il y a beaucoup de choses qu’ils pourraient faire. Pour commencer, ils devraient commencer à dire la vérité pour un changement, au lieu d’empiler des mensonges sur plus de mensonges. Au lieu d’un étalon-or falsifié, le scandale sur notre or manquant devrait être exposé! Comme je l’ai expliqué dans la LETTRE AUDIO N°60, cela pourrait se faire dans le cadre d’une conférence économique internationale d’une manière qui permettrait de sauver l’économie du monde.

L’approche de la hache à viande de l’Administration sur les programmes nationaux devrait également être mise au rebut. Oui, mes amis, de nombreux programmes nationaux sont controversés — certains d’entre eux méritent de l’être; mais mettons les premières choses en premier.

Avant que nous brandissions une hache sur l’aide intérieure, pourquoi ne pas commencer par l’aide étrangère — alias l’aide du Congrès. Au moins un dollar dépensé dans les programmes nationaux continue de circuler au sein de notre propre économie; mais ceux gaspillés dans l’aide étrangère ne font aucun bien à notre économie, dans son ensemble.

Et quant au Congrès, si une hache doit être brandie quelque part, c’est bien là! De plus en plus nous entendons parler des employés de toutes sortes d’entreprises qui acceptent des réductions de salaire pour aider à sauver leurs entreprises. Entre temps, notre Congrès dépensier vient de s’octroyer par vote le droit de remplir ses poches encore plus que par le passé!

Je dis:

Coupez à la hache tous les salaires fédéraux de moitié, en commençant par le Congrès. Nous ne pouvons plus nous permettre de les laisser tripoter pendant que notre économie brûle.

Il est temps, mes amis, d’exiger qu’ils rendent des comptes.

 

RÉSUMÉ DE DERNIÈRE MINUTE

    Maintenant il est temps pour mon Résumé de Dernière Minute. Dans cette LETTRE AUDIO, J’ai essayé de lancer un avertissement que le temps commence à manquer — économiquement, politiquement et militairement. Des hommes de volonté maléfique et aux esprits corrompus pilotent notre monde sur une trajectoire de collision avec la catastrophe.

Tandis que les Américains attendent le lancement prochain de la navette spatiale, un plus grand compte à rebours est en cours pour le vaisseau spatial Terre. Un jour en Janvier 1986, il est prévu que la sonde Voyager II s’approchera de la géante planète mystérieuse Uranus. Voyager s’apprêtera à envoyer une manne d’images et de données scientifiques sur Terre. Mais d’ici là, quelqu’un écoutera-t-il Voyager ici sur Terre? La réponse peut être Oui, mes amis, si la vérité de notre Seigneur Jésus-Christ devient le phare pour notre monde troublé. Nous devons apprendre à construire, au lieu de détruire; nous devons apprendre la paix, au lieu de la guerre, par la neutralité universelle et la noble émulation, au lieu de la conquête et de l’intrigue. Si nous n’apprenons pas ces choses, il pourrait n’y avoir que le silence sur Terre en cet hiver de 1986. Neuf ans après son lancement de la perle bleue de la planète Terre, Voyager II pourrait émettre par radio des signaux vers une tombe sourde et grise d’un monde. Cela laissera Voyager porter lui-même les derniers sons de la Terre sur un disque de platine tandis qu’il dérive seul pour toujours vers l’extérieur en direction des étoiles.

Au mois prochain, si Dieu le veut, c’est le Dr Beter. Merci, et que Dieu bénisse chacun de vous.

À propos de G. AKUÉ

Une Âme à la recherche d'une grande illumination à répandre sur les peuples de sa Race bien-aimée et la Race Humaine en général.

Voir tous les articles de G. AKUÉ

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Actualité politique et spor... |
La Voie des Peuples |
nouveaucentreindre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | VILISTIA RUSSIE GEOPOLITIQU...
| afriqueecologielesverts
| unavenirmeilleur