Ce Que Vous Pouvez Faire Durant Les Derniers Jours de L’Amérique

11 décembre 2016

Dr Peter D. Beter

Ce Que Vous Pouvez Faire Durant Les Derniers Jours de L’Amérique

 

 

Dr Peter D. Beter, Audio Lettre N° 66.

Par Dr. Peter D. Beter

Traduit de l’anglais par G. AKUÉ

Le 09/12/2016

http://www.peterdavidbeter.com/docs/all/dbal66.html

« AUDIO LETTER (R) » est une marque déposée de Audio Books, Inc., une société du Texas, qui a produit à l’origine cet enregistrement sur bande magnétique. Reproduit sous licence libre accordée par Audio Books, Inc.

—————————————————————–

 Ceci est la LETTRE AUDIO (R) du Dr. Beter, 1629 K St. N.W., Washington, D.C. 20006.

Bonjour, mes amis, c’est le Dr Beter. Aujourd’hui, nous sommes le 11 Juillet 1981, et ceci est ma LETTRE AUDIO (R) N° 66.

Il y a quelques jours, le 29 Juin 1981, la Cour Suprême déclarait en effet que les États-Unis sont maintenant en état de guerre. C’est la signification réelle de la décision 7-2 de la Cour dans l’affaire de l’ancien agent de la CIA, Philip Agee. La Cour a déclaré que le Gouvernement peut révoquer le passeport d’une personne qui divulgue des secrets sur l’espionnage Américain à l’étranger. La décision a été basée sur le droit du gouvernement de restreindre les discours publics ou articles de presse sur le mouvement des troupes Américaines ou les dates de départ des navires Américains.

Mes amis, ce pouvoir gouvernemental de restreindre la liberté d’expression s’est toujours appliqué seulement en temps de guerre, donc un état de guerre a maintenant été officiellement reconnu, non pas par notre Congrès endormi, mais par la Cour Suprême des États-Unis. Et quel genre de guerre est-ce? C’est une guerre secrète, mes amis. La décision Agee donne de nouveaux pouvoirs importants au Gouvernement des États-Unis pour aider à fermer les portes de l’Amérique pour l’holocauste nucléaire à venir. Au moment où cette guerre secrète éclatera ouvertement, l’Amérique sera déjà sur un pied de guerre total!

La guerre secrète qui vient d’être discrètement reconnue par la Cour Suprême fait rage depuis cinq ans. Elle a commencé à l’été 1976 avec une crise qui n’a encore jamais été officiellement rendue publique, la Crise des Missiles sous-marins. Depuis lors, la guerre secrète s’est étendue au sabotage nucléaire d’avant-guerre des États-Unis, à la guerre spatiale secrète, à une guerre de renseignement impliquant des techniques qui semblent incroyables à beaucoup de gens. De nombreuses escarmouches dans la guerre secrète ont été tenues à l’écart des nouvelles. D’autres ont été impossibles à cacher complètement, alors au lieu de cela, elles ont été expliquées de diverses façons par les porte-parole du gouvernement et les médias « gardés ». Mais ces choses, mes amis, deviennent de plus en plus difficiles à cacher parce que nous nous rapprochons de plus en plus de la guerre totale; et à mesure que nous le faisons, les incidents sont de plus en plus fréquents, plus violents et causant plus de victimes.

Dans mes rapports de la LETTRE AUDIO au cours des années, j’ai détaillé beaucoup de ces développements comme ils se sont produits. Je crois que vous avez le droit de savoir parce que c’est votre vie et votre pays qui sont en jeu. Pour cette raison, je dois maintenant révéler la plus grande tragédie jusqu’ici dans la guerre secrète.

Mes amis, le plus grand désastre naval depuis la Seconde Guerre mondiale est maintenant arrivé aux États-Unis. Jusqu’à présent, il n’y a aucune trace de ce désastre dans les nouvelles. Une partie de la raison est que le Pentagone n’est pas encore totalement sûr de ce qui s’est passé. En outre, un effort frénétique est en cours pour construire une histoire de couverture crédible qui sauvera les fonctionnaires du Pentagone des licenciements collectifs et de la disgrâce. Leurs jeux de guerre secrets ont causé le désastre.

N’importe quelle date que l’histoire de couverture est décidée et publiée, le plan est de prétendre que le désastre est fraîchement arrivé à ce moment-là. Ce sera un mensonge. L’acte final de cette double catastrophe navale a eu lieu, ironiquement, à l’occasion de la Journée de l’Indépendance Américaine, le 4 Juillet 1981. Pas un, mais deux navires de guerre Américains ont été détruits dans la catastrophe secrète. Je ne vais pas donner les noms de ces navires de la Marine maintenant par respect pour les proches de leurs équipages. Il est juste de laisser les proches se faire notifier avant que les noms des navires soient rendus publics. Pour la même raison, je ne divulguerai pas les types de navires impliqués en ce moment; mais je peux vous dire que deux types différents d’unités de combat navales ont été impliqués dans la double tragédie.

Les restes des deux navires Américains se reposent sur le fond de la mer de Norvège entre l’Islande et la Norvège. Les coordonnées de navigation du grand navire sont: 68 degrés, 56 minutes, 24 secondes au Nord ,1 degré, 6 minutes, 40 secondes à l’Est.

Le plus petit vaisseau est à l’est de celui en deux morceaux, un morceau à environ 48 kms au loin, l’autre environ 64 kms au-delà. Mes amis, je ne peux pas dire combien de temps le Pentagone gardera le silence sur cette tragédie. Une chose est sûre, cependant, ils garderont le silence aussi longtemps qu’ils le pourront.

Il y a seulement quelques mois, le 9 Avril, un sous-marin Américain a coulé un pétrolier Japonais, supposément en le percutant. Et qu’a fait le Gouvernement des États-Unis? Le sous-marin a quitté sans aucun effort pour sauver les survivants pendant que le navire coulait. Le gouvernement des États-Unis n’a même pas signalé l’incident au Japon pendant un jour et demi. Ce n’est que parce que les Japonais se sont aperçus du naufrage que les États-Unis l’ont admis. Même alors, la Marine a publié un rapport sur l’incident qui est plein de trous. Mais cette fois, mes amis, les deux navires qui ont été coulés sont des navires Américains, donc on ne peut pas dire combien de temps le silence durera.

Nous suivons maintenant un calendrier pour la 1ère GUERRE NUCLÉAIRE qui vise le milieu de 1982, d’ici un an environ. Que ce calendrier sera accéléré ou ralenti par les événements, je ne peux le prédire; mais je vais continuer pendant aussi longtemps que je le peux de vous faire savoir ce que vous devez savoir afin de comprendre notre précipitation tête en avant vers la guerre.

Mes trois sujets spéciaux de ce mois sont:

Sujet N° 1 — Les Exercices de Raid Israéliens Pour L’Armageddon Nucléaire

Sujet N° 2 — Le « Plan De Lancement Sur Alerte » De L’Amérique Pour Le Suicide Nucléaire

Sujet N° 3 — Ce Que Vous Pouvez Faire Durant Les Derniers Jours De L’Amérique.

Sujet N° 1 — Les Exercices de Raid Israéliens Pour L’Armageddon Nucléaire

Au nord et à l’ouest du Golfe Persique se trouve une terre dont les origines anciennes se perdent dans les brumes du temps. Il s’agit de la terre entre le Tigre et l’Euphrate, le berceau de la civilisation. La tradition veut que le Jardin d’Éden ait été dans cette région, et en fait le Livre de la Genèse mentionne même l’Euphrate comme une de ses limites. Plus tard, on nous dit que la tour de Babel était située dans la même région, ayant engendré l’ancienne ville historique de Babylone. Ailleurs dans cette même région, la ville célèbre de Ninive s’est également levée et a prospéré, devenant le centre de l’empire Assyrien. Toutes ces choses ont eu lieu bien avant la naissance de notre Seigneur Jésus-Christ, mais des siècles après sa venue, la gloire de la terre entre les fleuves s’est encore levée. C’étaient les jours de l’Empire Musulman Sarrasin des Califes. Vers 800 av. J.-C., l’Empire du Calife Haroun al Rachid était immense. Elle englobait toute l’Arabie, la Perse, l’Égypte, la Syrie, l’Afrique du Nord, et des parties de ce qui est aujourd’hui le sud de la Russie.

Le foyer de l’Empire Sarrasin était cette même terre riche entre le Tigre et l’Euphrate, et le joyau en son centre était une ville magnifique. La capitale des anciens califes a été construite à partir de rien à cette fin à partir de 762 A. D., et quelle ville c’était. Selon tous les récits, la cour des califes était la plus magnifique que le monde ait jamais vue. Le palais était si grand que plus de 80.000 domestiques vivaient et travaillaient à l’intérieur. L’or, l’argent et les pierres précieuses furent transformés en ornements d’une beauté inégalée par des artisans instruits dans la science très avancée de l’époque. Dans la salle d’audience se trouvait un fameux arbre d’or, et sur les branches de l’arbre, dit la tradition, il y avait des oiseaux en d’or et d’argent perchés cloutés de pierres précieuses. Les oiseaux étaient des boîtes à musique et ils flottaient leurs ailes mécaniques lorsqu’ils répandaient des chansons complexes. En dehors du palais, la ville était disposée en cercles de plus en plus grands avec un système de trois murs à la limite extérieure. La ville est rapidement devenue un centre mondial du commerce, de la science, de la littérature et de l’art. La ville, mes amis, était l’ancienne Bagdad, la ville des « Mille et Une Nuits Arabes ».

La splendeur de l’antique Bagdad en fit un prix tentant pour les peuples moins civilisés qui en ont entendu parler. Il ne fallut pas longtemps avant que l’antique Bagdad devienne un point focal de la guerre, impliquant surtout les Mongols et les Turcs. La cupidité prédatrice a détruit une grande partie de la beauté qui avait autrefois été la caractéristique de Bagdad. La guerre constante a fait des ravages et, au fil des siècles, l’empire Sarrasin a décliné en culture et en puissance. Les anciens systèmes d’irrigation ont été détruits, et ce qui était autrefois un jardin d’Éden a commencé à se transformer en un terrain vague. En 1516, Bagdad tomba définitivement aux mains des Turcs, et l’empire Sarrasin autrefois magnifique s’effaça dans les sables d’un désert artificiel.

La Bagdad d’aujourd’hui est loin de cette antique ville fabuleuse. La Bagdad moderne, l’Irak, se trouve sur la rive Est du Tigre de l’autre côté du fleuve sur les ruines de la ville antique. Malgré cela, la Bagdad d’aujourd’hui a certaines choses en commun avec la Bagdad d’autrefois. La Bagdad moderne est en train de se débattre à nouveau pour devenir une ville de science, de culture et de pouvoir; et comme la ville antique, la Bagdad moderne est confrontée à un ennemi puissant qui veut la détruire.

Le mois dernier, le Dimanche 7 Juin, une force de frappe aérienne de 14 avions de guerre a lancé ses moteurs à réaction dans le pays qui s’appelle Israël. Huit d’entre eux étaient des F-16 Américains chargés de bombes d’une tonne. Les six autres étaient des F-15 Américains, des chasseurs de supériorité aérienne pour survoler et protéger les F-16 de tout défenseur possible. Après le décollage des avions, ils ont été ravitaillés par un ravitailleur aérien en vue du long vol de guerre qu’ils étaient sur le point d’effectuer.

Pendant des jours à l’avance, les avions Israéliens avaient fait des exercices d’entraînement conçus pour ressembler à la première partie du raid réel. En conséquence, lorsque le raid de guerre a été lancé ce Dimanche, le mois dernier, il ressemblait d’abord à un autre exercice. Pour maintenir la surprise, la force de frappe Israélienne a grondé vers l’Est au-dessus de la Jordanie à haute altitude, imitant les procédures de la Force Aérienne Jordanienne. Ensuite, les chasseurs Israéliens ont foncé vers et à travers le nord-ouest de l’Arabie Saoudite. À la suite d’ordres secrets du Pentagone, l’avion radar Américain AWACS patrouillant au-dessus de l’Arabie Saoudite n’a pas signalé l’intrusion Israélienne dans l’espace aérien Saoudien. Grâce à cette coopération préalable des États-Unis, le destin de la cible Israélienne à Bagdad était scellé.

Les F-15 et F-16 Israéliens ont foncé dans le désert Syrien de l’Irak sur le pont en-dessous du radar Irakien. Lorsqu’ils se sont rapprochés de Bagdad, ils ont semblé surgir de nulle part venant de la campagne Irakienne alors qu’ils s’élevaient pour commencer l’attaque. À 18h30, heure de Bagdad, un déluge d’une tonne de bombes a commencé à pleuvoir sur le réacteur nucléaire Irakien qui était en construction. En quelques minutes, l’installation du réacteur se trouvait dans des ruines fumantes.

Le bombardement Israélien en Irak a été un événement capital, le genre de chose que nous espérons entendre immédiatement à travers nos médias électroniques. Au lieu de cela, le monde est resté ignorant du raid pour une autre journée entière. L’Irak a imposé un black-out sur les informations à son sujet au début pour des raisons militaires. Le raid était venu sans avertissement ni provocation, et les Irakiens n’étaient pas sûrs de ce qu’Israël pourrait être sur le point de faire. Le Gouvernement des États-Unis avait connaissance à l’avance du raid; mais comme d’habitude ces jours-ci, les États-Unis n’ont rien dit au monde au sujet de ce qu’ils savaient. Il était laissé à Israël le soin d’annoncer publiquement le raid, ce qu’il fit en termes triomphants.

Dans le monde entier, la réaction a été dégout, choc et condamnation — et ce n’est pas étonnant. D’une part, Israël essaie de justifier son acte de guerre dans des termes arrogamment moralisateurs. Israël se plaint que l’Irak était en train de construire un réacteur — mais veut que tout le monde oublie sa propre capacité nucléaire qui est déjà opérationnelle! Israël a toujours refusé de signer le Traité de Non-Prolifération Nucléaire, signé par l’Iraq. L’installation nucléaire Iraquienne a été inspectée régulièrement par l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique au cours de sa phase de construction, lorsque des violations seraient difficiles à dissimuler; mais Israël, qui n’a jamais été soumis à une inspection internationale, a bombardé la centrale de toute façon.

Au-delà de ces questions de droit international et de simple justice, Israël a également ouvert la boîte de Pandore à plus d’un titre. D’une part, Israël a brisé un tabou non écrit sur les attaques de toute nature contre les installations nucléaires. Maintenant, les centrales nucléaires du monde ont été faites partie équitable! Les attaques militaires, paramilitaires ou terroristes sur les centrales nucléaires ne seront plus impensables, grâce au raid Israélien en Irak; et, mes amis, cela comprend les 72 centrales nucléaires qui fonctionnent maintenant ici aux États-Unis! En acceptant secrètement le raid israélien, le Pentagone des États-Unis est en train de semer les graines du terrorisme nucléaire dans notre propre pays.

Plus important que tout, le raid Israélien sur la centrale nucléaire Irakienne était un essai pour un raid beaucoup plus important. Je parle de la prochaine attaque nucléaire Israélienne sur les champs pétrolifères de l’Arabie Saoudite. La destruction nucléaire des champs de pétrole de l’Arabie Saoudite est loin d’être une idée nouvelle, comme mes vieux auditeurs le savent déjà. J’ai la première fois signalé que cela était en cours il y a près de six ans dans la LETTRE AUDIO N° 6. À cette époque, le plan tournait autour dudit « Accord sur le Sinaï » impliquant l’Égypte, Israël et les États-Unis. Une centaine d’Américains se trouvaient dans le Sinaï en vertu de cet accord, et ils étaient destinés à devenir le centre d’un incident pour déclencher la guerre dans la région. L’attaque véritable sur les champs de pétrole Saoudiens devait être effectuée en utilisant des hélicoptères de combat Cobra avec des missiles atomiques air-sol spéciaux.

Comme je le disais à l’époque, le plan faisait partie du plan conjoint en cours entre les Dirigeants de longue date des États-Unis et de l’Union Soviétique pour la domination mondiale. Le plan prévoyait un recouvrement nucléaire des champs pétrolifères Saoudiens en 1976. Il n’a pas été exécuté à cette époque parce que l’alliance secrète entre les États-Unis et la Russie a commencé à se rompre en 1976. Les anciens alliés de Rockefeller en Russie, les Bolcheviks, étaient en train d’être tranquillement renversés là-bas. À leur place, un nouveau groupe dirigeant prenait la relève. Les nouveaux dirigeants Russes détestent les Bolcheviks et les ont expulsés de la Russie en grand nombre; et parce que les dirigeants secrets de l’Amérique, les Rockefeller, avaient soutenu le régime Bolchevik en Russie dès 1917, les nouveaux dirigeants Russes étaient en train de prendre des mesures défensives. Le résultat en est la Crise des Missiles Sous-Marins, toujours secrète, que j’ai signalée à l’été 1976. L’effondrement de l’alliance Rockefeller-Soviétique en 1976 et en 1977 a entraîné un sursis pour l’Arabie Saoudite. Maintenant le gouvernement bolchevique de l’Amérique a reporté le plan pour détruire les champs de pétrole Saoudiens. Le plan a été continuellement mis à jour et révisé pour une valeur stratégique maximale dans la nouvelle situation internationale. J’ai donné des rapports périodiquement dans mes LETTRES AUDIO sur l’évolution du statut de ce plan de guerre.

Depuis trois ans maintenant, le plan secret de la destruction nucléaire de l’Arabie Saoudite a été intégré dans une nouvelle stratégie de base pour une guerre nucléaire. Derrière les portes closes, les planificateurs militaires bolcheviks de l’Amérique ont changé secrètement vers une stratégie nucléaire de première frappe contre la Russie. Lorsque les champs de pétrole Saoudiens sont coiffés dans le raid nucléaire Israélien, cela est destiné à mettre en mouvement une chaîne d’événements. Ces événements culmineront dans la 1ère GUERRE NUCLÉAIRE avec l’Amérique attaquant la première la Russie.

J’ai la toute première fois rapporté les grandes lignes de ce nouveau plan de guerre radical dans la LETTRE AUDIO N° 37 d’Août 1978. J’ai signalé que la première étape devait être un supposé accord surprise entre Israël et l’Égypte le mois suivant à Camp David. Le canular de Camp David est allé sans encombre et le printemps suivant, le traité Israélo-Égyptien fut signé à Washington. On l’a appelé un traité de « paix », mais son but réel était de préparer la guerre!

Mes amis, le soi-disant traité de paix Israélo-Égyptien n’est qu’une nouvelle version plus élaborée de l’accord sur le Sinaï, il y a six ans. L’accord sur le Sinaï a été préservé par des techniciens Américains dans le Sinaï. De même, le traité Israélo-Égyptien conduit actuellement à une force militaire essentiellement Américaine dans la Péninsule du Sinaï, qui doit débuter en Avril 1982.

Maintenant, comme à l’époque, le but est de fournir un prétexte pour entraîner directement les États-Unis dans une guerre au Moyen-Orient. De là, le conflit va se propager dans une guerre totale! Pour mener à bien l’attaque nucléaire limitée à venir sur l’Arabie Saoudite, l’opinion mondiale doit être préparée à l’avance autant que possible. L’idée d’utiliser réellement les armes nucléaires doit être rendue moins impensable pour nous, et il doit être fourni une excuse à Israël pour qualifier l’Arabie Saoudite de menace mortelle. Dans ces deux domaines, des progrès rapides se font maintenant!

Pour rendre un raid atomique plus concevable quand il a lieu, Israël a utilisé la vieille technique du « gradualisme ». Depuis des années, des avions de guerre Israéliens attaquent le Liban. Pendant un certain temps, de faibles protestations de la part de Washington, pour la consommation publique, ont permis à Israël d’utiliser ses armes Américaines. Israël a répondu qu’il s’attaquait à une menace capitale, l’OLP, et qu’il ne faisait que la poursuivre. Après un certain temps, la nouveauté s’est dissipée et la plupart d’entre nous ont commencé à l’accepter.

Ensuite, les Israéliens ont relevé le seuil de la douleur psychologique d’un cran. En violation claire et directe des accords avec le Pentagone, les avions Israéliens ont commencé à lancer des bombes à sous-munitions sur le Liban. Les villageois Libanais — hommes, femmes et enfants — ont été mutilés, démembrés et tués. Lorsque nous avons entendu parler de cela, ça semblait inexcusable pour beaucoup, mais après un court moment, nous avons oublié notre indignation et avons continué avec d’autres choses.

Une fois de plus, le Gouvernement des États-Unis a pris soin de ne rien faire. Nous avions appris à accepter quelque chose d’un peu plus mauvais qu’auparavant dans la guerre. Pas à pas, les violations Israéliennes du droit international et des accords avec les États-Unis sont devenues de plus en plus audacieuses. Chaque fois le Gouvernement des États-Unis parle beaucoup de la loi, de la morale et d’une préoccupation momentanée du public Américain; mais à chaque fois, Israël s’est vu accorder à nouveau le feu vert avec à peine une pause.

Il y a seulement quelques semaines, l’Armée de l’Air Israélienne a abattu deux hélicoptères Syriens au-dessus du Liban en utilisant des avions Américains. Le résultat fut une nouvelle crise sur les missiles antiaériens Syriens. Avec cette crise qui n’a pas encore été résolue, Israël a maintenant détruit un réacteur nucléaire en Irak et tout le temps le Gouvernement Américain continue de laisser Israël le faire à sa manière parce que, mes amis, les Israéliens font exactement ce que les planificateurs militaires Bolcheviks veulent qu’il soit fait!

Ayant accepté la destruction d’un réacteur nucléaire par Israël, ce n’est qu’un petit pas au-delà d’accepter l’utilisation d’armes nucléaires sur les champs de bataille.

Il reste encore la question de la mise en place de l’Arabie Saoudite comme une menace crédible pour Israël. Les États-Unis s’occupent de ce problème tout en faisant semblant de faire une faveur aux Saoudiens. Au début de l’année prochaine, l’Arabie Saoudite doit commencer à prendre livraison d’une flotte de Chasseurs F-15 équivalente à bien des égards à ceux d’Israël. De plus, la vente de cinq avions de surveillance radar AWACS à l’Arabie Saoudite est envisagée. Le but secret de ces transactions d’armes avec l’Arabie Saoudite est exactement l’opposé de ce qui est affirmé. Les États-Unis affirment vouloir améliorer la sécurité nationale de l’Arabie Saoudite, probablement contre la Russie; mais, mes amis, le véritable but est de donner à Israël l’excuse dont il a besoin pour une attaque préventive contre l’Arabie Saoudite.

Le modèle pour l’attaque Israélienne contre l’Arabie Saoudite a été l’attaque du mois dernier contre l’Irak. Israël a affirmé que le réacteur Irakien allait être utilisé un jour contre le pays. Sur cette base, Israël a décrit son attaque préventive surprise contre l’Irak comme une action défensive. Il a même été dit qu’Israël avait sauvé des vies en effectuant l’attaque chirurgicale avant que l’installation ne soit terminée.

Les mêmes choses en grande partie seront dites et faites quand le moment viendra pour qu’Israël attaque les champs de pétrole Saoudiens. Les Israéliens se montreront de plus en plus effrayés qu’une Arabie Saoudite armée de F-15 modernes les utilisera un jour contre Israël. En guise de preuve, ils citeront hors contexte les précédents appels Saoudiens en faveur d’un djihad musulman pour prendre le contrôle de Jérusalem; et pour justifier le caractère préventif du raid, les Israéliens insisteront qu’ils étaient forcés de frapper avant ou peu de temps après la livraison des avions radar AWACS. Comme dans le cas de la centrale nucléaire Irakienne, Israël qualifiera le raid saoudien comme ayant été conçu pour épargner autant de vies que possible. Le raid ne frappera pas les centres densément peuplés, mais les champs pétrolifères. De cette façon, les Israéliens diront qu’ils ont éliminé la base financière de la prétendue menace à Israël.

Mes amis, lorsque j’ai commencé à rapporter le plan visant à coiffer les puits de pétrole de l’Arabie Saoudite dans un raid nucléaire Israélien, beaucoup de gens l’ont trouvé impensable. C’était il y a cinq et six ans. Quelque chose appelée « détente » était encore la ligne officielle. La guerre nucléaire entre les États-Unis et la Russie semblait trop farfelue à cette époque pour que la plupart des gens prêtassent même attention. Quant à Israël bombardant les champs pétrolifères Saoudiens, même les Saoudiens eux-mêmes ne pouvaient pas le croire quand ils ont été informés du plan.

Avec quelle rapidité les temps ont changé! Les gens ne se moquent plus de l’idée que la guerre nucléaire approche entre la Russie et l’Amérique. Et maintenant, même le plan Israélien de bombarder les champs pétrolifères Saoudiens commence enfin à faire surface. Le mois dernier, le 12 Juin, cinq jours seulement après le raid Israélien en Irak, le New York Daily News a publié un article sur « l’arme du pétrole d’Israël ». L’article commence:

« Israël a aussi une arme du pétrole, aussi puissante que la menace d’un embargo par l’Arabie Saoudite ou par tout autre État Arabe. Israël peut bombarder les puits ».

Plus loin, un assistant du Premier Ministre Israélien Begin est cité comme ayant déclaré:

« Les Saoudiens peuvent interrompre la livraison du pétrole à l’Occident, et nous pouvons aussi. »

Quand Israël décidera de bombarder les puits Saoudiens, il le fera de la même façon qu’il a bombardé la centrale nucléaire Irakienne. Israël utilisera ses plus récents et meilleurs chasseurs Américains contre l’Arabie Saoudite, tout comme il l’a fait contre l’Irak. Le raid sera lancé sans aucun avertissement préalable, comme cela a été fait contre l’Irak; et tout comme c’est arrivé à l’Irak, les Israéliens utiliseront au maximum la tromperie dans le raid lui-même.

Depuis deux ans, l’Armée de l’Air Israélienne mène des raids aériens sur le nord-ouest de l’Arabie Saoudite. De temps en temps, des bombardiers F-15 Israéliens foncent inopinément à travers la frontière Saoudienne depuis le Golfe d’Aqaba. Souvent, ils effectuent une attaque simulée sur la Base Aérienne Saoudienne à Tabuk. Les Saoudiens frustrés sont en train de tomber dans un piège en réagissant exactement comme prévu. Ils crient pour leurs propres F-15 afin qu’Israël ne soit pas capable de continuer ces survols effrontés. Ce que les Saoudiens ont jusqu’ici refusé d’accepter, c’est que tout cela est une ruse, une astuce trompeuse.

Un jour en 1982, peut-être plus tôt, Israël envisage de lancer le vrai raid. Au début, il apparaitra comme une autre de ces attaques simulées sur la Base Aérienne Saoudienne; mais quand les jets Israéliens passeront au-dessus de la Base, ils ne retourneront pas comme dans le passé! Au lieu de cela, ils gronderont au-dessus dans une ligne droite vers le Golfe Persique. Disparus dans l’intérieur non défendu de l’Arabie Saoudite, ils se disperseront pour échapper à une nouvelle détection. Comme dans le cas du raid du mois dernier en Irak, l’avion AWACS habité des États-Unis aisément manquera de localiser les agresseurs Israéliens à temps. En deux heures, des boules de feu nucléaires couvriront les puits de pétrole Saoudiens. Le monde sera dans un état de choc, le cœur industriel de l’Europe et le Japon seront paralysés; mais ce ne sera que le début.

L’Amérique Bolchevique sera enfin en mesure de mettre en œuvre son plan de rationnement de l’essence. Le pays sera mis dans les conditions de temps de guerre, nos jeunes seront enrôlés et notre pays sera amené à accepter ce premier acte ouvert de guerre nucléaire depuis la 2ième Guerre Mondiale.

Israël a ouvert la voie à tout cela avec sa destruction du réacteur nucléaire Irakien. Avec son attaque sur l’ancien Jardin d’Éden, Israël a commencé à conduire le monde dans « la vallée de l’ombre de la mort. »

 

Sujet N° 2Le « Plan De Lancement Sur Alerte » de L’Amérique Pour Le Suicide Nucléaire

Au cours des derniers mois, j’ai essayé d’attirer l’attention sur un nouveau phénomène majeur dans les événements mondiaux actuels. Le monde s’effondre, se divisant en factions qui se disputent les unes contre les autres. Le monde entier devient comme les Balkans avant la Première Guerre Mondiale, un chaudron de crises, bouillonnant et écumant de plus en plus chaud. Nous commençons à voir pas seulement une crise à la fois mais plusieurs crises tout à la fois. Dans la LETTRE AUDIO N° 63, j’ai donné un avertissement de guetter l’accélération de ce phénomène. Notre monde est divisé et balkanisé délibérément par les Bolcheviks qui contrôlent maintenant le Gouvernement des États-Unis.

En 1914, la Première Guerre Mondiale éclata soudainement, apparemment par accident, à la suite du ferment instable de crises dans les Balkans. De même, la 1ière GUERRE NUCLÉAIRE est destinée à éclater rapidement du chaos qui se propage dans les crises mondiales. Mes amis, la Première Guerre Mondiale n’était pas accidentelle; elle a seulement été faite pour apparaître de cette façon. De même la 1ère Guerre NUCLÉAIRE ne sera pas accidentelle, mais nous sommes conditionnés à penser qu’elle est accidentelle quand cela arrivera.

La plupart de nous, les Américains aujourd’hui, quand nous pensons à la guerre globale, nous pensons à la Seconde Guerre Mondiale, pas à la Première Guerre Mondiale. Nous avons tendance à penser à l’apaisement répété à l’endroit d’Hitler pendant les années 30 par la Grande-Bretagne et la France; et nous nous rappelons que tout cela s’est terminé par la guerre la plus destructrice de l’histoire, la Seconde Guerre Mondiale. L’Administration dite Reagan est en train de profiter de ces chers souvenirs historiques en disant en effet « Plus d’apaisement ». Entendant cela, des millions d’Américains applaudissent. Entretemps, sous couvert de non apaisement, les États-Unis sont en train de poursuivre une politique d’affrontement. On nous dit avec un sourire Hollywoodien que nous devons agir « fermes » pour maintenir la paix. Ensuite, nous allons au-delà de cela, agissant non seulement de façon ferme mais agressive de manières conçues pour nous amener vers la guerre.

Il y a longtemps, le Président Teddy Roosevelt a dit: « Avancez doucement, mais ayez sur vous un gros bâton ». Au lieu de cela, la prétendue Administration Reagan est arrogante comme un tyran plein de rancœur. La rhétorique du gouvernement style Reagan est inclinée vers nos souvenirs de la Seconde Guerre Mondiale. Comme conséquence, la plupart des Américains sont empêchés de penser aux leçons les plus importantes de la Première Guerre Mondiale.

Mais la balkanisation de notre monde d’aujourd’hui n’a pas échappé à tout le monde. Il y a des gens qui commencent à s’inquiéter. Un exemple a été un article récent de cette vieille publication de l’Establishment, Foreign Affairs. Dans cet article, l’auteur a exprimé son inquiétude face à l’attitude des États-Unis ces jours-ci de ne même pas parler aux Russes. On dit que cela nous laisse: « …dans une situation où le risque de guerre est plus élevé en raison du risque de calculs erronés de la part de chacun des deux côtés. Vous pourriez arriver par accident à la guerre presque comme en 1914. Le modèle de l’Administration Reagan est Munich. Je pense cela est faux. Le modèle correct est 1914. » Mes amis, c’est exactement ce que j’ai signalé il y a plusieurs mois dans la LETTRE AUDIO N° 63, sauf une chose. L’environnement pour une erreur de calcul n’est pas accidentel, mais délibéré. C’est un vieil axiome Bolchevique qui dit que « Dans le chaos, il y a des opportunités. »

D’autres, aussi, rompent avec le comportement passé pour exprimer une préoccupation sans précédent. Par exemple: l’économiste John Kenneth Galbraith de Harvard a parlé récemment dans les cérémonies de lancement à l’université de Johns Hopkins. Comme indiqué dans le Washington Star du 30 Mai 1981, Galbraith a fustigé, je cite:

« Ceux qui disent que nous devons accepter le risque d’une guerre nucléaire pour protéger notre système démocratique. »

Galbraith a dit que faire cela c’est de risquer la destruction de ce système même. Il a souligné que le système économique moderne hautement sophistiqué et profondément intégré ne peut pas survivre au choc d’un échange nucléaire.

Un autre exemple de ceux qui s’inquiètent maintenant en public est le chroniqueur James Reston de New York Times. Dans sa chronique datée du 23 Juin 1981, Reston a discuté de ce qu’il a appelé la mauvaise conduite de la politique étrangère de l’Administration. Il a souligné que les fonctionnaires du gouvernement Américain semblent aller dans toutes les directions à la fois malgré tout dans la direction générale de la confrontation avec la Russie; et il dit, je cite: « La chose troublante à ce sujet est que personne ne sait vraiment ce que cela signifie. » Il exprime la perplexité par rapport à la confirmation publique de l’Administration des accords de renseignement avec la Chine rouge qui ne peut que servir à provoquer la Russie. Enfin, il conclut:

« Cela devient un danger pour l’Administration; et si elle continue à irriter l’Ours Soviétique, même une menace pour la paix. »

Mes amis, pourquoi ces voix et tant d’autres en qui le public a fait confiance ont-elles été si silencieuses jusque si tard dans le jeu? Où étaient-elles il y a cinq et six ans? Quand mes rapports de la LETTRE AUDIO documentaient l’alliance secrète Rockefeller-Soviétique et son effondrement, pourquoi n’ont-elles parlé que de la détente? La réponse dans certains cas, mes amis, c’est qu’il y a une demi-décennie, les cercles dirigeants Américains étaient toujours au lit avec l’Union Soviétique. Le cartel Rockefeller croyait contrôler la Russie à travers leurs dirigeants Bolcheviks. Aujourd’hui, tout a changé. Les Bolcheviks ont été renversés aux plus hauts niveaux du pouvoir en Russie. Affluant ici aux États-Unis pour un nouveau départ, les Bolcheviks à leur tour ont arraché le pouvoir au cartel de Rockefeller.

Lors de la soi-disant élection nationale de Novembre 1980, le chancelant cartel pétrolier de Rockefeller a fait une tentative désespérée pour reprendre le contrôle du Gouvernement des États-Unis. Dans la LETTRE AUDIO N° 59, en Octobre dernier, j’ai signalé que le cartel s’était regroupé sous la direction de John J. McCloy. Utilisant l’homme de paille connu sous le nom de Ronald Reagan, les Supermajors (Big Oil) ont essayé d’évincer les Bolcheviks. Ils voulaient ramener l’Amérique sur la piste de leur propre Dictature Socialiste Corporatiste. Les forces des Supermajors dominées par McCloy ont réussi leur étonnante victoire écrasante lors de l’élection, mais le transfert réel du pouvoir gouvernemental était une autre affaire.

Dans la LETTRE AUDIO N° 61, en Janvier dernier, j’ai signalé que l’obscure décision Branti rendue par la Cour suprême s’y opposerait. Bien sûr, à ce jour un grand nombre de postes critiques du gouvernement sont encore vides ou pourvus en personnel Bolcheviks. Le groupe McCloy est en train de réussir dans certains domaines, mais pas dans la politique étrangère. La politique étrangère de l’Amérique est toujours sous contrôle total des Bolcheviks. Tels sont les faits, mes amis, derrière les expressions inhabituelles d’alarme de ces voix normalement silencieuses de l’Establishment. Il m’a été dit en toute confidentialité par des sources extrêmement bien informées que l’Administration dite Reagan a déraillé. Elle est hors de leur contrôle; et maintenant, nul autre que John J. McCloy lui-même a été cité publiquement dans exactement les mêmes termes.

Plus tôt, j’ai cité la chronique de James Reston du New York Times du 23Juin. La déclaration la plus significative dans la chronique entière était la suivante, et je cite:

« John J. McCloy, ancien directeur de la Banque Mondiale et ancien Haut-Commissaire des États-Unis à Berlin, était ici cette semaine déclarant ce qu’il pensait comme d’habitude de la conduite de la politique étrangère Américaine. M. Mc Cloy pense qu’une administration dont appuie le succès est hors-piste. »

McCloy et ses collègues de l’Establishment Rockefeller n’ont aucun amour pour les Russes indépendants qui contrôlent maintenant le Kremlin; mais à la différence des Bolcheviks ici, ils pensent qu’il est à notre avantage de continuer à parler du moins.

Récemment, un de mes auditeurs fidèles qui est préoccupé par la nécessité d’un contrôle des armes a écrit à un influent industriel Américain qui est également un ancien ambassadeur en Russie. Il a répondu qu’il serait dangereux et imprudent de simplement faire confiance aux Russes dans ce qu’ils disent, sauf, je cite:

« Si ce en quoi l’on doit faire confiance est soigneusement écrit et convenu mutuellement, après je crois que l’on peut leur faire confiance pour observer l’accord. »

Je pourrais mentionner que cela concorde avec ma propre expérience personnelle au cours de mes années avec l’United States Export-Import Bank. Les Russes et leurs partenaires du Pacte de Varsovie sont toujours de durs négociateurs. Ils ne vous croient pas sincère ou que vous pouvez être pris au sérieux à moins que vous négociiez durement et longuement; mais une fois un accord atteint, ils l’observent toujours scrupuleusement. Le problème est que pour négocier avec les Russes, vous devez savoir ce que vous voulez. Si vous voulez vraiment contrôler les armes nucléaires, vous devrez négocier pour cet objectif; et le véritable contrôle des armes est la dernière chose qui se produirait avec l’actuel gouvernement de l’Amérique dominé par les Bolcheviks.

Le 22 Juin, le candidat du Président à la tête de la « Arms Control and Disarmament Agency » (Agence de Contrôle des Armes et du Désarmement) l’a pratiquement dit. Dans le témoignage au Sénat, Eugène V. Rostow a dit, je cite:

« Il se peut qu’une brillante lumière frappe nos fonctionnaires, mais je ne connais personne qui sache ce que c’est que nous voulons négocier ».

Dans le même témoignage, Rostow a également déclaré que les États-Unis ne seront pas prêts à commencer des négociations sur les armes stratégiques avec la Russie avant Mars 1982. Il y a mis non seulement les pourparlers sur SALT, mais aussi la question des missiles nucléaires en Europe. Le 29 Juin 1981, l’entité Président Brezhnev a dit, je cite:

« Nous sommes prêts à siéger à la table des négociations sur cette question, même demain, si vous le voulez; mais les pourparlers n’ont pas encore commencé en raison de l’attitude des États-Unis ».

Les Russes ont également déclaré qu’ils cesseraient de déployer leurs armes nucléaires sur le théâtre Européen pendant les pourparlers si l’Amérique ferait de même. Toutefois, ce n’est pas une condition préalable aux pourparlers, contrairement à certains rapports aux États-Unis.

Quand Eugène Rostow a mentionné que les États-Unis ont besoin de neuf (9) mois de plus pour se préparer pour les négociations sur les armes, c’était un lapsus. Plus tard, il a dû se rétracter à ce sujet face aux Sénateurs étonnés de la Commission des Relations Étrangères, en disant qu’il ne retarderait pas les négociations sur le SALT. Le temps de préparation de neuf mois indiqué par Rostow n’a rien à voir avec les initiatives de contrôle des armes à venir. Après tout, Rostow lui-même a dit que personne n’a même aucune idée sur le contrôle des armes pour en parler. Au lieu de cela, Rostow se référait accidentellement aux préparatifs en cours de la guerre nucléaire.

Les planificateurs militaires Bolcheviks ici s’attendent maintenant à ce que d’ici Mars 1982, les préparatifs essentiels de la première frappe nucléaire soient terminés aux États-Unis. À ce moment-là, avec les armes déjà en place, nous pouvons faire semblant de discuter; mais pendant que nous discutons, nous mettrons également en marche les événements qui mèneront à la 1ère GUERRE NUCLÉAIRE. L’intervalle de neuf mois mentionné par Eugene Rostow est basé principalement sur deux programmes militaires. L’un est le Programme de la Navette Spatiale, l’autre est le programme secret des missiles mobiles de l’Amérique qui se passe sous la couverture du faux projet « MX ». J’ai fait des rapports sur les grandes lignes de ces deux programmes par le passé, par conséquent je vais simplement mettre à jour ces rapports maintenant.

Tout d’abord, à propos du Programme de la Navette Spatiale. Le mois dernier, j’ai signalé que la NASA prévoit d’avorter intentionnellement le prochain lancement de la navette en Septembre. La navette actuellement à Cap Canaveral n’est pas la « Columbia », qui a été détruite dans la mission infructueuse en Avril dernier. J’ai donné les détails à ce sujet et sur le canular de télévision pour cacher la catastrophe dans la LETTRE AUDIO N° 64. La navette que nous verrons décoller de Cap Canaveral cet automne sera la navette de formation « Enterprise » bien que, bien sûr, elle ait été ré-étiquetée Columbia. L’Enterprise est la même navette que nous avons vu atterrir en Californie après que la vraie Columbia ait déjà été détruite. Le vol de cet automne est destiné à maintenir les apparences tandis que l’équipe de la navette militaire secrète arrive à comprendre comment passer outre les Russes en orbite. D’une façon ou d’une autre, ils croient qu’un vol de navette réussi permettra d’effectuer une reconnaissance essentielle au-dessus de la Russie au printemps de 1982.

L’autre facteur majeur est le déploiement des Missiles Mobiles Minuteman TX. J’ai fait un premier rapport sur ce programme secret il y a un peu plus d’un an dans la LETTRE AUDIO N° 55. Dans la LETTRE AUDIO N° 60 en Novembre dernier, j’ai fait une actualisation importante concernant les Missiles Anti-Cosmosphères qui sont déployés avec les missiles TX. Je peux maintenant dire que ces missiles anti-Cosmosphères, ou ACM (Anti-Cosmosphere Missiles), sont en train de devenir une clé essentielle du plan de guerre des Bolcheviks. C’est par l’intermédiaire des ACM que les Bolcheviks projettent de déclencher ce qui semblera être une guerre nucléaire « accidentelle ».

Pour réexaminer un instant, mes amis, le Minuteman TX est un programme de missiles mobiles complètement secret. Pour la consommation publique, le Pentagone prétend se concentrer sur quelque chose appelé le MX. Le MX, nous dit-on, sera grand et puissant, chacun portant 10 ogives nucléaires; et pour le cacher aux Russes, on nous dit qu’il sera mobile.

Au fil des années, un schéma de base après l’autre a été discuté pour le MX. Il y a environ six semaines, le 27 Mai, Henry Bradsher du Washington Star a énuméré certains des systèmes d’assiette MX qui ont été proposés, je cite:

« …assiette orbitale; assiette subaquatique peu profonde de sous-marin; des missiles flottants dans l’océan; les attacher au fond de l’océan, les monter sur des barges terrestres et sur des navires de haute mer; le lancement aérien à partir d’hydravions spéciaux, de nouveaux avions basés au sol, de nouveaux avions d’aérodrome rapide, de nouveaux avions à décollage vertical et des dirigeables; mettre en place des milliers de petits missiles dans des silos fixes; déplacer seuls l’ogive et les systèmes de guidage entre plusieurs corps de missiles « .

Mes amis, le travail est en cours pour développer un ICBM (Intercontinental Balistic Missile) plus grand dans le cadre du programme MX, mais ce travail est utilisé comme un leurre et pour fournir un canal de financement pour le véritable missile mobile de l’Amérique, le Minuteman TX. Le Pentagone veut s’assurer que tout le monde se concentre sur le programme du leurre MX. La meilleure façon d’attirer l’attention des gens, c’est de les mettre en colère, c’est donc ce que le Pentagone a fait. L’Air Force fait semblant de lutter bec et ongles pour un système d’assiette absolument ridicule — les infâmes pistes en Utah et au Nevada; et bien sûr, les gens protestent contre les MX — les agriculteurs, les éleveurs, les écologistes, les activistes anti-nucléaires — pour n’en nommer que quelques-uns. Le système du leurre MX est en train d’attirer tout le feu comme le paratonnerre qu’il est censé être.

Grâce à la controverse orchestrée du MX, notre véritable missile mobile, le Minuteman TX, est complètement négligé. Contrairement au géant MX, le TX est relativement petit. Il est déployé de la seule façon qui devrait être la plus évidente de toutes. C’est la seule façon dont on n’a jamais parlé du MX parce que le Pentagone ne veut pas que nous y pensions. Les missiles Minuteman TX sont déployés sur les chemins de fer Américains! Ils sont déplacés constamment, souvent sous nos propres nez. Dans la LETTRE AUDIO N° 55, j’ai donné une description des wagons uniques qui hébergent les missiles TX. Quelques mois plus tard, certains de mes auditeurs ont commencé à m’envoyer des photos d’eux, et il y a plusieurs mois j’ai publié un bulletin spécial contenant ces photographies.

Dans la LETTRE AUDIO N° 60, j’ai décrit les missiles ACM qui commencent à accompagner les missiles TX lorsqu’ils font la navette. L’ACM est fondamentalement comme un missile ABM, construit pour décoller avec une vitesse aveuglante. Chacun est armé d’une bombe à ionisation au cobalt. Lorsqu’ils explosent dans la bordure supérieure de l’atmosphère, les Bolcheviks ici croient qu’ils interféreront temporairement avec les Cosmosphères Russes planant dans le ciel. Avant que les Cosmosphères ne puissent s’en remettre, les missiles TX seront lancés en Russie dans une première frappe nucléaire. Dans la LETTRE AUDIO N° 55, j’ai expliqué que les fausses alertes nucléaires du NORAD (North American Aerospace Defense Command) étaient en réalité des tests délibérés conduits par les agents Bolcheviks. Ils veulent s’assurer qu’ils peuvent provoquer une première frappe supposément accidentelle contre la Russie qui ne peut pas être annulée à Washington.

Au début de l’année 1981, les Bolcheviks ont conclu que la meilleure façon de le faire était de faire passer les États-Unis à une posture de « lancement sur alerte ». Jusqu’à récemment, les Forces Nucléaires des États-Unis ont exigé un ordre positif du Président avant de lancer une attaque nucléaire. En théorie, c’est toujours vrai, mais en pratique, cela est en train d’être changé tranquillement. Nos Forces Stratégiques sont en train d’être re-programmées pour lancer une attaque totale contre la Russie sous l’une ou l’autre des deux conditions.

L’instruction de base est d’attendre un ordre positif de Washington, mais une nouvelle instruction secrète indique aux Forces Nucléaires qu’elles n’ont pas besoin d’attendre un ordre de lancement positif sous une condition extraordinaire. Cette condition extraordinaire est définie comme, je cite:

« Perte généralisée de connectivité C-3 due au EMP. »

EMP signifie « Electromagnetic Pulse », un phénomène associé à des explosions nucléaires en bordure de l’atmosphère ou près de l’espace. Au début des années 1960, il a été découvert par des essais nucléaires que les EMP peuvent surcharger et désactiver toutes sortes d’équipements électriques, même les lignes électriques. On sait aujourd’hui que les EMP anéantiraient pratiquement le système de commandement, de contrôle et de communication des États-Unis appelé C-3 par le Pentagone. Les planificateurs militaires Bolcheviks ici sont en train de tourner cette vulnérabilité à leur propre avantage. Par des voies appropriées, ils font valoir que: « Supposons que l’Union Soviétique ait lancé une attaque contre les États-Unis en utilisant le EMP pour anéantir nos communications. Ils peuvent lancer une seule bombe H à 402 kms (250 milles) au-dessus d’Omaha, au Nebraska. Toutes nos communications du Maine à la Californie, ainsi que des régions du Canada et du Mexique, seraient grillées par les EMP. Par la suite, le Président n’aurait aucun moyen de donner l’ordre aux équipes des ICBM, aux équipages des bombardiers ou aux sous-marins de riposter. Les Russes pourraient nous frapper », disent les Bolcheviks, « et nous ne saurions pas riposter. »

Utilisant cet argument comme une excuse, les planificateurs militaires Bolcheviks ici sont en train de diffuser de nouveaux ordres secrets à nos Forces Nucléaires. Ces ordres disent que devrait-il avoir un épisode EMP qui coupe les communications, cela doit être pris comme preuve en soi que nous sommes sous attaque nucléaire!

Sous la nouvelle posture de « Lancement sur Alerte » de nos Forces Armées, elles n’attendront pas d’autres ordres. Respectant les nouveaux ordres permanents, tous nos ICBM, bombardiers et sous-marins lanceront des représailles totales contre la Russie, c’est-à-dire qu’elles croiront être en train de riposter; mais ce qu’elles seront réellement en train de faire est de monter une première frappe nucléaire contre la Russie.

Lorsque les Bolcheviks ici seront prêts à le faire, ils lanceront les Missiles Anti-Cosmosphères qui accompagnent maintenant les missiles mobiles Minuteman TX. Les ACM se précipiteront aux confins de l’espace au-dessus de l’Amérique et exploseront leurs bombes d’ionisation au cobalt. Lorsque cela se produira, cela fera plus que de s’interférer avec les Cosmosphères — cela créera également un violent épisode EMP. Toutes les communications vers l’autorité centralisée seront coupées, et nos forces nucléaires croiront que cela est dû à une attaque Russe. Il n’y aura ni le temps et ni aucun moyen de contrevérifier, et par conséquent les Forces Américaines attaqueront la Russie. Les Bolcheviks ici auront déclenché la 1ère GUERRE NUCLÉAIRE, et ils feront en sorte que cela semble comme si tout est arrivé par accident!

 

Sujet N° 3Ce Que Vous Pouvez Faire Durant Les Derniers Jours de L’Amérique

Il y a un an, ce mois-ci, j’ai commencé à répondre à une question que plusieurs personnes m’avaient posée à l’époque. La question était: « Que puis-je faire? Je l’ai fait à contrecœur pour les raisons que j’ai données à l’époque, et pourtant je l’ai aussi fait avec espoir. Je pensais que si beaucoup de gens voulaient réellement agir, il pourrait y avoir une chance. J’ai expliqué pourquoi, à mon avis, il n’y avait qu’une seule arme qui pourrait sauver l’Amérique de notre plongeon tête en avant dans la guerre nucléaire. Cette arme est la Vérité. En particulier, il s’agit de la vérité au sujet du Scandale de l’Or de Fort Knox qui pourrait arrêter nos ennemis intérieurs sur leurs voies. J’ai commencé à donner des suggestions mois après mois sur ce que vous pourriez faire. Nous avons commencé par le Sénateur William Proxmire, alors Président du Senate Banking Committee (Commission Sénatoriale des Banques). Plus tard, nous avons dirigé nos efforts et notre attention vers le système privé de la Réserve Fédérale, qui détient le titre de propriété légal de l’or manquant de l’Amérique. Finalement, nous avons donné à l’entité Président Reagan la chance de faire son devoir d’examiner la question.

Je crois que le temps est venu de vous donner une description honnête de notre position. Mes amis, nous avons donné toutes les chances possibles à ceux qui ont l’autorité appropriée et la responsabilité pour enquêter honnêtement. Et qu’ont-ils fait? Un seul fonctionnaire du Gouvernement des États-Unis, de la Réserve Fédérale ou du Congrès a-t-il pris parti? NON. Sans exception, ils se sont tous mis sur le côté qui veut garder le couvercle sur les faits sur notre or disparu. Sans exception, ils sont en train de dire en effet qu’ils ne se soucient pas de la destruction de nos dollars durement gagnés et de notre économie. Ils ne se soucient pas que vous ne pouvez pas joindre les deux bouts. Ils ne se soucient pas que l’effondrement économique de l’Amérique ouvre la voie à la dictature et à la guerre. Ils se soucient seulement de rester du côté qu’ils croient être le côté gagnant, et ils ont prouvé par leurs actions qu’ils croient que ceux qui ont volé notre or seront le côté gagnant. Le Sénateur William Proxmire, aidé par le soi-disant Inspecteur Général du Département du Trésor, a fermement refusé d’enquêter. La Réserve Fédérale a également resserré les rangs pour empêcher la lumière de la vérité. Pendant un certain temps, il y a quelques mois, certains hauts fonctionnaires des Banques Régionales de la Réserve Fédérale étaient étonnamment coopératifs. Maintenant, il a été mis un arrêt à tout cela. Plusieurs fonctionnaires ont démissionné. Tout le reste est devenu silencieux comme de la pierre.

Le 22 Juin 1981, mon ami M. Edward Durell a envoyé une lettre certifiée à chaque Directeur de la Réserve Fédérale Américaine aux États-Unis. Dans cette lettre, il a averti chaque directeur de sa responsabilité juridique individuelle par rapport aux réserves d’or manquantes de la nation. Sur la base de diverses jurisprudences, chacun est légalement responsable si l’or est manquant, et pourtant pas un seul n’a osé franchir le mur du silence qui a maintenant été imposé.

Et puis, il y a le Président! L’entité connue sous le nom de Ronald Reagan donne de belles paroles en l’air à l’idée que tout abus gouvernemental devrait être éliminé. Il y a trois mois, je vous ai invité à lui envoyer des Mailgrams (messages télégraphiques), l’exhortant, lui ou ses représentants, à se pencher sur le Scandale de l’Or. Pour commencer, nous l’avons exhorté à étudier l’écart de 165.000.000 onces entre les différentes déclarations du Trésor lui-même sur nos réserves d’or. Mes amis, je n’ai jamais entendu un piaillement venant de la Maison Blanche en réponse. Et, pour autant que je sache, personne qui a envoyé un Mailgram n’en avait même reçu un accusé de réception.

Mes amis, il ne peut y avoir plus d’appels à l’autorité, sauf à l’autorité de notre Seigneur Jésus-Christ, Qui est au-dessus de tout. Le temps s’écoule. D’ici l’année prochaine, la 1ère GUERRE NUCLÉAIRE pourrait être sur nous, alors j’exhorte ceux d’entre vous qui veulent encore poser des actes de le faire là où vous êtes. Utilisez vos fichiers de correspondance pour partager ce que vous avez appris avec les autres s’ils sont intéressés. Laissez le pouvoir de la Vérité faire son œuvre en dépit de la corruption dans les hauts lieux, et laissez votre propre connaissance de la vérité sur les événements actuels vous aider à décider judicieusement dans la prise de soin de vos propres besoins familiaux.

 

RÉSUMÉ DE DERNIÈRE MINUTE

Maintenant, il est temps pour mon Résumé de Dernière Minute. Mes amis, le temps est en train de s’écouler rapidement pour les États-Unis d’Amérique. Les calendriers ne peuvent jamais être fermes, mais les Bolcheviks ici aspirent maintenant à la mi-1982 pour lancer la 1ère GUERRE NUCLÉAIRE. Même maintenant, une grande catastrophe navale a frappé les États-Unis en raison de leurs manœuvres.

Mes amis, un Jour du Jugement viendra bientôt pour l’Amérique. Les Américains par millions sont en train d’accepter les idées Sataniques des Bolcheviks ici. Nous sommes en train de remplir une coupe de fureur pour nous-mêmes, et bientôt nous la boirons.

Au mois prochain, si Dieu le veut, c’est le Dr Beter. Merci et que Dieu bénisse chacun de vous.

À propos de G. AKUÉ

Une Âme à la recherche d'une grande illumination à répandre sur les peuples de sa Race bien-aimée et la Race Humaine en général.

Voir tous les articles de G. AKUÉ

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Actualité politique et spor... |
La Voie des Peuples |
nouveaucentreindre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | VILISTIA RUSSIE GEOPOLITIQU...
| afriqueecologielesverts
| unavenirmeilleur