Fièvre de la Guerre Nucléaire et Guerre Secrète en Expansion

12 décembre 2016

Dr Peter D. Beter

Fièvre de la Guerre Nucléaire et Guerre Secrète en Expansion

 

 

Dr. Peter David Beter – Lettre Audio N° 72.

Par Dr. Peter D. Beter

Traduit de l’anglais par G. AKUÉ

Le 21/10/2016

http://www.peterdavidbeter.com/docs/all/dbal72.html

« AUDIO LETTER (R) » est une marque déposée de Audio Books, Inc., une société du Texas, qui a produit cet enregistrement sur bande. Reproduit sous licence ouverte accordée par Audio Books, Inc.

—————————————————————-

Ceci est la LETTRE AUDIO (R) du Dr. Beter, 1629 K St., NW, Washington, DC 20006.

Bonjour, mes amis, c’est le Dr Beter. Aujourd’hui nous sommes le 28 Février, 1982, et ceci est ma LETTRE AUDIO (R) N° 72.

Le dernier dimanche soir du mois dernier, le 31 Janvier, des millions d’Américains ont allumé leurs postes téléviseurs pour regarder un film spécial sur NBC. C’était une grande production montrée en deux tranches des nuits successives. Le film a été intitulé « WORLD WAR III ». Les téléspectateurs ont été attirés dans un monde de terrain accidenté balayé par la neige prétendument en Alaska. À un avant-poste solitaire de réseau de radars d’Alerte Avancée, un spot non identifié est apparu sur l’écran radar. Quand il l’a fait, un membre d’équipage, censé être un espion Soviétique, a tué tranquillement tous les autres, empêchant un signal d’alerte vers le NORAD. Le spot s’est avéré être un transport Russe qui a déposé une équipe de Commandos de l’Arctique dans le désert gelé de l’Alaska.

Au fil de l’intrigue, il est apparu que les Commandos Russes étaient là pour saboter l’oléoduc de l’Alaska. Ils avaient été envoyés en Alaska par les partisans de la ligne dure du Kremlin qui pensaient qu’ils pouvaient utiliser la menace de sabotage pour annuler un embargo Américain sur les exportations de céréales contre la Russie. Au lieu de cela, le plan a échoué, conduisant finalement à des ordres simultanés des deux parties pour une première frappe nucléaire. Au cours de ces deux soirées d’un développement imaginaire vers la Troisième Guerre Mondiale, une atmosphère étonnamment réaliste a été créée. Il y avait beaucoup d’inexactitudes techniques, mais elles importaient peu. Ce qui importait était l’impact émotionnel du film, et à ce niveau, il a été très efficace.

Ici aux États-Unis il y a une fascination croissante pour la violence, le sang, et la guerre. De plus en plus de notre divertissement est construit autour des thèmes de l’hostilité et de la destruction. Cette tendance est visible en sport, en musique, en littérature, au cinéma et à la télévision. Il semble que nous avons été trop bien nantis trop longtemps en termes de choses matérielles. Nous avons une envie fébrile de changement.

Mes amis, ce qui semble se produire aujourd’hui en Amérique a été exprimé il y a longtemps par l’écrivain et philosophe Espagnol Don Miguel de Unamuno. Au cours de la dernière partie du 19ième siècle, Unamuno a gardé un journal intime et surtout spirituel à son atelier à Salamanque, en Espagne. Sa dernière note complète a été faite en Janvier 1902. Soixante-dix ans plus tard, le journal a été découvert et publié, d’abord en Espagne et plus tard dans une traduction en Anglais ici en Amérique par la Princeton University Press. Le journal d’Unamuno, intitulé « The Tragic Sense of Life in Men and Nations » (Le Sens Tragique de la Vie chez les Hommes et les Nations), semble aussi pertinent aujourd’hui comme s’il était fraîchement écrit. Unamuno a écrit, et je cite: « Les hommes recherchent la paix, disent-ils, mais le font-ils vraiment? Il est également dit qu’ils recherchent la liberté. Pas du tout. Ils recherchent la paix en temps de guerre, et la guerre en temps de paix. Ils recherchent la liberté sous la tyrannie, et la tyrannie quand ils sont libres ».

Mes amis, ces quelques mots du philosophe Espagnol Unamuno semblent décrire l’Amérique d’aujourd’hui. Il n’y a pas eu de guerre sur le sol Américain, à l’exception de Pearl Harbor, dans la mémoire de tout Américain vivant; et nous avons joui de la liberté depuis si longtemps que nous la prenons pour acquise, alors maintenant nous suivons aveuglément des dirigeants qui nous trahissent dans l’ultime à la fois dans la guerre et la TYRANNIE.

Mes trois sujets spéciaux pour cette LETTRE AUDIO sont:

Sujet N° 1 — FIÈVRE DE LA GUERRE NUCLÉAIRE ET GUERRE SECRÈTE EN EXPANSION

Sujet N° 2 — LE DÉFI DE LA TROISIÈME NAVETTE SPATIALE À LA RUSSIE

Sujet N° 3 — LE CALENDRIER RACCOURCI POUR UNE GUERRE NUCLÉAIRE.

Sujet N° 1 Fièvre de la Guerre Nucléaire et Guerre Secrète en Expansion

Jour après jour, l’intensité de la fièvre de la guerre est en élévation constante ici aux États-Unis. Chaque soir, dans les nouvelles à la télévision, les turbulences en Amérique Centrale constituent le sujet principal. En El Salvador, un gouvernement qui viole constamment les droits de l’homme de son propre peuple est appuyé par la soi-disant Administration Reagan. La situation en El Salvador contient les germes d’un autre Vietnam en dépit des mensonges de la Maison Blanche affirmant le contraire. Comme le malheureux Vietnam du Sud, El Salvador est criblé de corruption au sein du gouvernement et des forces militaires. Dans les deux cas cette situation résulte du trifouillage par la CIA de la structure du pouvoir de chacun des pays.

Il y a deux décennies, l’Amérique a commencé à patauger dans le bourbier du Vietnam par le fait de groupes de conseillers secrets, soi-disant, inconnus du public Américain; et aujourd’hui, la même chose est en cours en El Salvador. On nous dit qu’il y a seulement une poignée de conseillers non-combattants là-bas. Cela, mes amis, est un mensonge! Pour le moment, il y a déjà plus de 300 Bérets verts en El Salvador, avec plus sur le chemin.

Nous avons également entendu des mots tranchants de la Maison Blanche visant le Nicaragua. Il y a plus de cinq ans, j’ai donné un avertissement au sujet des progrès rapides de la Russie dans le gain d’influence là-bas, mais à cette époque les dirigeants de l’Amérique essayaient de sauver leur alliance secrète chancelante avec le Kremlin, alors ils n’ont pas dit un mot au public sur le Nicaragua. Aujourd’hui, l’alliance secrète est loin derrière, alors aujourd’hui nous entendons, des années plus tard, au sujet du Nicaragua. À l’étranger, aussi, les nuages ​​de la guerre se rapprochant sont de plus en plus sombres. Au Moyen-Orient, Israël menace d’une invasion majeure le Liban qui ne pouvait manquer de conduire à la guerre avec la Syrie. Le tourbillon de la guerre Bolchevik-Sioniste Américaine continue de se propager vers l’extérieur depuis sa source, Israël.

Il y a deux mois dans la LETTRE AUDIO N° 70, j’ai donné une alerte de guetter l’éclatement de nouveaux troubles en Iran sous peu. Maintenant, l’Iran est de retour dans les nouvelles, juste à temps. Il y a eu de nouveaux attentats à Téhéran, un rappel des perspectives de guerre civile. Dans le même temps, nous entendons des rapports que le soi-disant Ayatollah Khomeiny est malade et peut mourir bientôt. Encore une fois, c’est un mensonge dans le cadre du grand plan pour nous manipuler dans la guerre. Le vrai Ayatollah Khomeini a été tué et remplacé par un « double », il y a deux ans ce mois-ci, comme je l’ai signalé dans la LETTRE AUDIO N° 54. Lorsque les planificateurs de guerre Américains bolcheviques ici aux États-Unis sont prêts à jouer leur carte d’Iran dans le développement de la guerre, on nous dira que Khomeini est mort. Les agents Bolcheviques liés aux États-Unis en Iran sont posés et prêts à inciter là-bas à la guerre civile.

Alors que la situation se détériore, on nous dira que la Russie se prépare à transformer l’Iran en un autre Afghanistan. Déjà le négociateur en chef en armement des États-Unis, Eugene V. Rostow, fait des déclarations pour aider à ouvrir la voie à tout cela. Dernièrement, il a été cité à l’effet qu’on peut s’attendre à ce que la Russie « nous teste » (je cite) sur l’Iran. Encore une fois, les planificateurs militaires bolcheviques de l’Amérique se préparent à utiliser l’Iran comme une clé de leur plan élaboré de première frappe nucléaire contre la Russie. Leur stratégie militaire est une version mise à jour du plan que j’ai détaillé il y a 3 ans et demi dans la LETTRE AUDIO N° 37.

La détermination des Bolcheviks Américains ici d’aller en guerre contre la Russie devient évidente d’une autre manière également. Une arène est celle des discussions sur la réduction supposée des armes nucléaires à Genève. Comme un jeu de tribune, l’entité Président Reagan a proposé la soi-disant « option zéro » pour éliminer toutes les armes nucléaires en Europe. Cela sonne bien, mais ça n’a pas de substance. Dans les négociations réelles pour comprendre comment mener à bien ce plan, les États-Unis n’ont pas fait de propositions concrètes du tout. En réponse, les Russes ont fait deux contre-propositions durant les dernières semaines. On pourrait commencer par le gel des armes nucléaires en Europe. Ce point de départ peut ne pas être idéal, mes amis, mais au moins il est clair et il est possible de le faire. La réponse de Washington était de ridiculiser l’idée. L’autre proposition Russe a été faite il y a quelques jours; elle est pour que les deux parties mettent complètement un terme à toute fabrication et à tous les essais de toutes les armes nucléaires comme un point de départ pour le désarmement général. Pour le moment, la Maison Blanche semble avoir été prise au dépourvu. Mais vous pouvez compter sur le fait que cette idée, aussi, sera rejetée avec une excuse des États-Unis parce que, mes amis, le désarmement nucléaire est la dernière chose que nos dirigeants Bolcheviks Américains veulent ici.

Au lieu de cela, le gouvernement est maintenant en train de faire connaître ses intentions de poursuivre les jeunes qui omettent de s’inscrire pour la conscription! L’entité Reagan tient un double langage sur la conscription. Il continue de nous dire qu’il n’y a aucune intention de ramener effectivement la conscription, mais d’autre part, on nous dit maintenant que toute personne qui omet de s’inscrire pour la conscription peut être envoyée dans une prison fédérale. Dans le même temps, la Défense Civile est devenue un nouveau sujet brûlant de promotion par la soi-disant Administration Reagan. L’agence qui mène cette offensive est relativement nouvelle, ayant été levée directement à partir des pages de la nouvelle Constitution secrète pour l’Amérique. Elle est appelée « Federal Emergency Management Agency » (Agence Fédérale de Gestion des Urgences), ou FEMA. La FEMA est en train de fait de son mieux pour nous endormir sur les dangers de la guerre nucléaire. L’Agence dit, par exemple, que, je cite:

« Les États-Unis pourraient survivre à une attaque nucléaire et continuer vers un rétablissement dans relativement quelques années ».

La FEMA est en train de planter des articles dans les journaux à l’échelle nationale pour bien faire comprendre ce mensonge réconfortant. Ces articles plantés essaient de nous dire que tout ce que nous aurions à faire est d’évacuer nos villes, prendre un peu d’entraînement de survie, et mettre en ordre quelques abris simples contre les retombées et nous allons nous en sortir tous très bien.

Mes amis, ces articles plantés par un organisme du gouvernement fédéral sont le pire des mensonges. Juste une bombe H explosant au-dessus d’une ville importante submergerait tous les hôpitaux de l’Amérique avec des pertes énormes! Mais nos dirigeants veulent vous faire croire autrement, afin que vous les suiviez dans une guerre suicidaire.

Récemment, George Kennan a écrit un article qui exprime très bien l’état d’esprit de ceux qui contrôlent maintenant la politique militaire de l’Amérique. À l’époque de la secrète alliance Rockefeller-Soviétique, Kennan a été l’un des partisans de la politique de confinement de la Russie. Maintenant, la situation a radicalement changé, et dans le New York Review of Books du 21 Janvier, 1982, Kennan a écrit un article intitulé « ON NUCLEAR WAR ». Kennan dit, je cite: « Il n’y a pas de question en jeu dans nos relations politiques avec l’Union Soviétique — pas d’espoir, pas de crainte, rien à quoi nous aspirons, rien que nous voudrions éviter qui pourrait éventuellement valoir la peine d’une guerre nucléaire ». Et plus loin, il a ajouté, je cite: « Toute cette préoccupation au sujet de la guerre nucléaire est une forme de maladie. Elle est morbide à l’extrême. Il n’y a pas d’espoir en cela — seulement l’horreur. Cela ne peut être compris que comme une certaine forme de désespoir subconscient de la part de ses adeptes, une sorte de désir de mort, une volonté de se suicider par peur de la mort ».

Mes amis, Kennan ne pouvait pas être plus précis dans la description de l’état d’esprit de ceux qui contrôlent maintenant les plans militaires de l’Amérique — les Bolcheviks Américains ici. Depuis la prise de contrôle militaire Russe de l’espace à la fin de 1977, la planification militaire ici en Amérique a pris une mentalité kamikaze. Il s’agit du concept de « victoire par le suicide ». J’ai donné des détails sur cette nouvelle tendance suicidaire dans notre planification militaire à l’été 1978 dans la LETTRE AUDIO N° 35. C’est ce désespoir qui a conduit à l’évolution de l’Amérique vers une stratégie nucléaire de première frappe contre la Russie, que j’ai signalé la toute première fois dans les LETTRES AUDIO Nos 36 et 37. Les Bolcheviks Américains, qui tiennent maintenant les rênes de l’armée Américaine, sont sataniques et schizophréniques dans leur pensée.

Ils sont opposés à tout ce que notre Seigneur Jésus-Christ représente — Vérité, Espoir et Amour. Ils vivent par le mensonge et la duperie, et ils sont affligés par le désespoir total et la haine de soi. Ils ont en effet un désir de mort, et ils veulent prendre nous autres avec eux.

Alors que la fièvre de la guerre s’intensifie pour la consommation publique, la guerre secrète continue de dégénérer. Le mois dernier, j’ai rapporté au sujet de la reprise de la guerre géophysique de la Russie, impliquant notamment la modification du temps et les séismes artificiels. Ces choses sont destinées à réduire la capacité de l’Amérique à aller à la guerre. Le Canada, aussi, est en train d’être tiré dans le camp de guerre Américain Bolchevik, et récemment les régions du Canada ont subi des conditions extrêmes de blizzard qu’une « urgence nationale » a été déclarée. J’ai également signalé deux incidents au cours desquels des Cosmosphères Russes ont déclenché des crashs d’avions le mois dernier. Je peux maintenant ajouter quelque chose de très important à ce rapport.

La vague d’étranges crashs d’avions qui a commencé avec le Vol 90 d’Air Florida, le 13 Janvier, a impliqué plus que juste un avertissement général du Kremlin. Ils étaient en réponse directe à un acte spécifique de guerre secrète!

Depuis plus de quatre ans maintenant, les plates-formes d’armes electrogravitiques Russes appelées Cosmosphères ont été en vol stationnaire au-dessus des États-Unis. Ils ont annoncé la toute première fois leur présence en créant des booms d’air géants le long de la côte Est et ailleurs. Depuis ce temps, leur nombre se sont multipliés, et ils patrouillent en continu sur toutes sortes de zones stratégiques cibles des États-Unis!

Quand la guerre arrive, les Bolcheviks Américains ici prévoient d’abattre autant de Cosmosphères que possible en utilisant des lasers de haute puissance. Je l’ai signalé il y a au moins trois ans dans mes rapports de la LETTRE AUDIO. Jusqu’à récemment, toutefois, il a été très difficile de détecter les Cosmosphères planant dans le ciel. Ils sont invisibles au radar normal sauf de très près, mais maintenant l’un des projets d’armements accélérés ici aux États-Unis a rendu plus facile de détecter les Cosmosphères et de les cibler avec des lasers. La nouvelle technique appelée « Computer-Enhanced Infrared » est un moyen extrêmement sensible de détection du rayonnement de la chaleur dégagée par les Cosmosphères. Il est connu sous l’acronyme CEIR (prononcé sière).

Dans la soirée du 12 Janvier 1982, un test opérationnel complet a été effectué contre un Cosmosphère qui patrouillait au-dessus du centre de New Jersey. Le CEIR a été utilisé pour diriger un laser de haute puissance basé au sol sur le Cosmosphère, le laser a alors été tiré. Une partie du Cosmosphère a explosé en flammes bleues-vertes. Alors que les flammes ont commencé à se répandre, l’équipage a accéléré le Cosmosphère vers la côte. Tous les équipages de Cosmosphère sont sous des ordres stricts de s’assurer que leur vaisseau jamais ne tombe dans des mains non-Russes, et ils se dirigeaient vers la mer. Le Cosmosphère en détresse, trainant des flammes bleues-vertes, a été vu sur une vaste région de l’Est de la Pennsylvanie et du centre de New Jersey. Il avait été en vol stationnaire à une altitude de plus de 64,37 km (40 miles), mais il est descendu rapidement. Sa coque semi-rigide a commencé à froisser. Il est passé au-dessus d’Atlantic City à basse altitude et a plongé dans l’eau à quelques kms au large. De nombreux témoins ont observé pendant que les restes du Cosmosphère brûlaient, flottant à la surface de l’eau pendant près de 10 minutes. L’incident a créé une sensation dans la région locale, mais les porte-parole officiels du Gouvernement ont traité tout cela comme un non-événement!

Ce premier abattage d’un Cosmosphère a créé des ondes de choc au Kremlin. Il a été décidé très rapidement qu’un message clair doit être envoyé au Pentagone qu’ils payeront chèrement si l’incident doit être répété. Les Russes savaient qu’un laser avait abattu leur Cosmosphère, donc le lendemain un vol d’Air Florida avec des spécialistes de combat au laser à bord a été amené à crasher ici à Washington.

Puis vint une série de crashs et de quasi-crashs — tous prétendument inexplicables. Les quatre jets Thunderbird de démonstration de l’Air Force ont été crashés, comme je l’ai expliqué le mois dernier.

Un Boeing 737 en Californie a chuté bien en dessous de sa trajectoire de vol, apparemment sans cause, et a évité de justesse la catastrophe puisqu’il a sectionné quelques lignes électriques. Et le plus étrange de tous, un DC-8 des Lignes Aériennes Japonaises s’est écrasé dans la baie de Tokyo pendant les derniers moments de son approche d’atterrissage. Ce fut une journée de vol parfait, clair et ensoleillé. Le DC-8 était seulement à environ 914 m (1000 yards) de l’atterrissage, volant dans un glissement en douceur. Il n’y avait pas de problèmes mécaniques. Soudain, le pilote a agi comme s’il était étourdi. Apparemment, il tendit la main et inversa la poussée sur deux des quatre réacteurs. Le grand jet piqua du nez vers le bas; il a percuté des colonnes de luminaires marquant la trajectoire d’approche et s’est écrasé dans les eaux peu profondes. Plus tard, à l’hôpital, le pilote a dit qu’il s’était évanoui. Le co-pilote aurait dit, lui aussi, qu’il s’est tout à coup senti étourdi, mais l’a combattu et est resté conscient.

Mes amis, il n’y a pas de temps pour aller dans tous les détails de tous ces incidents. Il suffit de dire que dans tous les cas, y compris le crash Japonais, les cibles ont été choisies pour donner un avertissement clair à certaines personnes. Dans tous les cas que j’ai mentionnés, un Cosmosphère Russe a utilisé une arme à faisceau de neutrons pour produire ces étranges résultats. Comme je l’ai expliqué précédemment, les faisceaux de neutrons perturbent les instruments électroniques et aussi les systèmes mentaux et nerveux des gens. Les Russes sont en train de dire au Pentagone Américain Bolchevique en réalité: « Si vous abattez d’autres Cosmosphères, il n’y aura pas de place pour se cacher ». La guerre secrète s’intensifie de plus en plus à mesure que l’on se rapproche de l’éclatement de la guerre totale! Dans le même temps, les alignements des grandes et petites puissances continuent de changer et de s’organiser.

Le mois dernier dans la LETTRE AUDIO N° 71, j’ai revu en détail les trois principales Factions de Pouvoir dans le monde aujourd’hui et les relations entre elles. Une faction est celle du cartel Rockefeller — le complexe multinational de Grands Pétroliers, Grandes Banques et Grands Business. Une autre faction est l’Axe Bolchevik-Sioniste dont le siège est partagé entre les États-Unis (en particulier New York City) et Israël. La troisième faction est celle des nouveaux dirigeants de la Russie qui ont expulsé la plupart des Bolcheviks autrefois au pouvoir là-bas.

Le mois dernier, j’ai rapporté qu’une nouvelle relation opérationnelle est en préparation entre les nouveaux dirigeants de la Russie et le cartel Rockefeller. Je peux maintenant annoncer que pour le moment le compromis qui émerge est loin de l’alliance secrète qui existait. Au lieu de cela, il s’agit fondamentalement d’un accord pour ne pas nuire l’un à l’autre comme une question de politique délibérée. L’objectif premier est de se libérer tous les deux (Russes et cartel Rockefeller) en vue de faire face à leur ennemi commun, les Bolcheviks Américains qui ont infiltré les positions clés d’élaboration des politiques du gouvernement ici Washington. Le principal domaine dans lequel le cartel Rockefeller peut être utile pour les Russes est dans la sphère économique. La politique étrangère dominée par les Bolcheviks Américains aux États-Unis est une politique de famine économique contre la Russie et ses satellites.

Le cartel Rockefeller est en position d’amortir partiellement ces politiques en coopérant avec la Russie dans le commerce Est-Ouest. La guerre économique Américaine Bolchevique contre le bloc soviétique est la plus évidente en ce moment dans la situation critique de la Pologne. Les Bolcheviks Américains ont enfin réussi à utiliser le Syndicat Solidarité (Solidarity Labor Union) pour pousser la Pologne dans la loi martiale. Maintenant, la loi martiale est elle-même utilisée comme une excuse pour faire souffrir le peuple Polonais encore plus aux mains de l’Amérique. Un embargo sur la nourriture à peine voilée est mis en place par les États-Unis contre la Pologne. Même l’alimentation des poulets est retenue afin de créer une catastrophe pour les élevages de poulets de la Pologne. Tout est fait pour conduire le peuple Polonais à un tel désespoir qu’une révolte ouverte éclatera.

L’effondrement de la Pologne pose une menace militaire pour la Russie et est une saignée économique. Les nouveaux dirigeants de la Russie travaillent avec une économie centralisée encombrante laissée par les Bolcheviks expulsés. Elle ne peut pas être changée du jour au lendemain, par conséquent les Russes sont vulnérables à la guerre économique. Afin d’éviter une catastrophe économique, les Russes sont engagés clairement dans la recherche de nouvelles façons d’accroitre la devise forte occidentale. Le mois dernier, j’ai signalé l’une de ces mesures Russes — un grand coup dans des titres du Trésor Américain; mais pour le long terme, les Russes veulent établir des liens économiques plus stables et mutuellement bénéfiques avec l’Occident.

La pièce maîtresse de la poussée économique de la Russie est maintenant le gazoduc Sibérien pour l’Europe occidentale. Il est un projet de 25 milliards de dollars, le plus grand jamais réalisé entre l’Union Soviétique et l’Occident.

Il sera achevé en 1984. Les Bolcheviks ici tentent d’arrêter complètement le projet de gazoduc, mais le cartel Rockefeller de pétroliers et d’entreprises essaie de faire avancer le projet de gazoduc. Plus tôt ce mois-ci, le 17 Février, la Chambre de commerce des États-Unis, un organe de relations publiques historique de Rockefeller, a fait une sortie publique à propos du gazoduc. Il a qualifié l’embargo Reagan contre l’équipement du gazoduc de stratégie de guerre économique contre la Russie. La semaine dernière, le « Joint Economic Committee » du Congrès a approuvé le projet de pipeline; et en Europe, les compagnies pétrolières multinationales d’Amérique sont en train de s’aligner en appui au gazoduc — toutes sauf une, Mobil Oil. Contrairement aux autres membres du cartel Rockefeller des Grands Pétroliers, Mobil Oil en Allemagne de l’Ouest a été publiquement opposé au gazoduc.

Pour les Russes le gazoduc est une question de survie économique; et avec une guerre à l’horizon, le Kremlin n’a pas de patience avec ceux qui disent une chose et font une autre. Les Russes considèrent la position de Mobil contre le pipeline comme une trahison, en réalité prenant le parti des Bolcheviks ici en Amérique. Les dirigeants Russes ont décidé de donner à Mobil Oil de fortes raisons de repenser leur position, et vite!

Le Jeudi 11 Février, le porte-conteneurs Russe Mekhanik Tarasov a quitté un port au Québec, au Canada, à destination de Leningrad. Il se dirigea au nord-est vers le fleuve Saint-Laurent, puis à travers le Golfe de Saint-Laurent dans l’Atlantique. Après avoir longé la côte sud de Terre-Neuve, le Tarasov mit le cap à l’est par le nord-est. Son parcours a été choisi pour l’amener très près de la plus grande plate-forme pétrolière semi-submersible du monde, en passant devant elle par le sud. La plate-forme était le « Ocean Ranger » exploitée par Mobil Oil. Elle était soi-disant insubmersible, comme le Titanic. Le Tarasov, comme beaucoup d’autres navires marchands Russes, possédait une capacité militaire qui n’était pas admise. Alors qu’il approchait de la géante plate-forme pétrolière dans une tempête montante, il lança une torpille à tête chercheuse avec une ogive nucléaire à faible rendement vers la plate-forme. Juste avant 01h00.

Le Lundi matin, le 15 Février, la torpille a atteint son objectif, l’un des pontons subaquatiques géants. Les explosions nucléaires sous l’eau sont beaucoup plus limitées que celles dans l’air, et celle-ci était cachée par les vents de force ouragan et le martèlement des vagues. Un trou a été soufflé dans le ponton, et l’Ocean Ranger a commencé à aller au fond par ce côté. L’équipage a lancé un appel de détresse par radio; une demi-heure plus tard, ils ont indiqué qu’ils mettaient en service les canots de sauvetage. Mais l’Ocean Ranger construit par les Japonais a été conçu pour être une plate-forme pétrolière la plus insubmersible du monde! Un coin de la plate-forme supérieure a plongé dans l’eau et s’est arrêté. La plate-forme est restée à flot, gisant à un angle fou. Les foreurs ont cessé de monter dans les canots de sauvetage, en espérant que les bateaux ne seraient pas nécessaires après tout. Puis un Cosmosphère planant au-dessus de la plate-forme visa l’angle de la plate-forme qui avait plongé dans l’eau. Une puissante explosion de son canon à particules chargées fit un trou dans le coin partiellement immergé. Immédiatement l’Ocean Ranger s’inclina et coula. Elle est descendue si vite qu’il était trop tard pour que les embarcations de sauvetage soient lancées avec succès, et tous les membres de l’équipage ont été perdus.

Le cargo Tarasov a poursuivi son cap après avoir coulé la plate-forme pétrolière. Les Russes s’attendaient à ce que le cargo soit parti depuis longtemps avant que quelqu’un n’ait compris ce qui était arrivé — mais ils ont mal calculé! Vers 14h00 de cet après-midi même, le Lundi 15 Février, un sous-marin d’attaque Américain serrait l’étau autour du Tarasov. Le sous-marin tira une seule torpille sur le Tarasov, frappant sa bordée. L’eau a déferlé au travers d’un trou géant en dessous de la ligne de flottaison, et le cargo a commencé à couler. Comme l’équipage du Cosmosphère qui a été abattu au-dessus du New Jersey le mois dernier, l’équipage du Tarasov avait des ordres stricts pour protéger les secrets de leur navire, et ainsi le capitaine Russe a refusé l’assistance d’un cargo Danois à proximité pendant que son navire coulait avec ses secrets. Apparemment, mes amis, Mobil Oil a reçu le message. Deux jours seulement après le naufrage de l’Ocean Ranger, Mobil Oil a fermé les deux autres plates-formes pétrolières qui avaient été à proximité et les a remorquées à terre. Mais nos dirigeants n’ont toujours pas reçu le message. Ils sont toujours en train de nous conduire tout droit vers la première guerre nucléaire!

Sujet N° 2Le Défi de la Troisième Navette Spatiale à la Russie

Au début du mois, le 5 Février, l’entité Vice-Président Bush s’est fait remarquer par un voyage à Cap Canaveral, en Floride. Il a été photographié avec des astronautes à l’intérieur du laboratoire scientifique orbital Européen appelé « SPACE LAB ». Selon les programmes des officiels, SPACE LAB sera mis en orbite par la navette spatiale à la fin de 1983, environ un an et demi à partir de maintenant. Pendant ce temps, Bush a annoncé que le vol n° 3 de la navette spatiale est maintenant prévu pour le 22 Mars, 1982. Prétendument, il doit durer une semaine complète. Pour la consommation publique, les porte-parole de la NASA continuent de prétendre que la navette ne fait qu’exécuter une série paisible de vols d’essai. On nous dit que le Programme de la Navette Spatiale est fondamentalement un programme civil pacifique malgré les équipages tous militaires pilotant la navette. Mais l’image pacifique du Programme de la Navette Spatiale est un mensonge total. Le fait est que les vols de la navette actuellement en cours font partie d’un programme d’urgence des États-Unis pour retrouver un pied militaire ferme dans l’espace.

Les États-Unis ont été pratiquement évincés de l’usage militaire de l’espace par la Russie depuis la fin de 1977, comme je l’ai signalé en détail dans le passé. La domination Russe de l’espace durant les quatre dernières années et plus a été mise en lumière par de nombreux vols spatiaux habités. Ceux-ci ont même inclus des cosmonautes de neuf autres pays en dehors de la Russie. Pendant ce temps, les États-Unis sont restés plus de cinq ans sans admettre une tentative de vol spatial habité. Les superproductions spatiales Russes de longue durée en orbite ont été suffisantes pour établir le prestige de la Russie aux yeux du public; mais comme je l’ai signalé dans le passé, le Programme Spatial Soviétique implique beaucoup plus que ce qui est révélé publiquement.

Depuis la mi-Octobre 1977, la Lune a été un avant-poste Russe. Il y a sept (7) installations habitées de faisceaux de particules à long portée sur la face visible, et au moins une base sur la face cachée. Dans le passé, j’ai signalé que des missions régulières sont effectuées vers et depuis la Lune afin de ravitailler les bases et faire alterner les équipages, et lentement mais sûrement le Kremlin progresse doucement sur son chemin vers l’annonce de son contrôle de la Lune. Ne vous attendez pas à ce qu’ils vous disent tout, mais ils commencent à laisser des indices à ce sujet. Un exemple apparaît dans la publication Russe distribuée aux États-Unis appelée « Soviet Life » de ce mois, Février 1982. À la page 33 du magazine, il y a un bref article d’une page sur l’espace. Introduits près du début de l’article sont les mots, je cite: « Aujourd’hui, les vaisseaux spatiaux font la navette entre la Terre et la Lune avec une plus grande fréquence que ne l’ont fait les premiers voyages vers le Nouveau Monde ».

En haut de la page, il y a une photo de nuit d’un vaisseau lunaire prêt à décoller d’un Cosmodrome Russe. En dessous une image de la Terre vue de l’espace, et entre les deux se trouve une déclaration en caractères gras conçue pour donner un autre indice sur leurs vols lunaires. Elle dit, je cite:

« D’une distance de 70.000 kilomètres au-dessus de la Terre, la planète semble paisible et même sans défense. L’objectif commun est de protéger notre maison bleue et verte ».

Mes amis, les satellites ne sont pas utilisés à des altitudes de 70.000 kilomètres. L’orbite la plus élevée qui est généralement utile pour les satellites terrestres est l’orbite géosynchrone pour les satellites stationnaires au-dessus de l’équateur. Soixante-dix mille kilomètres est presque deux fois plus que loin de la Terre. Le seul moment où un vaisseau spatial va jusque-là à partir de la Terre est quand il est sur son chemin vers ou en provenance de la Lune ou d’une autre planète. L’intérêt de la Russie dans l’espace s’étend aussi bien au-delà des facteurs militaires. Dans la LETTRE AUDIO N° 38, j’ai décrit les plans des nouveaux dirigeants de la Russie pour la colonisation de notre système solaire. Ces plans progressent régulièrement; en fait, en ce moment même, pas un mais deux engins spatiaux Russes approchent la planète Vénus! Ils sont censés être sans pilote; mais, mes amis, ce sont des vaisseaux spatiaux habités.

Dans la LETTRE AUDIO N° 38, j’ai signalé que les Russes se sont installés sur Vénus, pas sur Mars, comme la première cible au-delà de la Lune pour une colonisation expérimentale. Ils ont d’abord commencé de débarquer des vaisseaux sans pilote sur Vénus, il y a environ sept (7) ans, et ils ont appris quelques faits clés pas encore connus en Occident. Il y a quatre ans, les Russes ont commencé une série de vols spatiaux orbitaux habités de plus en plus de longue durée, qui ont été largement médiatisés. Ceux-ci ont été progressivement étendus à six mois et plus pour apprendre comment les équipages résisteraient à un voyage spatial interplanétaire. En début de l’automne dernier ces vols orbitaux de longue durée ont été achevés. Les Russes avaient appris tout ce qu’ils avaient besoin de savoir. Les 30 Octobre et 4 Novembre 1981 derniers, deux vaisseaux spatiaux Russes ont décollé pour Venus. Les deux vaisseaux sont habités par les cosmonautes Russes, et les deux se préparent à atterrir sur Vénus pendant que je prononce ces mots.

Mes amis, la comparaison entre les programmes spatiaux des États-Unis et de la Russie d’aujourd’hui est une étude en paradoxes tragiques. Nous, les Américains, on nous dit que la navette spatiale est avant tout un projet orienté civil, mais elle est en réalité militaire. On nous dit qu’elle est le premier vaisseau spatial réutilisable du monde, mais une navette est en réalité perdue à chaque vol. On nous dit que la navette spatiale nous a mis des années en avance sur la Russie, mais nous avons en réalité glissé des années en arrière. On nous dit souvent que nos Dirigeants veulent seulement des activités pacifiques dans l’espace, mais ils sont en train de fermer presque tout le programme spatial scientifique civil. Le financement se poursuit pour un ou deux projets pacifiques qui sont trop visibles pour être annulés sans un tollé, comme le télescope spatial. Mais les projets de suivi pour explorer notre système solaire sont en train d’être découpés et rejetés parce qu’ils ne contribuent en rien aux plans de nos leaders pour la guerre!

On nous dit constamment que les Russes n’ont rien d’autre que la guerre et la conquête dans leurs esprits; mais ce sont les Russes, et non pas nous, les Américains, qui en ce moment ont deux équipes de spationautes se préparant à atterrir sur Vénus. Ils vont là pour des raisons qui n’ont rien à voir avec la guerre. Les Russes explorent le système solaire tout simplement parce qu’il est là. Les nouveaux dirigeants de la Russie croient que c’est le destin de l’homme de se déplacer dans l’espace. L’envie d’explorer qui a motivé leurs ancêtres Vikings d’antan est bien vivante aujourd’hui dans le Programme Spatial Russe.

Mes amis, je crois que ce même esprit est toujours puissant également parmi le peuple Américain aujourd’hui. Sinon, pourquoi nos dirigeants devraient-ils continuer à nous vendre le Programme spatial comme une grande aventure? Mais les Bolcheviks ici qui contrôlent maintenant le Programme Spatial de l’Amérique ne se soucient pas de l’aventure ou d’explorer l’inconnu ou d’inspirer l’esprit humain. Ils ne se soucient que de pouvoir, de contrôle, d’intrigue, de révolution et de guerre; et leurs plans de guerre sont en train de façonner le Programme de la Navette Spatiale Américaine.

Il y a douze jours, le 16 Février, la navette spatiale a été déplacée vers la rampe de lancement à Cap Canaveral, cinq jours avant la date prévue. Ce sera le troisième lancement de la navette spatiale Américaine, et c’est également la troisième navette qui est utilisée. La première navette, la vraie « Columbia », a été détruite en Avril dernier, comme je l’ai expliqué dans la LETTRE AUDIO N° 64. Elle a été remplacée par la navette de formation « Enterprise » qui a atterri à Edwards Air Force Base et a été déplacée en Floride. Le vol de l’Enterprise en Novembre dernier était une mesure d’urgence pendant qu’une troisième navette pourrait être considérablement modifiée.

La nouvelle navette actuellement à Cap Canaveral est l’une des trois navettes secrètes de White Sands que j’ai mentionnées dans la LETTRE AUDIO N° 63 au printemps dernier. Elle a subi une modification considérable depuis le désastre de la première navette spatiale, il y a dix mois en Avril 1981. Elle semble toujours identique à la Columbia originale, au moins à une certaine distance, mais cette navette est en fait de loin très différente. La navette qui est actuellement sur la rampe, mes amis, est armée jusqu’aux dents!

La mission de base de cette troisième navette est la même que celle de la première navette il y a près d’un an. Il y a un an aujourd’hui dans la LETTRE AUDIO N° 62, j’ai décrit en détail ce que la navette spatiale était censé faire. Sa cargaison était une station de combat robot de tir laser lourdement blindé conçue pour la reconnaissance spatiale au-dessus de la Russie. Les armes spatiales Russes ont fini de détruire tous les Satellites Espions de l’Amérique, il y a près de quatre ans. Cela signifie que les planificateurs de guerre de l’Amérique seront en train de tirer presque aveuglement sur la Russie s’ils commencent une guerre sans acquérir d’une certaine façon de nouvelles données de reconnaissance. La navette spatiale tente de résoudre ce problème en mettant le nouveau satellite aguerri en orbite. Voilà de quoi il s’agit en ce moment avec les vols spatiaux de la navette — des tentatives de reconnaissance.

Après le décollage de chaque navette de la Floride, elle suit un long lancement incurvé plongeant vers le nord afin de survoler la Russie. Les planificateurs militaires Américains Bolcheviks croient ici que s’ils peuvent une fois mettre leur nouveau satellite super-espion en orbite, il fera le travail. Ils sont convaincus qu’il peut survivre à toute attaque par des armes spatiales Russes assez longtemps pour renvoyer par radio une grande quantité de données de reconnaissance; et une fois qu’ils ont cela, le Pentagone sera prêt à conduire l’Amérique à la guerre.

Au printemps dernier, la « Columbia » a été détruite avant que le Satellite Espion puisse être déployé. De même, la mission « Enterprise » de fortune en Novembre, a été un échec, mais les planificateurs de navettes militaires croient que ce sera une autre histoire avec leur navette N° 3 en préparation dès maintenant pour le lancement.

Dans la soute de cette navette, il y a une nouvelle station de combat robot de reconnaissance comme celle que j’ai décrite dans la LETTRE AUDIO N° 62. Il y a aussi un laser supplémentaire monté dans l’extrémité avant de la soute juste derrière le compartiment de l’équipage. C’est un laser dynamique de gaz de fluorure d’hydrogène monté verticalement, qui vise vers le haut. Il est équipé d’une tête pivotante constituée de miroirs qui peuvent cibler le faisceau autour d’une large variété d’angles. Le laser de fluorure d’hydrogène dans la soute est destiné principalement à protéger la navette pendant qu’elle monte vers son orbite.

Comme je l’ai signalé dans la LETTRE AUDIO N° 64 au printemps dernier, la « Columbia » a subi le feu peu de temps avant d’atteindre l’orbite. Les analystes du renseignement ici ont finalement obtenu suffisamment d’informations sur ce qui est arrivé pour décider de l’installation du laser de soute. Lorsque la navette monte, l’air deviendra de plus en plus léger, baissant à presque rien longtemps avant que les moteurs de fusée ne se coupent. Le plus tôt possible, les portes modifiées de la soute, qui n’ont pas de charnières sur cette navette, seront arrachées par des engins explosifs spéciaux. Tandis que les portes de la soute flottent loin de la navette, cela laissera la moitié supérieure de la soute grande ouverte. Le laser de la soute sera prêt à tirer à partir de ce moment-là. Il est équipé du même système appelé CEIR que j’ai décrit dans le Sujet N° 1. Depuis qu’un laser équipé de cette manière a avec succès abattu un Cosmosphère le mois dernier, les planificateurs de la navette croient que la navette atteindra l’orbite en toute sécurité. Une fois en orbite, les planificateurs ici croient que la principale menace pour la navette sera les Cosmos Interceptors de la Russie en orbite. Ces tueurs de satellites habités sont responsables de nettoyer le ciel des Satellites Espions Américains. Afin de faire face à cette menace, il y a eu des modifications vraiment radicales sur la navette. Chaque fois que la navette spatiale est en discussion, il est toujours souligné que les astronautes de la navette peuvent travailler dans leurs manches de chemise — pas besoin de combinaisons spatiales parce que monter dans la navette est presque comme monter dans un avion de ligne. Ce n’est pas ainsi cette fois, mes amis.

Lorsque le colonel Jack Lousma et le colonel C. Gordon Fullerton décolleront dans cette navette, ils seront en combinaisons spatiales. De plus, ils seront dépendants de leurs combinaisons spatiales parce que la cabine de leur équipage ne sera pas pressurisée. Toute la partie avant inférieure de leur navire en-dessous du poste de pilotage a été transformée en une baie d’armes. Dès que la navette arrivera en orbite, la proue s’ouvrira au vide de l’espace. La proue se repliera vers le bas et derrière un peu comme certains avions cargos dont la proue se replier vers le haut pour charger et décharger. Dès que la proue s’ouvrira, un système laser complexe va émerger. Le système comporte cinq segments tubulaires dirigés vers le haut, et vers le bas, de chaque côté, et tout droit devant. Chaque tube de laser a une tête miroir de pivotement pour la visée de faisceaux, comme celle du laser de soute que j’ai mentionné plus tôt. Une fois déployé, le Système de Laser de Proue sera capable de tirer dans presque toutes les directions. La seule exception est un couloir étroit à l’arrière de la navette.

Le Système de Laser de Proue est décrit comme un laser à plasma d’hélium pompé au nucléaire avec cinq résonateurs. Le pack d’énergie nucléaire peut tirer une quelconque des cinq tubes laser à la fois. Il n’est pas aussi puissant que le laser de soute; mais contrairement au laser de soute, le Système de Laser de Proue peut fonctionner pendant une longue période sur une base intermittente, et les planificateurs de la navette estiment qu’il sera assez puissant pour désactiver les tueurs de satellites habités Russes. Sous la protection du Système de Laser de Proue, Lousma et Fullerton doivent déployer le robot Satellite Espion. Dès qu’il est déployé, ils doivent revenir sur Terre dans une petite capsule de retour de type Gemini. Cette partie du plan est la même que j’ai révélée il y a un an pour le premier vol de la navette. Pendant ce temps, la navette restera en orbite.

Le Système de Laser de Proue est programmé pour maintenir le zapping des Cosmos Interceptors Russes qui viennent à portée. Il continuera à le faire jusqu’à ce qu’il soit détruit ou que le laser nucléaire soit réduit, ce qui pourrait prendre un temps très long. Il constituera une nuisance très dangereuse dans l’espace, et les Russes n’auront pas d’autre choix que de le détruire. Les Bolcheviks Américains ici espèrent que les Russes perdront beaucoup de vaisseaux spatiaux et d’hommes avant qu’ils ne réussissent à le faire. Si les planificateurs de navette militaires ont raison dans leurs calculs, la troisième mission de la navette spatiale pourrait se transformer en une bataille royale dans l’espace. S’ils ont tort, ils prévoient actuellement d’essayer à nouveau une fois de plus.

À partir de maintenant, la quatrième mission de la navette spatiale est prévue pour le 4 Juillet. Après cela, peu importe ce qui se passe avec la navette spatiale, ils prévoient maintenant d’aller de l’avant de toute façon dans le déclenchement de la première GUERRE NUCLÉAIRE parce que mes amis, les Bolcheviks Américains ici ont marqué un coup de Renseignement contre la Russie.

Sujet N° 3 -- Le Calendrier Raccourci Pour Une Guerre Nucléaire

Pendant près d’un an maintenant, j’ai fait des reportages sur la grande stratégie des Bolcheviks Américains et leurs partenaires Sionistes pour déclencher une guerre nucléaire. Leur plan de base est une version mise à jour de celui qui a réussi à déclencher la Première Guerre mondiale. Le prélude à cette guerre a impliqué des crises incontrôlables croissantes dans les Balkans. De même aujourd’hui, le monde entier est balkanisé au moyen d’intrigues Bolcheviques-Sionistes.

L’année dernière, j’ai commencé à donner l’alerte que nous allions bientôt assister à des crises de plus en plus simultanées dans le monde à mesure que la fièvre de la guerre monte. Aujourd’hui, ces crises simultanées sont maintenant sur nous, juste comme prévues.

El Salvador et le reste de l’Amérique Centrale sont enflammés par des soulèvements internes. La Pologne est sous la loi martiale, alors que l’Amérique tente de transformer les troubles de la Pologne en un sanglant désastre total. Au Moyen-Orient, non pas une mais plusieurs bombes à retardement sont presque prêtes à exploser puisque le printemps arrive. Ce sont les choses dont je parlais à l’avance dans mes rapports l’année dernière.

L’Axe Reagan-Begin des Bolcheviks et Sionistes a l’intention de manipuler ces crises — et plus à venir — pour ouvrir la voie à la guerre. Tout à coup, certaines crises se combineront pour déclencher une chaîne d’événements menant à la première GUERRE NUCLÉAIRE. La junte militaire conjointe du Pentagone des États-Unis et d’Israël travaille sur un calendrier rapide pour tout cela. Comme je l’ai signalé dans les bandes antérieures, ils visent le milieu de l’été 1982, cette année, pour le début de la séquence de guerre finale.

Cela impliquera des conflits régionaux au Moyen-Orient et ailleurs qui progressivement dégénèreront pour engloutir les superpuissances. Le tout est mis en place pour faire en sorte que la guerre nucléaire semble inévitable. Enfin une guerre nucléaire elle-même va éclater entre les États-Unis et la Russie. On la fera apparaître comme accidentelle; mais comme je l’ai indiqué dans le passé, mes amis, la première guerre NUCLÉAIRE commencera effectivement par une première frappe nucléaire Américaine contre la Russie!

Jusqu’à présent, les planificateurs de guerre secrets ici espèrent que cela prendrait plusieurs mois pour que le développement de la guerre finale touche à sa fin. Par exemple, une guerre au Moyen-Orient pourrait être déclenchée cet été 1982, mais il pourrait prendre jusqu’au printemps 1983 pour que la guerre nucléaire consécutive éclate. Cela a été leur façon de penser jusqu’à très récemment, mais un changement radical est en train de prendre place dans la planification de la guerre secrète en cours ici en Amérique.

Le calendrier de la première GUERRE NUCLÉAIRE a maintenant été accéléré de plusieurs mois. Mes amis, pour le moment, la nouvelle date cible pour une attaque nucléaire surprise Américaine sur la Russie est la mi-Septembre 1982! C’est dans un peu plus de six mois à partir de maintenant. La raison de ce raccourcissement drastique du calendrier de guerre est un coup de renseignement majeur qui a été marqué par les Bolcheviks Américains ici.

Deux généraux Soviétiques de haut rang ont récemment été sortis de la Russie et ramenés ici à Washington. Ces deux hommes sont des Bolcheviks que les nouveaux dirigeants non-Bolcheviks Russes n’ont pas réussi à détecter et éliminer. Dans le jargon du renseignement, ils sont restés comme des taupes dans l’appareil militaire de la Russie. Maintenant, ils ont été ramenés en Amérique, et ils apportent avec eux une foule de données sur la posture militaire actuelle de la Russie! Grace à ces deux anciens généraux Bolcheviks Soviétiques, les planificateurs de guerre secrets ici ont maintenant suffisamment d’informations pour planifier une attaque nucléaire contre la Russie. S’ils peuvent améliorer ces informations à partir des données des vols N° 3 et 4 de la navette spatiale, tant mieux. Mais si aucun des deux prochains vols de la navette ne réussit, les planificateurs de guerre ont l’intention de ne plus attendre. Ils veulent faire usage du renseignement obtenu des deux généraux Soviétiques pendant qu’il est encore frais, et donc les planificateurs de guerre secrets ici ont fixé pour eux-mêmes une date limite de la mi-Septembre 1982 pour attaquer la Russie!

En l’état actuel des choses, mes amis, la première guerre NUCLÉAIRE pourrait éclater à tout moment après le vol N° 4 de la navette spatiale cet été et bien avant la fin de Septembre.

Mes amis, je ne vous dis pas ces choses pour que vous paniquiez, mais pour la raison inverse. Je veux que vous soyez en mesure de comprendre les événements pour vous-mêmes afin que vous puissiez prendre des mesures pour vous protéger vous-mêmes et vos familles. Je ne peux pas souligner assez que ce que je vous rapporte sont les plans des hommes. Si vous voyez certaines choses se produire, vous saurez que ces plans de guerre sont en train de réussir et que la guerre est imminente; si vous ne voyez pas certaines parties du plan se produire dans les nouvelles, alors vous saurez que les plans de guerre peuvent avoir rencontré un obstacle quelconque. À cet égard, je tiens aussi à vous faire connaître le plus grand de tous les obstacles possibles qui pourrait bientôt faire trébucher les Bolcheviks Américains ici.

Depuis un certain temps maintenant, j’ai rapporté la lutte cachée pour le pouvoir qui divise le Gouvernement des États-Unis. D’un côté, les Bolcheviks Américains dont le premier agent du Gouvernement est aujourd’hui le Secrétaire à la Défense Caspar Weinberger. De l’autre côté se trouve le cartel Rockefeller dont le porte-parole gouvernemental principal est le Secrétaire d’État Alexander Haig. Weinberger et Haig sont constamment à la gorge l’un de l’autre dans les nouvelles. Ceci est seulement une ombre de leurs intrigues derrière des portes closes! Prise au milieu est l’entité fantoche Président Reagan.

Notre Président fantoche a été installé par le cartel Rockefeller, mais a été en grande partie sous contrôle bolchevique depuis la tentative d’assassinat en Mars dernier. Comme une marionnette, il danse selon les cordes qui sont tirées sur le moment de chaque côté. Pour l’instant, l’armée Américaine est dominée par les Bolcheviks ici, mais ce ne fut pas toujours ainsi.

Le cartel Rockefeller regagne du pouvoir et se prépare maintenant à tenter de reprendre le contrôle de l’armée ici. Dès 1963, les initiés de Rockefeller ont mis en place un plan d’urgence pour un éventuel coup d’État militaire contre un président marionnettisé. J’ai révélé l’existence du plan il y a cinq ans ce mois dans la  LETTRE AUDIO N° 21.

Les premières étapes du plan ont été effectivement mises en mouvement contre le Président d’alors Carter, mais les événements plus tard cette année ont provoqué l’interruption du plan. Maintenant, le plan pour un coup d’État militaire soutenu par le cartel Rockefeller est mis en mouvement à nouveau, et cette fois-ci c’est un programme d’urgence destiné à être réalisé en quelques mois. Comme je l’ai expliqué dans la LETTRE AUDIO N° 67, le cartel Rockefeller ne peut pas se permettre de laisser leurs ennemis bolcheviques ici réussir à déclencher une guerre nucléaire, donc le coup d’État militaire doit avoir lieu avant l’attaque surprise Américaine Bolchevique contre la Russie. Si possible, le coup sera réalisé avant le quatrième vol de la navette spatiale cet été parce que la guerre sera possible à tout moment après cela.

L’homme qui est en charge de la préparation du coup d’État militaire est un Général quatre étoiles de l’Armée. C’est inhabituel, car les coups sont généralement réalisés par des officiers de rang inférieur; mais cette fois les circonstances sont très inhabituelles aussi. Le Général en charge du coup à venir, mes amis, est le Général Alexander Haig, actuellement Secrétaire d’État. Il attend avec impatience le jour où il peut vraiment dire, je cite: « Je suis aux commandes ici. »

Dernièrement Haig a été dans les grands programmes de télévision presque tous les jours. Il a également voyagé presque continuellement pour aider à ouvrir la voie pour que le coup d’État soit accepté à l’étranger. Plus important encore, les Russes ont été informés du coup d’État imminent au cours des pourparlers Haig-Gromyko le mois dernier. Une partie du nouveau compromis entre le cartel Rockefeller et le Kremlin a à voir avec le coup d’État prévu ici. Le groupe Rockefeller avait peur que le Kremlin interpréterait un coup d’État militaire comme un signe que l’attaque contre la Russie suivrait rapidement. Haig a assuré les Russes que ce sera un coup d’État anti-Bolchevique et que les plans de guerre bolcheviques seront liquidés. Gromyko était très douteux dans ses pourparlers avec Haig. Il a exprimé la crainte que l’ensemble du plan ne se retourne et fasse en sorte que les Bolcheviks Américains du Pentagone poussent le bouton, mais Haig a finalement arraché un accord que les Russes n’interféreront pas avec le coup d’État, ni n’utiliseront l’occasion pour attaquer les États-Unis. Ce qui se prépare maintenant, mes amis, est vraiment un contrecoup.

Il y a trois ans, le cartel Rockefeller a perdu son pouvoir sur le Gouvernement des États-Unis dans un coup d’État bolchevique. J’ai détaillé ces événements à l’époque, mais autrement, ils étaient généralement cachés à la vue du public. Maintenant, le cartel Rockefeller tente de reprendre le pouvoir qu’il a perdu il y a trois ans. Si la prise de contrôle militaire a effectivement lieu, elle aussi est susceptible d’être largement cachée dans ses détails à la vue du public. Un seul événement dans le plan est susceptible d’être visible à tous. Cet événement, mes amis, sera la mort subite de l’entité connue en tant que Président Ronald Reagan. Si cela se produit à la fin de l’été 1982, peu importe ce que l’histoire officielle peut être, vous saurez que le coup d’État militaire a eu lieu. D’autre part, si quelque chose arrive au Secrétaire d’État Haig à ce moment, il pourrait bien signifier que les Bolcheviks ont déjoué le coup d’État.

Tout est une course contre la montre, mes amis, et les enjeux de cette course implique rien de moins que la survie même de nos États-Unis!

RÉSUMÉ de DERNIÈRE MINUTE

Maintenant il est temps pour mon Résumé de Dernière Minute. Dans cette LETTRE AUDIO, je n’ai eu d’autre choix que d’insister sur le sujet de la guerre qui se rapproche, la GUERRE NUCLÉAIRE. La fièvre de la guerre nucléaire est en train de nous conditionner pour la guerre, et les hostilités sont en train de s’intensifier dans la guerre secrète déjà en cours.

Alors que deux vaisseaux spatiaux habités Russes s’approchent de Vénus, le Programme Spatial de l’Amérique est réduit à une tentative militaire ultime dans l’espace. Le calendrier de guerre est accéléré avec rien en vue qu’un coup d’État militaire pour l’arrêter.

La situation que nous vivons aujourd’hui, mes amis, me fait penser à un cours de « Justice Militaire » que j’ai pris en Faculté de Droit en 1950. Il a été enseigné par un Général de l’Armée. Il a commencé la première classe avec une déclaration qui résonne encore dans mes oreilles aujourd’hui. Il a dit: « Si vous ne vous rappelez de rien d’autre de ce cours, ne vous méprenez pas sur une chose: Les États-Unis d’Amérique ont vu le jour dans la guerre, et les États-Unis vont mourir dans la guerre ».

Au mois prochain, si Dieu le veut, c’est le Dr Beter. Je vous remercie, et que Dieu bénisse chacun de vous.

À propos de G. AKUÉ

Une Âme à la recherche d'une grande illumination à répandre sur les peuples de sa Race bien-aimée et la Race Humaine en général.

Voir tous les articles de G. AKUÉ

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Actualité politique et spor... |
La Voie des Peuples |
nouveaucentreindre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | VILISTIA RUSSIE GEOPOLITIQU...
| afriqueecologielesverts
| unavenirmeilleur