La Guerre Secrète Des Morts Vivants

12 décembre 2016

Dr Peter D. Beter

La Guerre Secrète Des Morts Vivants

 

Dr. Peter David Beter – Lettre Audio No 48.

Par Dr. Peter D. Beter

Traduit de l’anglais par G. AKUÉ

Le 20/10/2016

http://www.peterdavidbeter.com/docs/all/dbal48.html

« AUDIO LETTER (R) » est une marque déposée de Audio Books, Inc., une société du Texas, qui a produit cet enregistrement sur bande. Reproduit sous licence ouverte accordée par Audio Books, Inc.

—————————————————————–

Bonjour, mes amis, c’est le Dr Beter. Aujourd’hui nous sommes le 30 Juillet 1979, et ceci est ma LETTRE AUDIO (R) N ° 48.

Au cours des dernières semaines nous, les Américains, avons été étourdis d’une crise à une autre — la crise de l’essence, la crise du dollar avec l’or culminant à de nouveaux niveaux record, la chute du Nicaragua, le crash présumé sur terre de SKYLAB, les rumeurs d’un nouveau commandement militaire Russe à Cuba, la controverse sur le traité SALT II, ​​et surtout la crise Carter — avec un développement choquant et sans précédent après l’autre. Pendant ce temps, en arrière-plan, il y a un battement de tambour continu de petits mystères pour s’en soucier — usines chimiques, raffineries et dépôts de stockage d’essence explosant et brûlant tous les jours autour de nous; les wagons-citernes de chemin de fer continuent de dérailler, de fuir et explosant ici et là — mais ces choses sont devenues si courantes dans les deux dernières années que nous n’y accordons même plus d’attention. Au lieu de cela, nous nous demandons: « Pourquoi ces 41 cachalots ont soudainement échoué et sont morts le mois dernier sur la côte de l’Oregon? » Même les biologistes marins dans cette région nous laissent avec les mots: « Cela peut toujours être un mystère ».

Mais cela s’efface bientôt de nos esprits, et en lieu et place notre attention est détournée par les rediffusions télévisuelles pathétiques de l’apogée de l’Amérique dans l’espace, il y a une décennie. Pendant que nous regardons l’image floue d’un spationaute alors qu’il marche avec précaution sur la lune, pour un moment, nous sommes encore une fois le 20 Juillet 1969; et pendant un bref moment, nous tressaillons une fois de plus à ces célèbres paroles de Neil Armstrong: « C’est un petit pas pour un homme, un bond de géant pour l’humanité ». Pendant un moment, nous pouvons oublier combien c’est différent aujourd’hui. Notre Station Spatiale habitée Skylab est maintenant officiellement morte selon la NASA, tandis que les cosmonautes Russes établissent de nouveaux records dans leur Station Spatiale Salyut 6; Et, étrangement, la Navette Spatiale Américaine ne peut tout simplement pas sembler décoller. « Qu’est-il arrivé à la NASA? », pouvons-nous nous demander; et « Si nous pouvions débarquer des hommes sur la lune, pourquoi ne pouvons-nous pas résoudre tout autre de nos problèmes? » Mais avant que nous puissions penser à des réponses, notre attention est détournée de nouveau. « Voici venir une autre bombe de Washington », dit la télé, et nous oublions tout le reste, absorbés dans le dernier événement déconcertant dans la crise Carter.

Mes amis, les reportages sur ces événements les font toujours paraître comme s’ils étaient séparés et sans rapport. En conséquence, ils semblent n’avoir aucun sens; et ainsi nous faisons comme nous sommes censés faire, nous baissons juste les mains. Plus nos dirigeants sont devenus mauvais, plus nous avons décidé de leur faire confiance; et plus notre gouvernement est devenu secret, plus nous nous sommes menti à nous-mêmes que nous savions ce qui se passait. Mais les événements que j’ai mentionnés il y a quelques instants ne sont pas séparés et sans rapports. Ils font tous partie d’un tableau d’ensemble; comme les pièces d’un puzzle, chaque pièce est logique quand on sait ce que le tableau d’ensemble est. Voilà pourquoi dans ma série de LETTRE AUDIO, je continue de me focaliser sur le tableau d’ensemble — c’est ce que j’ai dit que je ferais quand j’ai inauguré la série de la LETTRE AUDIO en Juin 1975. Chaque mois, je ne peux que souligner quelques-uns des événements spécifiques qui sont des pièces du puzzle, mais chaque mois j’essaie d’ajouter plus à votre propre compréhension afin que vous puissiez apprendre à voir la vérité pour vous-mêmes.

Pour les auditeurs attentifs de longue date de mes LETTRES AUDIO, les événements récents ne devraient pas être une réelle surprise. Par exemple, considérons la baisse fluctuante du dollar des États-Unis et la hausse fluctuante des prix de l’or. Dernièrement, de nombreuses anciennes figures anti-or ont sauté dans le train de l’or, comme si elles avaient toujours été là. Pourtant, ils ne vous disent rien au sujet de la raison pour laquelle ces événements se déroulent actuellement. Mes amis, les raisons sont celles que j’ai rendues publiques il y a six ans dans mon livre, il y a cinq ans dans le témoignage au Congrès, puis dans mes LETTRES AUDIO.

Ceux qui devraient bénéficier le plus de la mort du dollar ont commencé à disparaître de la scène au début de cette année 1979. Cela a commencé avec l’assassinat de Nelson Rockefeller, que j’ai rapporté dans la LETTRE AUDIO N° 42. Le mois suivant j’ai signalé que ses frères David et Laurance ont également été tués et remplacés par des « doubles ». Il est maintenant largement connu dans les milieux bancaires internationaux que le vrai David Rockefeller est mort. Mais les puissantes forces économiques de grande portée ont été déchaînées il y a des années par le regretté David Rockefeller et ses proches. La mort du dollar était juste une partie d’un plan élaboré pour la Dictature ici en Amérique, suivie par un Gouvernement Mondial.

Un autre élément du plan devait être une guerre au Moyen-Orient avec la destruction nucléaire des puits de pétrole de l’OPEP Arabe. Il y a plus de 3 ans et demi, j’ai rendu le plan public dans la LETTRE AUDIO N° 6, et des bandes ultérieures, par exemple, les N° 28, 37 et 41 — J’ai gardé mes auditeurs informés sur l’état de ce plan ; et dans la LETTRE AUDIO N° 41 de Décembre 1978 dernier, j’ai attiré l’attention sur la campagne « Haïssez l’Arabie Saoudite » qui a été montée ici en Amérique. La ruine nucléaire de l’Arabie Saoudite était prévue pour le printemps, et le peuple Américain a été conditionné à l’accepter.

Dans la LETTRE AUDIO N° 37, j’avais révélé le plan secret Américain par lequel le désastre du Moyen-Orient devait conduire à la guerre avec la Russie. En Mars est venu le « Traité de Paix » Israélo-Égyptien qui a été conçu pour définir la scène non pour la paix, mais la guerre; mais à la fin Avril 1979, les événements derrière les scènes ont modifiés complètement la direction des événements. Dans la LETTRE AUDIO N° 46 il y a deux mois, j’ai révélé comment la Russie a arrêté net le plan secret de guerre nucléaire, surtout après la mort de David Rockefeller. Pendant ce temps, c’est seulement la pointe de l’iceberg de tout cela qui s’est montrée ici en Amérique.

La plupart des Américains savaient seulement qu’il y avait une pénurie d’essence avec de longues files; ce qu’on ne nous a pas dit est que la soi-disant pénurie était artificielle. Elle avait été planifiée pour coïncider avec le désastre de l’Arabie Saoudite, qui n’a pas eu lieu en raison de l’intervention de la Russie. Maintenant, les compagnies pétrolières sont en train de couvrir leurs traces, libérant plus d’essence; et la plupart des Américains n’ont encore aucune idée de ce que les files de gaz étaient vraiment.

Et puis il y a ces baleines qui se sont échoués le mois dernier dans l’Oregon. C’était presque une répétition de l’échouage de quelque 120 baleines en Floride il y a près de 2 ans et demi. Dans la LETTRE AUDIO N° 20 pour Janvier 1977, j’avais révélé que certains énormes missiles sous-marins secrets Américains avaient été plantés dans l’océan Atlantique au large de la côte Est. Ces énormes missiles avaient commencé à rompre et à laisser s’échapper du plutonium de leurs ogives dans l’océan. Au début du mois suivant les baleines ont commencé à s’échouer près de Jacksonville, en Floride. Les histoires étaient alors les mêmes que nous avons entendues récemment dans l’Oregon. D’une certaine manière, nous a-t-on dit, les baleines de la Floride avaient dû être désorientées; mais comme je l’ai révélé dans la LETTRE AUDIO N° 21, leur respiration avait été perturbée par un champignon dans leurs poumons, et le champignon était le produit du plutonium de l’un des missiles qui fuient dont j’avais parlé.

Cette fois, dans l’Oregon, l’échouage de baleine a de nouveau été causé par un champignon induit par le plutonium dans les poumons; mais la source cette fois n’a pas été un missile sous-marin qui fuit, en lieu et place, une autre arme de guerre secrète mentionnée dans les LETTRES AUDIO N° 20 et 21 est impliquée. Récemment la Russie a repris la guerre radiochimique contre les États-Unis. Les grandes boites télécommandées ont été lâchées en mer à des intervalles le long de nos côtes du Pacifique, de l’Atlantique et du Golfe. Celles-ci sont en train de cracher des agents de guerre radiochimique dans notre air sur commande à chaque fois que les conditions de vent sont favorables. La plupart des boites utilisaient le plutonium comme l’un de leurs ingrédients actifs. Ces attaques renouvelées jusqu’à présent sont à un niveau bas, non létal; leur but est de ne pas tuer, mais de promouvoir des maux de faible niveau et de saper notre force et notre volonté nationale. Mais les baleines qui se sont échouées sur la côte de l’Oregon le mois dernier, le 16 Juin, avaient des concentrations élevées de plutonium dans leurs poumons, ainsi que les autres produits des boites. Apparemment, elles ont fait surface très proche d’une boite au large de la côte de l’Oregon. Elles respirent l’air tout comme vous et moi, et à cette distance rapprochée, la boite leur a donné une dose qui a détruit leur capacité à respirer; et ainsi comme les baleines en Floride il y a 2 ans et demi, ils se sont échoués pour mourir.

À d’autres égards, également, les États-Unis sont progressivement rendus incapables d’aller en guerre contre la Russie. Dans la Seconde Guerre mondiale, les alliés occidentaux ont amené la machine de guerre Allemande à avancer au ralenti en bombardant les usines chimiques et en perturbant le transport ferroviaire. De même, aujourd’hui les cibles de complexes chimiques, pétrolières, et ferroviaires Américaines sont détruites dans une guerre d’usure par le sabotage Russe.

Les nouveaux dirigeants Russes ne prennent aucun risque, mes amis. De tous, ils savent qu’il y a toujours le risque d’être surpris et bouleversé dans leurs plans; et ainsi, alors même qu’ils tentent d’empêcher une guerre nucléaire, ils se préparent encore à gagner une telle guerre, si elle a lieu. Cela inclut même la poursuite des préparatifs pour une éventuelle invasion des États-Unis par le Canada et le Mexique.

J’ai la première fois révélé ces activités il y a seize mois dans la LETTRE AUDIO N° 32, et voici l’explication des bulletins de nouvelles il y a quelques jours sur une nouvelle structure majeure de commandement de l’Armée Russe à Cuba. Cuba sert de centre de transit pour le flux continu de troupes et d’armes dans la péninsule du Yucatan au Mexique. Cela se déroule secrètement mais avec la connaissance et la coopération du Gouvernement Mexicain. Au début de cette année, le Président Carter a effectué une visite au Mexique et a été accueilli avec mépris et hostilité officiels. Maintenant vous savez pourquoi. Le Mexique, comme la province de Québec au Canada, a déjà fait sa paix avec la Russie. Les préparatifs de la Russie sont déjà bien avancés pour lui permettre de survivre et de gagner une guerre; et pourtant, comme je l’ai révélé au cours des derniers mois, les nouveaux dirigeants Russes utilisent tous les moyens à leur disposition pour empêcher une guerre nucléaire. Ils sont en train de faire rien de moins que de prendre le contrôle des États-Unis, en travaillant de haut en bas.

Aujourd’hui, je veux attirer votre attention sur les grands événements actuels qui sont en train de prouver ce que je vous dis durant tout ce temps. Parce que la LETTRE AUDIO est indépendante, vous devez utiliser votre propre jugement pour évaluer ce que je révèle, au lieu de dépendre de ce que quelqu’un d’autre dit. La LETTRE AUDIO, mes amis, n’est pas pour le grand nombre, mais pour quelques-uns avec des oreilles pour entendre.

Mes trois sujets spéciaux ce mois-ci sont:

Sujet N° 1 — LE CHAPITRE FINAL DANS LA GRANDE DISSIMULATION DE SKYLAB

Sujet N° 2 — LA GUERRE SECRÈTE DES MORTS VIVANTS

Sujet N° 3 — COMMENT L’AMERIQUE RÉ-APPRENDRA LA CRAINTE DE DIEU.

Sujet N ° 1 Le Chapitre Final Dans La Grande Dissimulation De SKYLAB

Un jour en plein été il y a dix ans ce mois-ci, des personnes estimées à un demi-milliard dans le monde étaient assises sidérées devant les postes téléviseurs. Nous regardions une image de télévision qui était floue, vacillante, en noir et blanc, et pourtant c’était génial parce que nous regardions l’impossible se déroulent sous nos yeux. Nous regardions deux astronautes Américains, Neil Armstrong et Buzz Aldrin, les deux premiers hommes sur la lune.

Ce jour-là, le 20 Juillet 1969, a été un grand jour pour être un Américain. La promesse impossible d’un Président assassiné, John F. Kennedy, s’était réalisée. Le 25 Mai 1961, il nous avait dit que l’Amérique mettrait un homme sur la lune avant que la décennie n’arrive à sa fin, alors quand Neil Armstrong a marché sur la surface de la lune et l’a qualifié de « un pas de géant », il avait raison. En à peine huit ans, nous avions devancé la Russie pour être les premiers sur la lune.

Dans la LETTRE AUDIO N° 26, j’ai expliqué pourquoi il était si important de battre la Russie à la lune. Tout nous été vendu comme une sorte de Jeux Olympiques de l’Ère Spatiale, une course sportive pacifique pour recueillir les roches lunaires; mais il était en fait un programme d’urgence militaire, dix fois plus grand que le projet Manhattan durant la Seconde Guerre mondiale, et son véritable objectif était d’établir une base secrète sur la lune. De là, de nouvelles armes à faisceaux révolutionnaires deviendraient la clé pour régner sur la terre. Au moment de l’annonce de Kennedy en 1961, les États-Unis étaient loin derrière la Russie dans l’espace, mais les planificateurs de la NASA avaient trouvé un moyen de sauter devant la Russie pour se rendre à la lune en premier.

Les Russes étaient fermement engagés à ce qu’on appelle l’Approche Orbitale Terrestre pour le vol vers la lune. Selon cette approche, les missions sur la Lune seraient réunies et lancées à partir de l’orbite terrestre à l’aide de stations spatiales. Cette technique a toujours été reconnue comme la voie la plus sûre et sans danger vers la lune. Même notre regretté Wernher Von Braun avait préconisé l’approche orbitale terrestre pendant plus d’une décennie. La technique de l’orbite terrestre est comme la construction d’une fondation solide avant de construire le reste de la maison. C’est la bonne chose à faire, mais il faut du temps. Les planificateurs de la NASA ont eu la tâche de battre la Russie à la lune, et ils ont vite conclu que nous étions trop loin derrière la Russie pour la rattraper par la méthode de l’orbite terrestre. Il n’y avait qu’une seule façon pour que nous puissions battre les Russes — c’était audacieux, mais c’était aussi très risqué. Ce serait comme construire une maison avec presque pas de fondation pour des raisons de rapidité. Elle a été appelée la mission lunaire Lunar-Orbital. Selon ce plan, la première priorité était de mettre des hommes sur la lune rapidement et de commencer à jeter les bases d’une base lunaire; puis avec la lune aux mains des Américains, nous pourrions retourner en arrière et fortifier notre système de Logistique Spatiale. Sa clé de voûte devait être une Station Spatiale connue sous le nom de Skylab. Et voilà comment le Project Apollo a été conçu, avec ses prédécesseurs le Project Mercury et le Project Gemini. La NASA jouait de plusieurs façons à la fois, mais le pari a été gagné — l’Amérique a battu la Russie à la lune.

En Décembre 1972, le Moon Program aurait été interrompu prématurément avec Apollo 17; mais dans la LETTRE AUDIO N° 26, j’ai expliqué que les vols n’ont pas vraiment cessé; en lieu et place, le Moon Program a été tout simplement retiré de la scène publique. Les missions de lancement sur la Lune ont été transférées de la très visible Cape Kennedy à l’île de Diego Garcia dans l’Océan Indien. Le 14 Mai 1973, moins de cinq mois après la Mission Lunaire d’Apollo 17, SKYLAB a été lancé. Dès lors, le Moon Program Américain continuant secrètement a commencé à profiter des techniques de l’orbite terrestre. Vers la fin de 1977, les plans ont appelé à ce que la base militaire Américaine du Cratère Copernic soit armée et opérationnelle. La base devait être armée d’armes à faisceaux qui peuvent souffler toute tache visible sur la terre dans les deux secondes. Les armes devaient inclure éventuellement à la fois les Lasers et les Faisceaux de particules.

Aux États-Unis mêmes, la recherche sur les faisceaux de particules avait été envoyée dans des impasses comme un leurre, mais dans d’autres endroits à l’échelle mondiale, des armes à faisceaux de particules étaient en train d’être développées. C’était un plan élaboré — et il a presque fonctionné. Mais dans la nuit de la Pleine Lune (Harvest Moon), le 27 Septembre, 1977, tout a pris fin en catastrophe. Déjà l’Union Soviétique avait commencé à mettre en orbite des tueurs de satellites opérationnels appelés Cosmos Interceptors. Ceux-ci sont habités et armés de canons à particules. Deux étaient en orbite à la fin de Septembre 1977 et un était armé de faisceaux de neutrons mortels. Il a été utilisé pour bombarder la base de Copernic, tuant tous les astronautes là-bas, comme je l’ai signalé dans la LETTRE AUDIO N° 26. Deux jours plus tard, le programme spatial habité Russe est soudainement venu à la vie. La Station Spatiale Salyut 6 a été mise en orbite, puis les équipes de cosmonautes ont commencé à visiter Salyut 6 dans un flux constant, qui continue à ce jour. Même maintenant, les derniers cosmonautes de Salyut 6 ont été en orbite plus de 150 jours. Cela dépasse de loin tout record jamais fixé par les États-Unis.

Tout cela est en contraste frappant avec le sort de notre propre Station Spatiale, SKYLAB. Plus tôt ce mois-ci, le 11 Juillet, la NASA a prétendu que SKYLAB s’était inévitablement écrasé en orbite, mais SKYLAB en réalité a connu une fin abrupte il y a 21 mois, comme je l’ai signalé dans la LETTRE AUDIO N° 27. Le 18 Octobre, 1977, une énorme boule de feu traversa le sud-ouest des États-Unis. Le ciel était illuminé sur une piste de près d’un millier de miles de long. Cela a été vu par des milliers à travers au moins cinq (5) États — Texas, Oklahoma, Louisiane, Arkansas et Missouri. Les témoins comprennent des pilotes, des observateurs militaires, et l’Observatoire McDonald même dans le lointain sud-ouest du Texas. Il a produit des titres partout aux États-Unis. Les gens se demandent: « Qu’est-ce c’était sur terre? ». Mes amis, c’était SKYLAB. Comme je l’ai dit ce mois, il a été soufflé hors de l’espace par un Cosmos Interceptor Russe. La destruction de SKYLAB faisait partie du programme de la Russie pour mettre fin à un contrôle militaire spatial secret de l’Amérique.

Plus tard ce mois, la dissimulation du cas SKYLAB par la NASA est entrée en vigueur. Il a été dit que SKYLAB sombre de son orbite plus tôt que prévu, mais au début, la NASA a prétendu que SKYLAB pourrait probablement être sauvé par la Navette Spatiale. Il n’y a jamais eu aucune chance, mes amis, que SKYLAB pouvait être sauvé, car il était déjà parti. De temps en temps, l’histoire de dissimulation du cas SKYLAB était ravivée, chaque fois avec plus de pessimisme. Enfin, en Décembre 1978 dernier, la NASA a annoncé, avec un profond regret, bien sûr, que tous les plans de sauvetage de SKYLAB ont été abandonnés. Ces fichues taches solaires étaient tout simplement en train de le descendre trop vite pour l’atteindre à temps avec la Navette Spatiale. À partir de là, la spéculation a montée: Où se crasherait SKYLAB — en Inde? En Chine? Dans les Andes? En Russie? Au centre-ville de Chicago? Les porte-parole de la NASA répétaient qu’ils n’avaient aucune idée. Même sur l’orbite finale alléguée ce mois-ci, le 11 Juillet, la NASA fait semblant d’être prise par surprise. Ils prétendaient être en train d’essayer de le ramener dans l’Atlantique Sud, mais c’est dépassé, ont-ils dit.

Ensuite, il y avait plusieurs minutes de silence dramatique du Contrôle de SKYLAB à Houston. Puis vint l’annonce initiale du sort officiel de SKYLAB — « Purement par hasard », ont-ils dit, « SKYLAB s’était apparemment écrasé dans l’Océan Indien ». Ils prétendaient que ce fut une surprise, mais il y a 17 mois, mes amis, je vous ai alerté au sujet de l’Océan Indien comme étant dans l’esprit de la NASA à des fins de dissimulation. L’Océan Indien ne fournit pas de témoins pour contester l’affirmation de la NASA d’un retour de SKYLAB là-bas. Néanmoins, la NASA a finalement décidé qu’il serait beaucoup plus sûr de fournir quelque chose pour que les gens voient plutôt que de dire qu’il a tout simplement disparu sans laisser de trace; et bien sûr, l’annonce initiale de la NASA à propos de l’Océan Indien a été suivie par des rapports d’éclats dans le ciel au-dessus du sud-ouest de l’Australie. La NASA a alors dit en guise d’excuse que quelques parties de SKYLAB avaient apparemment atterries au-delà de l’Océan, ayant retourné au-dessus de l’ouest de l’Australie. Mais curieusement, le gouvernement Australien n’a dit mot.

Mes amis, ce dernier chapitre de la dissimulation SKYLAB implique un autre secret militaire, que j’ai rendu public dans la LETTRE AUDIO N° 42. Il y a une grande base secrète de missiles Américaine dans le Territoire du Nord de l’Australie. La base est contrôlée par les militaires, et pas par la NASA; mais SKYLAB faisait partie d’un programme militaire secret et ainsi la NASA a reçu une aide militaire dans la dissimulation SKYLAB.

Le 8 Juillet, seulement trois jours avant le crash fictif de SKYLAB sur terre, un exercice militaire dans le monde entier appelé « GLOBAL SHIELD 79″ a commencé. Il a reçu très peu de publicité ici aux États-Unis, et pourtant il était le plus grand exercice en plus de 20 ans par le Strategic Air Command. La NASA a prévu la fin fictive de SKYLAB au cours de cet exercice. Le 10 Juillet, deux missiles Minuteman III ont été lancés dans le Pacifique depuis Vandenberg Air Force Base en Californie, mais le même jour, un autre missile a également été lancé sous le couvert de l’exercice à l’échelle mondiale. Il a été lancé à partir de la base de missiles en Australie, en coordination avec la NASA. Le missile était désarmé, et ainsi les Cosmosphères  Russes au-dessus ont observé le lancement sans interférer. Il a été lancé peu de temps à midi, heure avancée de l’Est, qui était au milieu de la nuit en Australie. Le missile a été guidé au nord-est au-dessus de l’Indonésie et du Pacifique Sud, en orbite. Près de 24 heures plus tard, l’ensemble orbital suivait un chemin qui allait bientôt l’amener au-dessus de l’Australie une fois de plus.

Une petite rétrofusée a été tirée, et le retour a eu lieu sur le sud de l’Australie. Cela a été chronométré pour un effet maximum — la nuit en Australie et midi aux États-Unis. L’ensemble orbital, constitué de fragments de céramique d’une conception spéciale, a créé un joli feu d’artifice dans le ciel nocturne. Le jour suivant, les rapports aux États-Unis ont déclaré que les Australiens étaient en train de trouver des morceaux de débris prétendus de SKYLAB tombés tout autour; et dans le cas le plus célèbre, un homme prétendument livreur de bière en fût depuis 17 ans est entré en action comme un professionnel. Voyageant par Learjet affrété, avion commercial et limousine, il a foncé à San Francisco. Portant quelques morceaux noirs indéfinissables, il a battu la date limite pour le prix SKYLAB de 10.000 $ offert par le San Francisco EXAMINER. Ces morceaux, mes amis, étaient simplement des morceaux de roche volcanique principalement constituée de fer et de carbone; mais comme on pouvait s’y attendre, la NASA a dit quelques jours plus tard qu’ils provenaient probablement de SKYLAB, et le prix lui a été décerné. Pouvez-vous imaginer?

Mes amis, la NASA a maintenant tiré un trait sur SKYLAB. C’est juste des nouvelles d’hier maintenant, quelque chose que nous sommes censés oublier; mais si nous l’oublions, nous méritons tout ce qui peut nous arriver parce que la dissimulation de SKYLAB a été élaborée, et son but était de garder la vérité loin de nous. Il y a encore des forces très puissantes en Amérique qui veulent nous entraîner tous dans la guerre avec la Russie; mais le message de SKYLAB est que si nous laissons cela se produire, nous commettrions du suicide sur nous-mêmes, nos enfants, et les États-Unis d’Amérique!

Sujet N° 2La Guerre Secrète Des Morts Vivants

Il y a deux mois, je révélais qu’une nouvelle arme de renseignement révolutionnaire a été introduite par la Russie. Je me réfère à leurs « Robotoïdes Organiques ». Ce sont des créatures vivantes robotiques artificielles, peut-être mieux décrites comme des animaux informatisés. Ils sont conçus pour simuler les êtres humains presque parfaitement dans l’apparence et le comportement, et pourtant ils ne sont pas humains. Les robotoïdes sont si loin de la connaissance et de l’expérience de la plupart des gens qu’il leur est très difficile d’y croire, mais maintenant de plus en plus de grandes surprises remplissent les nouvelles — autrement dit, ce sont des surprises si vous ne savez pas au sujet des robotoïdes de la Russie. Par exemple, considérons le Moyen-Orient et la pénurie d’essence présumée. Il y a près de quatre ans, le 12 Octobre 1975, j’ai écrit un article sur la page Tribune Libre du Washington Star. Il était intitulé: « Qui est à blâmer POUR l’INFLATION? Il est temps d’être Juste avec l’OPEP? ». Les commentaires que j’ai faits alors sont encore vrais aujourd’hui.

Par exemple, nous entendons constamment parler de la hausse du prix du pétrole, mais, je cite: « Vous devez vous rappeler que les produits en provenance des pays consommateurs de pétrole dans les pays producteurs de pétrole coûtent plus chaque jour » et, je cite: « …ainsi la hausse des prix du pétrole semblent être limitée, tandis que celles des produits des pays industrialisés sont illimitées, ouvertes. Est-ce juste? » Quand j’ai écrit ces mots en 1975, j’étais en déphasage avec la foule. Pendant les 3 années et demi suivantes, on nous a dit de plus en plus que l’OPEP, en particulier l’Arabie Saoudite, était notre ennemi économique, mais tout à coup durant les deux derniers mois, tout a changé. Le chant « Haïssez l’Arabie Saoudite » dans les grands médias a brusquement cessé, au moins pour le moment. À la place, les histoires apparaissent à propos de renouveler la confiance entre les États-Unis et l’Arabie Saoudite; et comme par magie, les files d’essence artificielles disparaissent avec des promesses de plus de gaz en chemin. Tout est le résultat des navettes de robotoïdes Russes au Moyen-Orient, mes amis, que j’ai signalées dans la LETTRE AUDIO N° 46. La Russie a arrêté le Plan de Guerre et privé les grandes compagnies pétrolières de leur excuse pour les pénuries.

Maintenant, considérons le traité SALT II. Il y a une relation, mes amis, entre SALT II et, pour couronner le tout, la débâcle de SKYLAB. Il n’y a rien du tout dans les nouvelles des grands médias à propos de cette relation; mais comme mes plus anciens auditeurs le savent, SALT II et SKYLAB ne sont que des pointes du même iceberg, et c’est un iceberg qui est déjà en train de couler notre « Navire d’État ». Plus tôt, j’ai passé en revue comment l’histoire réelle du sort de SKYLAB a commencé le 27 Septembre 1977. Ce fut le jour où l’Amérique a perdu la secrète « Bataille Spatiale de la Pleine Lune » (Space Battle of the Harvest Moon) contre la Russie. Trois semaines plus tard, un Cosmos Interceptor Russe souffla SKYLAB hors de l’existence. La véritable histoire du présent traité SALT II a également commencé le 27 Septembre, 1977. Ce jour le Ministre Soviétique des Affaires Étrangères Andrei Gromyko a prononcé un discours à l’ONU. Au moment où Gromyko parlait, il était déjà clair que la Russie était en train de gagner la bataille spatiale, alors il parlait très durement à propos des manœuvres dilatoires Américaines sur SALT II. Il a délivré ce qui équivalait à un ultimatum voilé, puis il est parti pour Washington pour une réunion nocturne très inhabituelle à la Maison Blanche avec les vrais Jimmy Carter et Secrétaire d’État Cyrus Vance. Les journalistes hors d’haleine ont dit à la nation qu’il y avait eu une percée sur SALT II; mais quand j’ai enregistré la LETTRE AUDIO N° 26, trois jours plus tard, j’ai révélé ce qui était vraiment arrivé. Les histoires sur une percée de SALT étaient des mensonges, des histoires de couverture pour apaiser les préoccupations du public. Voilà ce que mes auditeurs ont entendu dans la LETTRE AUDIO N° 26, et pendant l’année suivante et demi, SALT II n’est allé nulle part; mais au début de cette année, des changements drastiques au sein du pouvoir Américain ont commencé à avoir lieu. Durant les six derniers mois, la LETTRE AUDIO a mis l’accent sur ces changements à mesure qu’ils ont eu lieu; et ils ont conduit, entre autres, à un retournement sur SALT II.

Les changements ont commencé le 26 Janvier 1979, avec l’assassinat de Nelson Rockefeller. Ce fut le coup d’ouverture d’un coup d’État secret bolchevique contre les vrais dirigeants de l’Amérique. Comme je l’ai expliqué dans les bandes précédentes, les Bolcheviks athées ne règnent plus sur la Russie. Ils ont été renversés par une bande coriace de natifs Chrétiens. Aujourd’hui, le Christianisme est né de nouveau en Russie, mais ici, aux États-Unis, les Bolcheviks veulent créer une nouvelle révolution bolchevique. Ils veulent prendre le contrôle de l’Amérique et riposter contre leurs ennemis acharnés, ceux du Christ qui dirigent actuellement le Kremlin. Depuis plusieurs mois, le coup d’État bolchevique avançait rapidement, les gens importants ont été purgés et remplacés par des « doubles » en commençant par David et Laurance Rockefeller et leurs proches; et le week-end après Pâques 1979, la purge bolchevique a coûté la vie au Président Carter, au Vice-Président Mondale, et à leurs familles. Mais comme je l’ai signalé dans la LETTRE AUDIO N° 45, les Russes ont alors commencé à intervenir. Une guerre secrète des « doubles » a éclaté, et vers la fin du mois d’Avril, la Maison Blanche était déjà sous le contrôle de la Russie. Dans la LETTRE AUDIO N° 46, je pouvais mettre au courant mes auditeurs de la clé du succès de la Russie.

Ils utilisent les « robotoïdes » pour remplacer et simuler des gens puissants. Les États-Unis sont secrètement en train de devenir un État satellite Russe et le retournement Américain sur SALT II est arrivé rapidement. Le 9 Mai 1979, les remplacements robotoïdes pour le Secrétaire à la Défense Brown et le Secrétaire d’État Vance ont fait l’annonce initiale: un accord de principe a été atteint sur SALT II, et avec une vitesse fulgurante le traité lui-même a été signé à Vienne à peine cinq semaines plus tard. Mes amis, la Russie a signé avec elle-même à travers le robotoïde Carter N° 3 et Brejnev N° 2, le « double » humain pour le vrai regretté Brejnev.

Au début, le nouveau traité SALT II a amené des hurlements au Capitol Hill. Nous avons entendu à maintes reprises qu’il était en grave difficulté, mais le mois dernier, j’ai rapporté la situation réelle. Les adversaires les plus amères de SALT II au Sénat sont des gens qui jouent au ballon avec les Bolcheviks ici en Amérique. La Russie est en train de les remplacer par des robotoïdes, et l’ancienne ligne dure contre SALT II est en train de s’évaporer lentement. Le changement est subtil jusqu’à présent, mais il est clairement visible. Par exemple, le regretté Sénateur Barry Goldwater s’inquiétait constamment en public au sujet du contrôle, mais le 23 Juillet, le robotoïde Goldwater dit, je cite: « Je ne me lèverais pas trop contre maintenant ». Un adversaire encore plus amer de SALT II était le regretté Sénateur Henry Jackson. Jackson a toujours souligné la menace Russe, mais le 23 Juillet, il a accusé le Secrétaire à la Défense, le robotoïde Harold Brown d’exagérer cette menace. Il l’a qualifié de « tactiques de peur pour vendre SALT II ». Même notre ambassadeur sortant en Union Soviétique, Malcolm Toon n’est plus. Toon était publiquement très suspect de SALT II, ​​mais maintenant un robotoïde Toon a brusquement commencé à faire campagne en faveur de SALT II — et il ne saura pas expliquer le changement.

Les robotoïdes, mes amis, sont une arme très puissante; mais comme je l’ai souligné dans la LETTRE AUDIO N° 46, ils sont aussi très problématiques. Ils ne vivent pas longtemps, en particulier dans des conditions d’exposition constante et de stress. Ils doivent également être programmés, et pourtant ils sont aussi quelque peu imprévisibles. Le mois dernier, j’ai décrit le processus par lequel le cerveau holographique d’un robotoïde reproduit la mémoire d’une personne dupliquée. D’autres parties du cerveau sont modifiées de sorte que le robotoïde se retrouve comme un être semblable au robot qui obéit à des instructions. Mais la mémoire comprend les réponses involontaires qui produisent parfois des comportements indésirables. Ceci est en passe de devenir un problème grave dans le cas des robotoïdes Jimmy Carter, parce que le vrai Carter avait des instabilités mentales qui sont reproduites en partie dans les robotoïdes. Les premiers signes de comportement erratique des robotoïdes Carter sont apparus dans les commentaires publics au sujet du Sénateur Kennedy. Le vrai Jimmy Carter avait une forte aversion personnelle pour Kennedy et à plusieurs reprises les robotoïdes Carter ont tout simplement lâché ces réactions sous une forme très crue. Dans une certaine mesure, ce genre de chose est un danger avec tous les robotoïdes — ils ne possèdent pas de jugement réellement humain.

Ils semblent en avoir sous certaines conditions, mais ceci est le résultat de la programmation pour ces situations. Les problèmes d’instabilité et de vie courte amènent les robotoïdes à être mieux adaptés à des fins temporaires. Pour les besoins à long terme, les agents humains sont toujours les meilleurs. Pour cette raison, ne soyez pas surpris de voir de plus en plus de nouveaux visages dans des positions élevées. Certains des nouveaux visages seront eux-mêmes des robotoïdes, mais certains seront des êtres humains.

La crise Carter de ces derniers jours démontre deux choses à la fois: l’une est l’étendue du contrôle secret Russe qui existe aujourd’hui à Washington; l’autre est la difficulté que les Russes eux-mêmes sont en train d’avoir avec leurs robotoïdes. Le 1er Juillet, le robotoïde Carter N° 4 est retourné à Washington de la Corée du Sud après le « Sommet Économique » à Tokyo. Les vacances de Carter prévues à Hawaii ont été annulées, et le lendemain un discours de Carter sur l’Énergie a été prévue pour la soirée du 5 Juillet. Puis la famille du robotoïde Carter a disparu à Camp David. Le robotoïde Jimmy Carter N° 4 était surmené, et a été éliminé. Le robotoïde N° 5 était le suivant dans la ligne et avait déjà été essayé à plusieurs reprises; mais le 4 Juillet, le jour avant le discours prévu, le robotoïde Carter N° 5 est devenu fou furieux. Il a été éliminé, laissant seulement le robotoïde N° 6 en jeu. Chaque nouveau robotoïde est exposé sur une petite échelle d’abord, pour tester ses ailes, pour ainsi dire — par exemple, notre prétendu Président va pêcher avec quelques amis ou rend visite à une famille agricole.

Mais cela n’a pas encore été fait avec le robotoïde N° 6, le 4 Juillet, aussi les Russes n’avaient pas le choix. Le discours a été annulé sans explication. Le robotoïde Jody Powell a refusé de répondre aux questions des journalistes. La presse a été assommée, Capitol Hill a été choqué et consterné, et le personnel de Carter (ceux qui sont encore humains) ont été pris par surprise. Le lendemain soir, le 5 Juillet, le « Energy Group » de la Maison Blanche a tenu une réunion. Ensuite le Washington Star a cité un responsable clé de l’Administration en disant que, je cite: « Il y avait un désordre incroyable ». Pendant ce temps, les conseillers politiques de Carter ont été prétendument convoqués à Camp David. Le Vendredi soir, le 6 Juillet, le robotoïde Carter N° 6 a été programmé et prêt pour l’exposition initiale contrôlée. Ainsi a commencé le soi-disant « Sommet National » à Camp David. Les observateurs perplexes ont dit qu’ils ne pouvaient pas comprendre ce que Carter espère accomplir avec tout cela. Les personnes invitées à Camp David, après tout étaient des gens dont les opinions étaient déjà connues de Carter. Presque sans exception, un certain nombre de participants en quittant se grattaient la tête dans la perplexité. « Carter », ont-ils dit, « avait parlé peu. Il était simplement assis en prenant des notes et en hochant la tête la plupart du temps. »

Mes amis, deux choses se passaient à Camp David: l’une était l’exposition contrôlée que j’ai mentionnée plus tôt pour le robotoïde Carter N° 6; mais en plus, les personnes clés parmi les visiteurs ont été robotisées — c’est à dire, la vraie personne est arrivée, mais un robotoïde a quitté !! Les personnes qui ont été robotisées à Camp David avaient été identifiées à partir de la « Liste Noire » de Nelson Rockefeller, dont j’ai parlé il y a deux mois. D’autres ont été invités et laissés intacts comme un écran de fumée. Tous ceux sur la liste qui sont arrivés à Camp David sont maintenant morts — à leur place sont des robotoïdes exerçant dans leurs positions comme des zombies programmés. Les personnes elles-mêmes sont mortes, et les robotoïdes ne sont pas conscients d’être vivants; et ainsi continue la « Guerre Secrète des Morts Vivants ».

Le 11 Juillet, le Jour de SKYLAB selon la NASA, le « Sommet National » de Camp David a pris fin abruptement. Le robotoïde Carter N° 6 avait commencé à se comporter de façon erratique, Wall Street était en proie à des rumeurs que Carter avait souffert d’une dépression nerveuse, le robotoïde N° 7 a été amené sur la scène, et le jour suivant le robotoïde N° 6 fut éliminé. Encore une fois, il a été dit que Carter travaillait sur son discours sur l’énergie. Le Vendredi 13 Juillet, les journalistes qui ont rencontré le robotoïde N° 7 ont décrit Carter comme, je cite: « un leader bien châtié »; d’autres l’ont appelé un homme profondément troublé et inquiet. Néanmoins, le lendemain le robotoïde Carter N° 7 a été envoyé de l’avant pour essayer ses ailes. Comme un El Cid mort attaché à un cheval, la copie 7 du robotoïde du défunt Président Carter est sortie. On nous a dit que le Président des États-Unis a visité des résidences privées près de Pittsburgh, en Pennsylvanie., et Martinsburg, en Virginie-Occidentale.

Ensuite, le Commandement Russe de Robotoïde à Novossibirsk doit avoir poussé un soupir de soulagement. L’un des hôtes a dit à la United Press International, je cite : « Je me sens mieux à son sujet maintenant. Il agit plus comme un Président à présent ». Ce Samedi soir le 14 Juillet, le robotoïde Carter N° 7 est arrivé sur la pelouse de la Maison Blanche par hélicoptère à environ 18:30, mais les Russes ne prenaient aucun risque. Une dépêche de l’Associated Press ce soir-là a décrit une autre tournure étrange inexpliquée d’événements, je cite: « Les membres du corps de la presse qui sont normalement autorisés sur la pelouse pour voir et photographier l’arrivée, ont été empêchés de le faire le Samedi. Les responsables de presse de la Maison Blanche n’ont donné aucune raison de ce changement, sauf pour dire qu’ils ne voyaient aucune raison pour la couverture ». Le lendemain soir, le Dimanche 15 Juillet, le robotoïde Carter N° 7 a délivré avec succès le discours sur l’Énergie longtemps retardé; mais, comme cela s’est avéré, l’Énergie était seulement une partie de son sujet. À cet égard, le programme Russe pour nationaliser les grandes compagnies pétrolières a été mis en mouvement. Voilà ce qu’est en fait la soi-disant « ENERGY SECURITY CORPORATION »; et pour réduire tous les obstacles bureaucratiques aux « Plans de l’Énergie » de la Russie ici, le « ENERGY MOBILIZATION BOARD » (CONSEIL DE MOBILISATION DE L’ÉNERGIE) doit être créé.

Mais le discours avait un sens beaucoup plus large, face à la crise de l’esprit Américain. Certains commentateurs ont plaisanté au sujet du discours comme, je cite: « le sermon du dimanche soir de Carter »; mais comme je vais le souligner brièvement dans le Sujet N° 3, il serait sage de ne pas rire parce que, mes amis, les paroles du robotoïde Carter N° 7 sont venues directement du Kremlin, et le Kremlin ne plaisante pas. Même le discours lui-même n’a pas été sans son mystère. Le lendemain, un article dans le New York Times a fait remarquer que, je cite: « Un autre développement extraordinaire est que la Maison Blanche n’avait pas de texte du discours à l’avance, nonobstant les délibérations de dix jours du Président. C’était la première fois dans la mémoire des vétérans journalistes qu’aucun texte préparé n’ait été publié ».

Même ainsi, le discours a donné l’impression momentanément que les choses étaient enfin de retour à la normale, mais cette impression a été brisée moins de 48 heures plus tard. Peu après 16h00, le 17 Juillet, le robotoïde Jody Powell a sorti une autre brève annonce surprise aux journalistes. Quelque chose sans précédent était arrivé — l’ensemble du Cabinet Carter et tous les membres séniors du personnel de la Maison Blanche avaient offert leur démission. Encore une fois, l’establishment de Washington était ébranlé dans ses fondements. Mais si les démissions ont été un choc ici, elles ont été un coup de foudre à l’étranger, parce que dans les autres pays, la démission de tout un Cabinet signifie une seule chose — cela signifie que le gouvernement est tombé. Durant les jours suivants les bulletins de nouvelles dans le monde entier ont été remplis de réactions d’inquiétude. De tous les côtés, nous entendions des mots comme Consternation, Perplexité, Incrédulité. Les Sénateurs et d’autres ont décrit Carter comme agissant de façon erratique. Quelqu’un a dit publiquement, et je cite: « Nous sommes inquiets de savoir qu’il a une sorte de dépression »; Un autre a dit, je cite: « Je pense que le président est cinglé ».

Bientôt un robotoïde Jimmy Carter pourrait bien fuir la Maison Blanche. Cela laissera l’année 1980 comme « l’Année du Cheval Noir », parce que d’ores et déjà, chaque candidat présidentiel potentiel important a été remplacé par un robotoïde! Il y a deux mois quand j’ai rendu public mon renseignement sur les robotoïdes Russes, j’ai donné un avertissement. Je savais que beaucoup de gens les trouveraient incroyables, mais j’ai également mis en garde que, je cite: « Les événements dans les jours à venir seront impossibles à comprendre sans connaître de ce secret ». Et maintenant, mes amis, ces événements sont déjà en train de se produire.

Sujet N° 3Comment L’Amérique va Réapprendre La Crainte de Dieu.

Il fut un temps pas si lointain en Amérique, la crainte de Dieu était une phrase pleine de signification. Être un homme ou une femme craignant Dieu était considéré comme une bonne chose; une telle personne pouvait être digne de confiance et fiable. Mais aujourd’hui, en Amérique, la crainte de Dieu est généralement considérée comme un concept dépassé. Si nous pensons à notre Seigneur Jésus-Christ, il est comme un bébé dans une mangeoire, ou comme le Guérisseur, ou comme celui qui a nourri cinq mille. Nous oublions qu’il a également chassé les changeurs de la maison de Dieu avec des fouets. Nous avons réduit Dieu à une commodité dans nos esprits, même à un serviteur. Nous pensons que nous pouvons l’appeler à tout moment que nous avons besoin d’aide, mais autrement nous L’oublions.

Ce sont-là les attitudes en Amérique aujourd’hui qui suscitent le mépris et même la colère dans le nouveau Kremlin. Dans la LETTRE AUDIO N° 38, j’ai dit à mes auditeurs au sujet de la lutte de six décennies qui ont conduit au renversement des Bolcheviks athées en Russie. Les nouveaux dirigeants Russes sont Chrétiens, et ils ont enduré des sacrifices incroyables. Maintenant, ils poursuivent leur guerre sainte contre le Bolchevisme ici en Amérique aux moyens des robotoïdes. Nous en Amérique n’avons pas levé le petit doigt pour sauver l’âme de notre propre terre de l’enfer du Bolchevisme, donc maintenant les Russes sont en train de le faire. Les Russes ont attendu jusqu’au dernier moment possible de voir si nous les Chrétiens Américains essayerions de sauver notre propre pays, mais nous sommes aussi aveugles aujourd’hui que la Russie l’était il y a six décennies. Alors maintenant, mes amis, nous avons perdu la chance de sauver l’Amérique du Bolchevisme nous-mêmes.

Maintenant, les Russes le font à leur manière. La seule alternative était de permettre le déclenchement d’une guerre nucléaire. Plutôt que de permettre cela, ils sont en train de prendre le contrôle des États-Unis.

Le mois dernier à Vienne, Leonid Brejnev N° 2 a surpris le monde en disant, je cite: « Dieu ne nous pardonnera pas si nous échouons ». Ceux-ci, mes amis, sont des mots qui signifient la crainte de Dieu; et maintenant que les Russes ont commencé à prendre l’Amérique, ils le considèrent comme leur devoir de nous enseigner la crainte de Dieu aussi bien.

Dans son discours du 15 Juillet, le robotoïde Carter N° 7 a dit, je cite: « Dans une nation qui était fière du dur labeur, des familles solides, des communautés très unies, et de notre foi en Dieu, beaucoup d’entre nous ont maintenant tendance à adorer l’auto-indulgence et la consommation. L’identité humaine ne se définit plus par ce que l’on fait, mais par ce que l’on possède, mais nous avons découvert que posséder des choses et consommer les choses ne satisfait pas notre désir de sens. Nous avons appris qu’accumuler les biens matériels ne peut combler le vide des vies qui n’ont pas de conviction et de but ». Ces mots, mes amis, sont venus directement du Kremlin. Voilà pourquoi le quotidien officiel Pravda a cité le discours de Carter sans commentaire.

Les personnes qui deviennent nos nouveaux dirigeants commencent à nous dire ce qui nous attend. Les choses qui nous poussent à prendre notre Seigneur Jésus-Christ pour acquis seront autorisées à s’effondrer loin de nous. Déjà les appuis sont retirés à l’économie artificielle des États-Unis. Bientôt il y aura un effondrement économique, les difficultés, l’embrigadement; et le seul chemin sera grâce au travail acharné, à la patience et à la force spirituelle. Dans les temps difficiles qui nous attendent, mes amis, il y aura beaucoup qui diront que les Russes n’ont pas le droit de nous laisser plonger dans de tels ennuis, mais le fait est que nous avons perdu le droit de choisir notre propre avenir. Si les Russes n’étaient pas intervenus, la guerre thermonucléaire serait maintenant presque sur nous, alors maintenant les Russes vont le faire à leur manière parce que notre voie conduisait à la catastrophe totale.

Ce qui commence à se produire à présent est ce que j’ai dit à mes auditeurs il y a un an dans les LETTRES AUDIO N° 35 et 36. Nous assistons à la fin d’un mode de vie, notre propre mode de vie. Dans la LETTRE AUDIO N° 36, j’ai dit, je cite: « La licence égoïste et destructrice d’aujourd’hui sera éliminée, mais cela cédera la place à une véritable liberté humaine enracinée dans les valeurs spirituelles éternelles ». Voilà de quoi le robotoïde Carter N° 7 parlait le 15 Juillet, mes amis, et c’est ce que le Kremlin prévoit pour nous pendant qu’ils pondent des plans pour nous enseigner à nouveau la crainte de Dieu.

Au mois prochain, si Dieu le veut, c’est le Dr Beter. Je vous remercie, et que Dieu bénisse chacun de vous.

À propos de G. AKUÉ

Une Âme à la recherche d'une grande illumination à répandre sur les peuples de sa Race bien-aimée et la Race Humaine en général.

Voir tous les articles de G. AKUÉ

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Actualité politique et spor... |
La Voie des Peuples |
nouveaucentreindre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | VILISTIA RUSSIE GEOPOLITIQU...
| afriqueecologielesverts
| unavenirmeilleur