Le Compte à Rebours du Pentagone Vers la Première Guerre Nucléaire

14 décembre 2016

Dr Peter D. Beter

Le Compte à Rebours du Pentagone Vers la Première Guerre Nucléaire

 

 

Dr Peter D. Beter, Lettre Audio N° 75.

Par Dr. Peter D. Beter

Traduit de l’anglais par G. AKUÉ

Le 22/11/2016

http://www.peterdavidbeter.com/docs/all/dbal75.html

« AUDIO LETTER (R) » est une marque déposée de Audio Books, Inc., une société du Texas, qui a produit cet enregistrement sur bande. Reproduit sous licence ouverte accordée par Audio Books, Inc.

—————————————————————–

 

Ceci est la LETTRE AUDIO (R) du Dr. Beter 1629 K St. NW, Washington, DC 20006.

Bonjour, mes amis, c’est le Dr Beter. Aujourd’hui nous sommes le 31 Mai 1982, et ceci est ma LETTRE AUDIO (R) N° 75.

Ici, aux États-Unis, aujourd’hui est une grande fête, le Memorial Day. Pour la plupart d’entre nous, il est un jour de congé, un jour pour pique-niquer ou pour visiter des amis et parents. Le week-end de Memorial Day est célèbre pour les embouteillages, les accidents de la route, et l’Indianapolis 500 Auto Race. Et le Memorial Day est un point tournant saisonnier, marquant le début de la traditionnelle saison des vacances d’été. La plupart d’entre nous ont tendance à accueillir le Memorial Day comme la porte d’entrée de l’été, mais le Memorial Day a aussi une signification plus solennelle que nous oublions parfois. Il est le jour que nous avons mis de côté pour honorer les militaires qui sont morts en combattant pour notre pays. Le Memorial Day est un rappel que la guerre est devenue une dure réalité pour l’Amérique maintes et maintes fois, et chaque fois le coût en vies humaines a été tragique.

Lorsque j’envisage l’été 1982 qui commence maintenant, c’est avec des sentiments mitigés. Comme la plupart des Américains, je suis impatient des activités qui font de la saison des vacances d’été un moment de jouissance; mais l’été à venir sera aussi un moment de danger croissant pour l’Amérique.

Le calendrier de la guerre nucléaire que j’ai rendu public il y a trois mois dans la LETTRE AUDIO N° 72 est toujours en vigueur, mes amis. Ce calendrier prévoit l’éclatement de la première GUERRE NUCLÉAIRE à la mi-Septembre 1982, à peine trois mois à partir de maintenant. Les Bolcheviks Américains qui contrôlent maintenant le Pentagone des États-Unis ne ralentissent sont pas dans leurs préparatifs de guerre. Cela est vrai en dépit du fait qu’une partie de leur plan de guerre ait été paralysée, comme je l’ai expliqué le mois dernier.

La guerre secrète qui a engendré la soi-disant crise des Malouines a pratiquement ruiné les plans du Pentagone pour la victoire finale dans la guerre à venir; mais les planificateurs de guerre Bolcheviks ici ont une tendance suicidaire dans leur pensée, et ils sont décidés à aller en guerre, peu importe les conséquences.

Pendant que je prononce ces mots, les gros titres sont de plus en plus larges sur la guerre des Malouines entre l’Argentine et la Grande-Bretagne. Depuis que je vous ai parlé le mois dernier, de lourdes pertes ont été signalées des deux côtés. L’Argentine a perdu son seul croiseur, le Général Belgrano, ainsi que plusieurs navires mineurs et un certain nombre d’avions.

La Grande-Bretagne a jusqu’à présent admis avoir perdu cinq grands navires — deux destroyers, deux frégates et un navire porte-conteneurs rempli de matériel de guerre. Ces rapports reflètent quelque peu l’ampleur de la présente lutte, mais ils sont incomplets et déformés. Comme dans toute guerre, la vérité est devenue la première victime.

Mes trois sujets spéciaux pour cette LETTRE AUDIO sont:

Sujet N° 1 — le COMPTE À REBOURS DU PENTAGONE VERS LA PREMIÈRE GUERRE NUCLÉAIRE

Sujet N° 2 — L’ATTAQUE ÉCONOMIQUE SUR LA CONSTITUTION des ÉTATS-UNIS

Sujet N° 3 — BILLY GRAHAM VERSUS LE LOBBY DE GUERRE DES BOLCHEVIKS.

Sujet N° 1 Le Compte à Rebours du Pentagone Vers la Première Guerre Nucléaire

Dans la LETTRE AUDIO N° 73, il y a deux mois, je révélais que toute une nouvelle stratégie de guerre nucléaire contre la Russie est développée ici à Washington. Elle est en cours d’élaboration par un groupe de planification militaire d’élite dans le secret extrême sous le nom de code « PROJECT Z ». Il est un projet hâté appelant au commencement de la 1ère GUERRE NUCLÉAIRE elle-même vers Septembre de cette année 1982.

Le mois dernier, j’ai signalé que PROJECT Z continuait d’avancer rapidement dans la salle de planification de guerre secrète ici au centre-ville de Washington. Comme je l’ai dit, le processus de nettoyage du plan de guerre de base était déjà en cours. Maintenant, mes amis, la première version complète du plan de guerre totale PROJECT Z est prête. Le plan est essentiellement terminé avec rien d’autre à faire que d’apporter des améliorations mineures ici et là. Et à présent l’existence de ce nouveau plan de guerre nucléaire majeur des États-Unis est rampante dans les nouvelles. Hier, le 30 Mai, un article à ce sujet est apparu pour la première fois dans le New York Times. L’article, par Richard Halloran, porte le titre « LE PENTAGONE ÉTABLIT LA PREMIÈRE STRATÉGIE pour Combattre UNE LONGUE GUERRE NUCLÉAIRE ». L’article commence, je cite:

« Les décideurs du Département de la Défense dans un nouveau plan de défense de cinq ans ont accepté le principe selon lequel un conflit nucléaire avec l’Union Soviétique pourrait être long, et ont établi leur première stratégie pour combattre une telle guerre. »

L’article poursuit en mentionnant que le plan est exposé dans un document inédit de 125 pages. Il a été rédigé pour approbation par le Secrétaire à la Défense Caspar Weinberger.

Mes amis, j’ai signalé plusieurs fois maintenant que le Pentagone des États-Unis est contrôlé par les Bolcheviks qui autrefois contrôlaient la Russie. J’ai également identifié Weinberger comme le plus haut représentant visible des Bolcheviks ici dans le Gouvernement des États-Unis aujourd’hui.

Les plans de guerre nucléaire des Bolcheviks ici avance rapidement; mais comme je l’ai signalé auparavant, le Gouvernement Américain désormais est une maison divisée. Les Bolcheviks sont confrontés à leurs rivaux mortels, le cartel Rockefeller. Leur haut agent visible dans le gouvernement fédéral aujourd’hui est le Secrétaire d’État Alexander Haig. La vendetta souvent visible entre Haig et Weinberger est seulement une ombre de cette lutte de pouvoir meurtrière dans les coulisses. Contrairement aux Bolcheviks ici, la faction Rockefeller ne veut pas de la guerre nucléaire. En un mot, ils ne peuvent pas se le permettre. Ils perdraient tout, et par conséquent la faction Rockefeller ici travaille fébrilement pour décapiter le plan de guerre nucléaire des Bolcheviks.

Les nouveaux dirigeants anti-Bolcheviques de la Russie sont également contre la guerre nucléaire. Les attitudes anti-Bolcheviques, anti-guerre-nucléaire du cartel Rockefeller et du Kremlin ont conduit à une coalition limitée entre eux au cours des derniers mois. Le résultat le plus spectaculaire jusqu’ici de cette coalition Rockefeller-Russe est la guerre des Malouines faisant maintenant rage entre l’Argentine et la Grande-Bretagne. Dans la LETTRE AUDIO N° 74 le mois dernier, j’ai indiqué de quoi il s’agissait dans la guerre des Malouines. Elle est la suite visible de la guerre secrète qui a eu lieu au cours du mois d’Avril. Le cartel Rockefeller et les Russes ont uni leurs forces pour détruire certaines grandes installations militaires et des réserves d’armes. Ce sont des ingrédients clés de la phase finale du plan de guerre PROJECT Z.

L’opération a commencé à South Georgia Island (île de Géorgie du Sud) le 3 Avril. Avec l’aide de l’Argentine, une équipe conjointe de commando Rockefeller-Russe a été en mesure d’éliminer la base navale géante cachée là-bas. La base, construite dans les années 1960, a été initialement contrôlée par le cartel Rockefeller à travers le Gouvernement des États-Unis, mais les Bolcheviks ici ont acquis le contrôle des bases il y a environ trois ans quand ils ont pris le contrôle du Pentagone Américain.

Le mois dernier, j’ai expliqué comment l’attaque de la base a été menée. Elle était renfermée dans une caverne artificielle géante creusée dans une montagne près de l’eau. Avec les entrées de navires camouflées scellées, la base était à l’épreuve des bombes; mais l’équipe conjointe de commando Rockefeller-Russe a réussi à l’attaquer en forant un puits à travers la montagne. Puis une bombe à neutrons Russe compacte a été insérée à travers le puits et a explosé à l’intérieur de la base navale caverneuse. Le processus a pris plusieurs semaines. Le gouvernement Thatcher, qui, comme le Pentagone des États-Unis, est contrôlé par les Bolcheviks, a envoyé la Royal Navy. Tout d’abord, elle était censée déloger la force militaire Rockefeller-Russe lourdement armée avant qu’elle ne puisse détruire la base navale; ensuite elle devait continuer aux Malouines pour les combats publiquement admis.

La Royal Navy est arrivée quelques jours trop tard pour sauver la base secrète sur l’île de Géorgie du Sud, comme je l’ai signalé le mois dernier; mais à ce moment le gouvernement Thatcher en panique avait déjà envoyé les deux tiers de la Royal Navy dans l’Atlantique Sud. En plus de cela, au moins un navire britannique avait déjà été coulé par la Russie dans le cadre de l’opération secrète Géorgie du Sud. Cela n’a laissé au gouvernement Thatcher d’autre choix que de s’engager dans la bataille avec l’Argentine, sinon il aurait été impossible d’expliquer l’énorme déploiement de la Grande-Bretagne dans l’Atlantique Sud, beaucoup moins les lourdes pertes qui ont été subies.

Lorsque j’ai enregistré la LETTRE AUDIO N° 74 le mois dernier, le 30 Avril, le blocus britannique des Malouines ne faisait que commencer. Plus tard ce jour, l’entité Président Reagan a annoncé que les États-Unis étaient activement aux cotés de la Grande Bretagne. L’annonce a été une victoire pour la faction belligérante du Pentagone. Tout de suite la guerre autour des Malouines a commencé à chauffer rapidement. Le 1er Mai, les Britanniques ont lancé des raids de bombardement contre l’aéroport à Port Stanley, et le 2 Mai, un sous-marin britannique torpillait le deuxième plus grand navire de l’Argentine, le croiseur General Belgrano. Il a coulé dans les 24 heures, laissant un bilan de plus de 300 marins Argentins morts. Il était attendu que le naufrage du Belgrano allait démoraliser les Argentins, mais au lieu de cela, ils ont été enragés. Le Belgrano avait été coulé à un moment où il ne menaçait pas les forces britanniques. Les Argentins ont décidé qu’il était temps de commencer à jouer leur atout contre la Grande-Bretagne.

Le mois dernier, j’ai signalé que l’Argentine avait été offerte certaines promesses en retour de l’opération secrète possible de Géorgie du Sud. L’une d’elles était la promesse d’une aide militaire secrète par la Russie contre la Grande-Bretagne. Plus précisément, il a été promis que les Russes interviendraient en parallèle avec les opérations aériennes et navales Argentines d’une manière conçue pour égaliser les chances. De cette façon, les chefs militaires de l’Argentine peuvent prendre tout le crédit pour à la fois leurs attaques propres et celles secrètes Russes contre les Britanniques. Dans le même temps, cette procédure est conçue pour garder obscure le rôle de la Russie dans le combat.

Le 4 Mai, l’Armée de l’Air Argentine a décidé de mettre les promesses de la Russie à l’épreuve. Une paire de bombardiers s’est dirigée sur l’Atlantique pour attaquer la Royal Navy. Agissant sur des données de reconnaissance fournies par les Satellites Espions Russes, ils se sont dirigés directement vers la flotte. Lorsque les deux jets Argentins volant à basse altitude sont apparus à l’horizon, ils ont été pris par le radar de la flotte Britannique. Dans le même temps, un Cosmosphère Russe planant à plusieurs kms au-dessus de la flotte fit feu sur l’un des navires. Le navire était l’un des plus récents, des plus modernes, des plus sophistiqués des navires de la Grande-Bretagne, conçus spécifiquement pour protéger la flotte contre les attaques aériennes. Le navire était un destroyer lance-missiles Type-42, H.M.S. Sheffield. Bien avant que les deux jets Argentins n’aient été assez près pour attaquer, le Cosmosphère tira son canon à particules chargées sur le navire. Le faisceau incandescent de particules subatomiques explosa à travers la superstructure en aluminium, juste derrière le pont près de la partie supérieure du navire. En une fraction de seconde, le faisceau a brulé à travers les couches de métal jusqu’en bas dans les entrailles du navire. L’aluminium du navire lui-même était instantanément en flamme. Les pilotes des chasseurs Argentins ont été témoins de la spectaculaire explosion et des flammes blanches intenses à près de 32 kms. Ils sont retournés rapidement à la base, n’ayant fait usage d’aucun missile. Les survivants ahuris du Sheffield ont dit plus tard qu’il n’y avait eu aucun avertissement avant l’explosion.

Les dirigeants de l’Argentine sont coachés par des agents du cartel Rockefeller dans ce qu’il faut dire publiquement sur les développements de la guerre. Ils prétendent qu’un missile de fabrication française appelé Exocet avait été utilisé pour couler le Sheffield; mais pour ceux qui connaissent les caractéristiques du missile Exocet, la catastrophe du Sheffield est restée un mystère.

L’Exocet, mes amis, est un type de missile connu comme une écumoire de mer (à vol rasant). Il est conçu pour se déplacer juste au-dessus de l’eau, frappant un navire presque à la ligne de flottaison. Les films fichiers de l’Exocet qui ont été montrés à la télévision montrent clairement ce comportement. Mais le Sheffield a été dynamité à proximité du sommet de la superstructure; en fait, ceci est dit être la raison du relativement faible nombre de victimes dans la destruction du H.M.S. Sheffield. Cette même explosion aurait-elle visé bas à proximité de la ligne de flottaison, le navire aurait probablement basculé sur le côté et coulé rapidement. Si cela s’était passé, très peu de l’équipage y aurait échappé.

Le soir du 4 Mai, l’Amiral Martin Wemyss, ancien directeur de la British naval warfare, a été interrogé sur le désastre du Sheffield sur ABC Nightline. Ted Koppel a commencé avec les mots:

« Amiral Wemyss, comment est-il que ce navire moderne n’aurait pas été en mesure de tout d’abord détecter puis détruire ledit aéronef Argentin? »

L’Amiral Wemyss a répondu, je cite:

« Je pense que c’est une très bonne question, et je ne peux pas vous donner une réponse claire. Dans mon livre, cela ne devrait pas s’être produit ».

Pendant les deux prochaines semaines des pourparlers entre l’Argentine et la Grande-Bretagne ont continué avec le Secrétaire Général des Nations Unies, Perez de Cuellar tentant une médiation.

Pendant ce temps, le gouvernement Thatcher a continué à ajouter à l’armada Britannique dans l’Atlantique Sud. Même le paquebot de luxe Queen Elizabeth II a été réquisitionné et transformé en transport de troupes. Il a pris la mer avec quelques 3200 soldats à bord le 12 Mai.

La stratégie du gouvernement Thatcher dominé par les Bolcheviks est très simple, mes amis. Ils savent très bien qu’ils envoient la Royal Navy dans un piège, mais ils croient qu’en multipliant la force navale dans l’Atlantique Sud pratiquement au-delà de la raison, ils gagneront. Ils rendent l’engagement britannique tellement énorme par rapport à celui de l’Argentine qu’une déroute totale infligée par l’Argentine aux Britanniques apparaitrait déraisonnable. Cela permettrait à la question de l’aide secrète Russe à l’Argentine d’être soulevée de façon ouverte et crédible, et cela pourrait aider à déclencher la guerre nucléaire même qu’ils savent que la Russie essaie d’éviter.

Suite à cette stratégie de force brute, le gouvernement Thatcher a continué à déverser tous les navires disponibles dans la mêlée de l’Atlantique Sud. Pour le moment, plus de 100 navires britanniques sont soit dans la zone de guerre ou s’y dirigent. C’est presque toute la Royal Navy! L’attitude est: pour chaque navire que les Russes et les Argentins coulent, le gouvernement Thatcher va simplement envoyer deux de plus — tout pour s’assurer que la Grande-Bretagne reprenne les Malouines parce que si cela ne se fait pas, le gouvernement Thatcher tombera et ce sera un revers pour le pouvoir Bolchevik en Grande-Bretagne.

Le 19 Mai, les dernières attentives de pourparlers à l’Organisation des Nations Unies se sont finalement effondrées. La Grande-Bretagne était enfin prête à envahir. Après que les discussions aient pris fin ce soir-là, il a été annoncé que le Cabinet de Guerre Britannique se réunirait le lendemain matin. Supposément la réunion déciderait s’il faut donner le feu vert à l’invasion — mais tout était une ruse pour aider à créer un élément de surprise face à l’Argentine et contre la Russie.

La première étape d’une stratégie d’invasion élaborée était déjà en action. Le soir du 19 Mai, la flotte d’invasion Britannique fut divisée en deux groupes — un groupe était à 241 kms (150 miles) à l’Est de Port Stanley; l’autre, à 160 kms (100 miles) au Nord-Est. Peu avant minuit, heure de Washington, les deux forces d’invasion ont commencé à se diriger vers le rivage. Les Cosmosphères et sous-marins Russes sont entrés en action en œuvrant ensemble. Les deux groupes d’assaut britanniques ont été pris sous le feu. Au moins deux navires critiques à l’assaut ont été touchés et lourdement endommagés. Vers 02h00, heure de Washington, les deux forces d’attaque ont interrompu leurs mouvements vers la région de Port Stanley. En réponse, les forces Russes se sont désengagées. Les Russes croyaient avoir contrecarré l’invasion Britannique; mais, mes amis, ils avaient tort.

Les deux grands groupes d’invasion menaçant Port Stanley la nuit du 19 Mai étaient en réalité en train de mener une action de diversion. Les stratèges britanniques savaient que les Russes avaient la puissance nécessaire pour faire cesser toute invasion. La seule chance de succès résidait dans le fait de convaincre les Russes qu’ils avaient arrêté l’invasion, puis d’une façon ou d’une autre glisser furtivement des troupes à terre. Ainsi, les deux grandes forces d’invasion du 19 Mai étaient en réalité en train de mettre en scène un leurre! La plupart des troupes d’invasion britanniques n’étaient plus à bord du transporteur de troupes Canberra ou des navires d’assaut. Au lieu de cela, elles ont été transférées à d’autres navires qui, normalement, ne sont pas utilisés à des fins amphibies.

Le matin du 20 Mai, la duperie britannique élaborée a continué. Jusqu’à la veille, les déclarations britanniques avaient fait allusion à une imminente invasion tous azimuts, mais le matin du 20 Mai, les déclarations ont changé brusquement. Les porte-parole du Ministère Britannique de la Défense ont soudainement commencé à dire que les Britanniques se limiteraient à de petits raids éclairs pendant un certain temps. Les planificateurs militaires Bolcheviques à Londres voulaient davantage convaincre la Russie que l’invasion avait été arrêtée la nuit précédente. Ça a marché.

De petits groupes de navires Britanniques ont commencé à bouger autour des Iles Malouines comme pour planter les petits rounds de raids ici et là. Dans l’obscurité du matin du 21 Mai, l’un de ces petits groupes de navires s’est déplacé dans l’extrémité nord de Falkland Sound entre les Îles. Contrairement aux bulletins de presse, le navire de troupe Canberra n’était pas parmi eux, ni un navire d’assaut. Ces navires auraient averti les Russes de tout surveiller depuis les Cosmosphères loin dans le ciel qu’un atterrissage majeur se tramait. Au lieu de cela, le navire clé qui s’est déplacé à San Carlos Bay était le navire-hôpital Uganda. Sous le couvert de l’obscurité, l’Uganda s’est déplacé près du rivage. Les troupes d’assaut Britanniques, entassées comme des sardines sur l’Uganda, sont descendu sur les côtés du navire sur des échelles de corde dans des barques. Les barques ont transporté les troupes à une courte distance de la terre, un groupe après l’autre. Dès qu’elles furent à terre, les troupes avaient reçu l’ordre de se déployer rapidement. De cette façon, elles se sont transformées en des cibles impropres à toute attaque par les Cosmosphères Russes patrouillant des kms au-dessus.

Les canons à particules sont dévastateurs contre des cibles concentrées, mais très inefficaces contre le personnel dispersé sur une vaste zone. À l’aube, d’autres navires avaient également débarqué des troupes de la même manière. Au moment où la lumière du jour a révélé ce qui se passait réellement, il était trop tard. L’invasion britannique des Malouines était en cours. Une fois que les Britanniques ont atteint le rivage avec un nombre important de troupes, les chances de la Grande-Bretagne de reprendre le contrôle des îles ont commencé à augmenter rapidement. Une aide secrète Russe aux Argentins est beaucoup plus facile en mer et dans les airs que sur terre.

Au cours des 10 derniers jours, nous avons entendu parler d’un certain nombre d’attaques aériennes dévastatrices par les Argentins. Jusqu’à présent, les Britanniques ont admis la perte d’au moins cinq navires ainsi que plusieurs hélicoptères et Harrier Jump-jets, mais lentement les forces terrestres britanniques ont été renforcées et ont commencé à progresser à travers l’Est des Iles Malouines en direction de Port Stanley. En date d’aujourd’hui, le 31 Mai, les forces terrestres britanniques sont dites être en train de s’approcher de la principale garnison Argentine à Port Stanley. L’opération est dépeinte dans les nouvelles ici comme une tâche relativement facile, mais cela est loin de la vérité.

Les pertes britanniques dans la bataille terrestre ont été beaucoup plus grandes qu’admises, et en mer, la Royale Navy a subi de très lourdes pertes auxquelles il n’est même pas fait allusion à ce jour dans les nouvelles. De nombreux navires ont été gravement endommagés; et tout — je le répète, TOUT — le contingent initial des Sea Harrier Jump-jets a été mis hors combat. Les deux porte-avions britanniques, le Hermes et l’Invincible, ont été rendus incapables de lancer des jets. Les Harriers opérant maintenant autour des Malouines sont un type différent des Sea Harriers peints en bleu, au nez pointu. Ils sont peints en camouflage vert et brun. Mes amis, ils sont des Harriers du Marine Corps des États-Unis, et ils opèrent à partir d’un navire Américain!

Les choses que je révèle ici, mes amis, sont en contradiction avec les histoires officielles, mais c’est cela la guerre qu’on ne voit jamais. Des photos des exercices amphibies britanniques prises à l’île de l’Ascension ont été passées comme des images de l’invasion des Malouines. Les installations de radiodiffusion de la British Broadcasting Corporation sur l’île de l’Ascension ont été reprises il y a des semaines par l’Armée britannique. Maintenant, nous entendons des bulletins quotidiens de l’île d’Ascension qui sont revendiqués comme provenant du corps expéditionnaire. Plus encore que d’habitude, la vérité a été la première victime dans la guerre des Malouines.

Les planificateurs militaires Bolcheviques ici et dans le gouvernement Thatcher en Grande-Bretagne tentent de trouver un moyen d’utiliser la guerre des Malouines pour leurs propres fins. Jusqu’à maintenant, ils ne sont toujours pas en train de ralentir dans leur calendrier accéléré pour la première guerre NUCLÉAIRE.

Dans quelques semaines, il y aura un indice très visible sur l’état du calendrier de la guerre nucléaire bolchevique. Je me réfère, mes amis, au prochain quatrième vol de la navette spatiale. Tous les vols de la navette spatiale jusqu’à maintenant ont été de nature militaire, comme je l’ai indiqué dans le passé. La navette spatiale est le seul espoir du Pentagone pour regagner un pied militaire ferme dans l’espace pour la guerre à venir. Maintenant, pour la première fois, il est même admis que le prochain vol de la navette sera militaire.

Le vol N° 4 de la Navette est actuellement prévu pour le 27 Juin, moins d’un mois à partir de maintenant. Si une excuse est trouvée pour retarder le vol, elle reflétera un ralentissement dans les plans de guerre nucléaire du Pentagone; mais si la Navette N° 4 prend son envol comme prévu, cela indiquera que les Bolcheviks ici sont toujours collés à leur date limite de guerre de Septembre.

Dans la LETTRE AUDIO N° 73, j’ai signalé que pour la première fois la navette avait été couronnée de succès dans sa mission militaire prioritaire. Un Satellite Super Espion armé de laser blindé a été mis en orbite en Mars pour obtenir des données de reconnaissance fraiches sur la Russie. C’est la première mise à jour des données cibles Russes puisque la Russie a détruit les Satellites Espions de l’Amérique il y a environ quatre ans. Les données cibles du nouveau satellite ont maintenant été intégrées dans le plan de guerre nucléaire PROJECT Z que j’ai rendu public dans la LETTRE AUDIO N° 73.

Maintenant, la Navette Spatiale N° 4 est en cours de préparation pour une mission différente. Dans le cadre du plan de guerre PROJECT Z, la guerre nucléaire à venir commencera par une attaque nucléaire surprise par des avions furtifs Américains en Russie. Ils vont tenter d’éliminer toutes les bases spatiales de la Russie — quatre Cosmodromes pour fusées ainsi que des installations de Cosmosphère en Sibérie. Si tout se passe comme prévu, l’ensemble de ces installations sera sauté avec des bombes H simultanément. Dès que cela se produit, le reste de l’arsenal nucléaire de l’Amérique doit être lancé à la Russie, comme je l’ai décrit précédemment.

Mais il reste un point faible dans le plan Bolchevik de première frappe contre la Russie. À l’heure actuelle, les Bolcheviks ici devront supposer que la première phase du plan d’attaque a réussi à partir d’un moment donné. La raison en est que les États-Unis n’ont actuellement aucun moyen de vérifier si l’attaque initiale des Furtifs a réussi. Lorsque la Russie a détruit les Satellites Espions de l’Amérique il y a quatre ans, elle a également détruit nos satellites d’Alerte Précoce de haut niveau. Cela laisse les planificateurs de guerre Bolcheviques ici sans aucun moyen de dire si leurs bombes ont explosé en Russie. La Navette Spatiale N° 4 est destinée à résoudre ce problème en quelques semaines à partir de maintenant!

La charge utile super-secrète du Ministère de la Défense est un Système de Capteur infrarouge cryogénique. Il est conçu pour observer la Russie depuis une orbite géostationnaire. Il permettra de détecter les explosions de bombes H Américaines en Russie quand cela arrivera. Au moment où il clignote un signal confirmant les explosions au Pentagone, le reste de la première frappe nucléaire Américaine contre la Russie sera mis en mouvement.

Pour faire son travail, le Capteur infrarouge de l’Air Force doit être placé en orbite géostationnaire. Cette orbite est à plus de 35.405 kms (22.000 miles) au-dessus de l’équateur. La navette elle-même ne peut pas aller aussi haut; elle ne peut aller qu’à une orbite terrestre basse, peut-être 241 kms (150 miles) d’altitude. Pour prendre le Système de Capteur de l’Air Force plus loin, il doit être monté sur une fusée. La navette transportera tout l’assemblage — Système de Capteur, fusée, et tout autre — en orbite Terrestre basse. De là, la fusée prendra le Système de Capteur vers l’emplacement désiré au-dessus de l’équateur.

Mes amis, pour le moment, le compte à rebours vers la première GUERRE NUCLÉAIRE est toujours en cours par les planificateurs de guerre Bolcheviques dans le Pentagone. La crise des Malouines a commencé comme un effort pour prévenir ou retarder la guerre nucléaire, mais elle peut au contraire finir par aider à déclencher cette guerre même! Si c’est le cas, le quatrième vol de la navette spatiale de l’Amérique pourrait se révéler être la dernière mission habitée de l’Amérique dans l’espace.

Le capteur de l’Air Force pour vérifier le succès de la prochaine attaque initiale de l’Amérique contre la Russie sera éventuellement détruit par les armes spatiales Russes. Avant que cela ne puisse se produire, les planificateurs Bolcheviks du Pentagone essayeront de déclencher la 1ère GUERRE NUCLÉAIRE.

Sujet N° 2L’Attaque Économique sur La Constitution Des États-Unis

Depuis deux mois maintenant la crise des Malouines a dominé les nouvelles. De même, la menace croissante d’une guerre nucléaire et le sentiment anti-nucléaire grandissant ont fait les manchettes; mais pour des millions d’Américains, une crise différente semble beaucoup plus importante. Il s’agit d’une crise de longue durée qui a été avec nous depuis de nombreuses années. Cette crise grandissante, mes amis, est celle de l’économie en ruine et du dollar des États-Unis.

Ce mois-ci, en Mai 1982, il y a eu toutes sortes de mauvaises nouvelles sur le front économique. Le 7 Mai, le Gouvernement a annoncé que le chômage, officiellement évalué, avait atteint 9,4 pour cent, le plus haut niveau depuis la Grande Dépression. Et seulement cinq jours plus tard, il y avait un autre choc — Braniff Airlines a brusquement mis fin à l’exploitation et a déposé son bilan. Ce fut la première fois qu’une compagnie aérienne interurbaine des États-Unis avait fait faillite. Braniff, comme de plus en plus d’autres entreprises, a été mis à terre par une montagne de dettes. Avec des taux d’intérêt atteignant les sommets au milieu d’une profonde récession, de plus en plus d’entreprises ne peuvent tout simplement pas survivre. Réductions de la production, licenciements et faillites continuent de se propager, et de plus en plus de gens perdent leurs emplois. Cette récession est particulièrement cruelle parce qu’elle est une récession inflationniste.

Nous vivons maintenant dans l’ère de la STAGFLATION au sujet de laquelle j’ai mis en garde dans mon livre LA CONSPIRATION CONTRE LE DOLLAR, il y a près de dix ans. Les plans délibérés qui ont été mis en mouvement il y a longtemps pour détruire le dollar des États-Unis sont maintenant bien avancés.

Depuis 1970, les effets combinés de l’inflation et des impôts ont réduit le pouvoir d’achat du dollar de 55 pour cent. Une famille de quatre personnes vivant sur 10.000 dollars en 1970 aurait besoin de bien plus de 23.000 dollars en 1982 juste pour rester au même niveau, et cet effondrement sans précédent du dollar se poursuit alors même que les gens sont jetés hors de travail.

Depuis des mois, la bataille sur le budget fédéral traîne, jour après jour. On nous dit constamment que le budget est la clé pour faire baisser les taux d’intérêt incroyables qui tuent l’économie, et pourtant il semble que personne ne peut se mettre d’accord sur ce que le budget devrait être. Une proposition de budget après l’autre est venue pour examen seulement pour être rejetée. Tout d’abord, il y avait le budget de l’Administration Reagan, qui n’est allé nulle part. Ensuite, tous les types de budgets alternatifs ont commencé à être proposés. Il y a eu des budgets Républicains, des budgets Démocrates, des budgets Conservateurs, des budgets Libéraux, des budgets de compromis; et chaque budget proposé à ce jour a été rejeté. Il y a de plus en plus de discussions que le processus budgétaire fédéral a tourné au vinaigre, qu’il y a quelque chose de fondamentalement inadmissible. Le 28 Mai, l’entité Président Reagan a dénoncé le processus budgétaire alors qu’il était à Santa Barbara, en Californie, pour faire un discours. Il a dit, je cite:

« Le programme du Gouvernement des États-Unis pour présenter un budget, ou élaborer un budget, est l’arrangement Mickey-Mouse le plus irresponsable, que tout corps gouvernemental ait jamais pratiqué. Il est appelé le ‘Budget du Président’ et pourtant il n’y a rien d’obligatoire à son sujet. Il est soumis au Congrès et ils ne sont même pas tenus de l’examiner ».

Mes amis, notez s’il vous plaît attentivement la façon dont cette critique du Président a été formulée. Je suggère que vous arrêtiez votre enregistreur et le jouiez à nouveau parce que l’entité Reagan n’était pas tout simplement en train de délivrer une semonce politique standard à ses adversaires politiques. Il condamnait le processus lui-même, et il a ajouté, je cite:

« Je pense qu’une réelle solide réflexion devrait être conduite maintenant sur un processus de budgétisation qui convient au grand gouvernement d’une grande nation. »

Mes amis, le choix de Reagan de Santa Barbara, en Californie, pour cette déclaration était symbolique. Il se trouve que la soi-disant « solide réflexion » qu’il a recommandée pour un nouveau processus de budgétisation a déjà été faite; et comme le Président le sait très bien, cette réflexion a été faite à Santa Barbara à une fondation exonérée d’impôt appelée le « Center for Study of Democratic Institutions ». C’est là où la nouvelle Constitution secrète pour l’Amérique a été écrite, incluant de nouvelles dispositions détaillées pour le processus de budgétisation!

Il y a sept ans en 1975, je publiais une brochure dans laquelle j’ai examiné la nouvelle Constitution secrète d’un point de vue juridique. L’ensemble du texte de la nouvelle Constitution est contenue dans la brochure. Si vous avez une copie, vous pouvez lire sur le nouveau processus de budget proposé pour vous-même. Tout y est en noir et blanc. Des passages importants à examiner comprennent:

ARTICLE IV — LA DIRECTION DE LA PLANIFICATION, Sections 2, 4 et 7;

ARTICLE V — LA PRÉSIDENCE, Section 1, et

ARTICLE VI – (b) — LA CHAMBRE DES REPRÉSENTANTS, Section 8.

Ce que vous découvrirez, si vous suivez jusqu’au bout le processus budgétaire décrit dans la nouvelle Constitution, est très important. Quand tout le blabla sonnant juridique est dépouillé, l’ensemble du processus budgétaire se révèle être fermement sous l’emprise du Président.

Par exemple, Reagan s’est plaint à Santa Barbara que le « Budget du Président », je cite:

« …est soumis au Congrès et ils n’ont même pas tenus de l’examiner. »

Mes amis, la nouvelle Constitution secrète règlerait cela. ARTICLE VI-(b), Section 8 commence, je cite:

« La Chambre examinera sans délai le budget annuel. »

De plus, il n’est donné aucun rôle à la Chambre dans l’élaboration du Budget. S’ils osent s’opposer à quoi que ce soit, le Budget retourne au Planning Board, prétendu, contrôlé par, vous l’avez deviné, le Président.

L’attaque de Reagan contre le processus budgétaire est la dernière d’une série continue de mouvements clandestins pour ouvrir la voie à la nouvelle Constitution. Ce qui rend celle-ci plus importante est qu’elle est liée à de puissantes forces économiques qui sont destinées à accélérer le processus.

À travers des mois de marchandage forcé, le Congrès « gardé » a sensibilisé les Américains au problème du budget et ils ont fait ça à un moment où l’incertitude sur le Budget est blâmée pour l’aggravation des difficultés économiques!

Maintenant avance le Président disant que la solution est de changer l’ensemble du processus.

La crise budgétaire grandissante est également liée à un autre changement majeur que l’entité Président Reagan a préconisé publiquement. Ce changement, mes amis, est le « Balanced Budget Amendment » (Amendement de la Règle d’Or Budgétaire) à notre présente CONSTITUTION ÉTATS-UNIS.

Il est un effort en cours en ce moment pour convoquer une Convention Constitutionnelle en vue d’introduire un amendement de la règle d’or budgétaire. Déjà la plupart du nombre requis d’États ont entériné la convocation d’une telle convention! À l’heure actuelle, si seulement trois (3) États de plus l’entérinent, il sera légalement exigé de convoquer une Convention Constitutionnelle. L’excuse pour la convocation d’une Convention Constitutionnelle serait d’introduire la Règle d’Or Budgétaire (Balanced Budget Amendement). Le problème est qu’une fois qu’une convention est convoquée, il n’y a aucun moyen de l’empêcher de se transformer en une convention galopante, réécrivant l’ensemble de la CONSTITUTION! En fait, c’est exactement comment notre présente CONSTITUTION des ÉTATS-UNIS a été créée. L’idée originale était de simplement modifier les « articles de Confédération », mais lorsque que la Convention est arrivée à son terme, une toute nouvelle constitution a émergé.

Ceux qui sont derrière l’effort pour une nouvelle Convention Constitutionnelle veulent maintenant que la même chose se reproduise; et si ça le fait, ils ont leur modèle pour une Constitution DICTATORIALE soigneusement manucurée prêt à être mise en œuvre!

Dans le passé, il y a eu plusieurs autres efforts comme celui-ci pour convoquer une Convention Constitutionnelle. Chacun a été construit autour d’une idée favorite d’une sorte ou d’une autre, mais chaque fois l’effort a fait long feu. Assez de gens ont reconnu le danger d’une Convention Constitutionnelle galopante pour empêcher sa tenue. Cette fois, cependant, le danger est beaucoup plus grand que jamais parce que cette fois, l’excuse de la convention proposée est directement liée aux portefeuilles des gens.

Différents porte-parole financiers à la télévision nous disent que les taux d’intérêt élevés sont responsables de nos difficultés économiques, ce qui est une demi-vérité. On nous dit également que les déficits publics sont responsables du maintien de ces taux d’intérêt désastreux à un niveau élevé. Ensuite, nous avons droit au triste spectacle d’un gouvernement apparemment incapable de se prononcer sur un budget. Et, enfin, chaque fois qu’un budget est adopté, il retiendra les plus grands déficits de l’histoire — bien plus de cent milliards de dollars.

Dans ce contexte, la promesse d’un redressement par voie de l’amendement sur l’équilibre budgétaire (la règle d’or budgétaire) peut se révéler trop tentant pour y résister. Si c’est le cas, l’effort en vue de convoquer une Convention Constitutionnelle réussira, et dans le processus nous, Américains, aurons vendu notre droit de naissance pour un plat de lentilles!

Mes amis, tout cela peut sembler presque sans importance en ce moment en raison du spectre d’une éventuelle guerre nucléaire d’ici la fin de l’été, mais n’oubliez jamais que les plans de guerre sont les plans des hommes, rien de plus. Ces plans ont une façon de mal tourner dans de nombreux cas; et dans le cas de ces plans de guerre nucléaire, des tentatives fébriles sont en cours pour les faire aller de travers.

Les planificateurs de guerre Bolcheviques qui contrôlent le Pentagone veulent la guerre nucléaire; mais leurs ennemis anti-Bolcheviques qui maintenant dirigent la Russie ne veulent pas la guerre et tentent de l’empêcher. De même, le cartel Rockefeller ici en Amérique est dans une lutte de pouvoir contre les Bolcheviks dans une tentative pour arrêter le plan de guerre.

Si les intérêts Rockefeller réussissent à reprendre le contrôle du Gouvernement des États-Unis, ils ont l’intention d’arrêter le compte à rebours de guerre Bolchevique. Mais le groupe Rockefeller ne mène cette bataille que pour eux-mêmes, mes amis, pas pour vous ou moi! Ce sont eux qui sont derrière la secrète nouvelle Constitution et l’effort pour une Convention Constitutionnelle. S’ils réussissent à battre les Bolcheviks ici, ils ont l’intention d’en tirer parti. Avec leur secrète nouvelle Constitution qu’ils envisagent de nous amener sous leur domination plus complète que jamais.

Dans la LETTRE AUDIO N° 72, il y a trois mois, j’ai rapporté qu’un coup d’État militaire était en gestation ici à Washington. Ce doit être un coup d’État par les agents du cartel Rockefeller au sein du Gouvernement contre des agents Bolcheviques. L’homme en charge est un général quatre étoiles — Alexander Haig.

Jusqu’à présent, le coup anti-Bolchevique n’a pas été accompli, mais il gagne du terrain. Un gain important pour la faction Rockefeller a eu lieu le mois dernier alors que tous les yeux étaient rivés sur la crise des Malouines. Le 21 Avril, il a été annoncé que l’Amiral Bobby Inman, Directeur Adjoint de la CIA, avait « démissionné » (citation) de manière effective immédiatement. Inman a été contraint par la faction Rockefeller. Il a été remplacé à la vitesse de l’éclair par John McMann, un professionnel de carrière avec la CIA!

Ce sont les Rockefeller qui ont créé la CIA il y a longtemps comme leur propre agence de détective privé, et maintenant ils travaillent fermement pour rétablir le contrôle qu’ils ont perdu sur la CIA il y a trois ans.

Les luttes intestines entre les factions Rockefeller et Bolchevique au sein du Gouvernement sont de plus en plus intenses à mesure que la mèche de la guerre brûle et devient de plus en plus courte. Le Président Reagan et le Secrétaire Haig sont tous les deux sous haute sécurité. Cet été 1982 sera dangereux pour eux et pour l’Amérique.

Sujet N° 3Billy Graham Versus Le Lobby de Guerre des Bolcheviks.

Dans la soirée du 16 Mai, des millions d’Américains ont réglé leurs postes téléviseurs sur NBC pour regarder le premier épisode d’une mini-série spéciale. C’était un portrait somptueux des voyages et aventures de Marco Polo. Durant les quatre prochaines nuits, les téléspectateurs ont eu droit à une reconstitution spectaculaire des expériences de Marco Polo lorsqu’il a voyagé en Chine. Parsemant ces scènes d’aventure et de splendeur étaient de brèves scènes illustrant ce qui est arrivé à Marco Polo après son retour chez lui à Venise. Il a osé parler des lieux où il avait été et des choses qu’il avait vues qui entraient en conflit avec le dogme du moment, et il a été jugé pour hérésie.

Aujourd’hui, en 1982, nous aimons penser que nous sommes trop éclairés pour fermer nos esprits comme les inquisiteurs de Marco Polo, mais le fait est que même aujourd’hui ceux qui défient les idées préconçues sont rapidement marqués comme des hérétiques et semblables. Il y avait un parfait exemple de ceci ce Dimanche matin le 16 Mai. Ironiquement, ce fut le même jour que le début de la série Marco Polo. Mes amis, je fais référence à l’entrevue de l’évangéliste Dr Billy Graham dans l’émission d’informations ABC « This Week with David Brinkley ».

Le Dr. Graham venait de rentrer en Angleterre après une participation à une conférence religieuse de cinq jours à Moscou, en Russie, bizarrement. Il était l’un des plus de 400 chefs religieux de 80 nations ayant participé à la conférence. Ils étaient là à l’invitation de l’Église Orthodoxe Russe qui a parrainé la Conférence. Une grande partie de ceux qui ont assisté étaient des responsables Chrétiens tels que le Dr Graham, mais il y avait aussi de nombreux représentants d’autres grandes religions du monde. Ils n’étaient pas là pour convertir, rivaliser, ou condamner les uns les autres. C’était plutôt une occasion rare pour ces leaders de former des ponts de compréhension mutuelle, quelque chose qui est trop souvent négligé dans notre monde.

Ce fut une conférence religieuse du genre que le monde n’a pas vu depuis plus de 80 ans. La dernière fois que quelque chose comme cela a eu lieu était avant 1900. Elle s’est tenue ici en Amérique, à Chicago, et a été appelée « Le Parlement des Religions ». Il y en avait qui craignaient cette réunion historique des esprits et l’ont condamné depuis lors. Par conséquent, elle n’a jamais été répétée ici en Amérique; mais je déclare, mes amis, que ces craintes étaient sans fondement. Le Parlement des Religions n’a pas détruit le Christianisme ou transformé les Américains du jour au lendemain en Bouddhistes, Musulmans ou Hindous. Ce qu’il a fait était d’établir des liens de compréhension et de respect pour un certain temps là où ils avaient manqué auparavant. Mes amis, il est un fait psychologique qu’il est généralement difficile de haïr une autre personne si vous arrivez à la connaître. Voilà pourquoi tout gouvernement d’intention guerrière tente de déshumaniser et de dépersonnaliser l’ennemi.

Depuis le tournant du siècle, le Gouvernement des États-Unis a été contrôlé par des éléments qui chérissent la guerre comme instrument de politique, aussi nous ne voyons plus de Parlements des Religions ici en Amérique.

En revanche, le Gouvernement de la Russie a connu une transformation radicale au cours des dernières années. Les nouveaux dirigeants de la Russie sont Chrétiens, comme je l’ai signalé depuis près de cinq ans. Après une lutte déchirante de six décennies, ces natifs Russes coriaces ont finalement pris le dessus sur les Bolcheviks sataniques là-bas. Il y a plus de trois ans, la montée en puissance des Chrétiens du Kremlin a commencé à produire des changements surprenants en public. Par exemple, pour Pâques 1979, le « Messie » de Haendel a été réalisé en Russie pour la première fois depuis la Révolution Bolchevique! Plusieurs mois avant cela, en Janvier 1979, la première expédition légale de Bibles en Russie depuis 1917 avait eu lieu. L’American Bible Society avait demandé au Gouvernement Russe l’autorisation, et elle avait été accordée.

Dans la LETTRE AUDIO N° 44 d’il y a plus de trois ans, j’ai lancé un appel aux leaders Chrétiens de l’Amérique de prendre position pour la paix avant qu’il ne soit trop tard. Ce que j’ai suggéré était un « Pèlerinage pour la Paix » à Moscou. Son but aurait été de commencer de nouveaux liens de confiance et de compréhension avec le nouveau pouvoir Chrétien de la Russie. De cette façon, les ecclésiastiques de l’Amérique avaient l’occasion de prendre l’initiative d’une manière concrète pour aider à prévenir la catastrophe nucléaire. La réponse, comme je l’ai signalé plus tard, était pathétique. À la honte éternelle de la communauté Chrétienne de l’Amérique, seule une petite poignée de dirigeants Chrétiens a exprimé un intérêt! Les leaders Chrétiens de l’Amérique en général ont refusé de tenir la main de la fraternité Chrétienne à leurs frères en Russie.

Mais à présent, un pèlerinage pour la paix a été fait à Moscou après tout. Puisque les dirigeants Chrétiens de l’Amérique ne se donneraient pas la peine de prendre l’initiative, ceux de la Russie l’ont fait à leur place! Ils ont invité les chefs religieux du monde entier à faire un pèlerinage pour la paix à Moscou, et ils ont appelé leur assemblée de cinq jours, la, je cite:

« Conférence des Travailleurs Religieux pour Sauver le Don Sacré de la Vie d’une Catastrophe Nucléaire. »

Lorsque Billy Graham et quelques autres leaders Chrétiens occidentaux sont arrivés à Moscou, ils ont vite découvert que ce n’était pas comme ils avaient été amenés à s’y attendre. Le Dr Graham a découvert qu’il n’y a eu aucune tentative de le limiter dans ses messages religieux. Il lui a également été permis une plus grande liberté de mouvement qu’il ne l’avait prévu. Le Samedi soir avant le début de la conférence, le Dr Graham a décidé de rendre des visites inopinées à plusieurs églises de Moscou. Il est allé à trois différentes Églises orthodoxes Russes et a été choqué de constater qu’ils ont été remplis à pleine capacité de fidèles. Comme il l’a dit plus tard dans une conférence de presse, je cite:

« Vous n’auriez jamais cela à Charlotte, en Caroline du Nord. »

Le Dr Graham a fait un certain nombre de déclarations au sujet de ses expériences à Moscou, qui semblent toutes aboutir à une chose: il y a beaucoup plus de culte Chrétien en Russie qu’il ne s’y attendait apparemment et avec une plus grande liberté.

Lorsque Billy Graham est retourné en Occident, il a dû se sentir un peu comme un Marco Polo religieux. Il avait voyagé dans l’Est interdit et a découvert qu’il n’est pas peuplé par des diablotins et des bêtes horribles. Au lieu de cela, il était parti avec son cœur étrangement « réchauffé » (citation). Peut-être qu’il s’attendait à ce que les gens au pays apprécieraient ses bonnes nouvelles inattendues. Après tout, toute notre foi Chrétienne est construite sur des Bonnes Nouvelles — l’Évangile de notre Seigneur Jésus-Christ. Mais si tel est ce que Billy Graham espérait, il se trompait tristement.

Quand il est revenu en Occident, il n’est pas revenu aux gens désireux d’entendre plus de ses bonne nouvelles, mais à l’hostilité et à la condamnation! On nous dit toujours que la Russie est un pays athée et au-delà de la rédemption, et donc, par définition les mots de Billy Graham au sujet de la liberté religieuse, même limitée en Russie constituaient l’hérésie. Il est entré dans un rouleau compresseur de critiques déterminées à le diminuer pour avoir placé un bon mot sur la Russie!

Cela a commencé tout de suite avec des rapports obliques sur ses déclarations dans les grands médias. À un moment donné, le Dr Graham a mentionné qu’en Russie ses commentaires avaient été rapportés avec précision dans la presse. En revanche, les rapports ici aux États-Unis ont été déformés, et cités hors contexte.

Un parfait exemple du traitement maintenant donné au Dr Graham était son interview du 16 Mai sur « This Week With David Brinkley » de ABC. Cela a été appelé une entrevue, mais inquisition serait une meilleure description. Toute suggestion que les Chrétiens puissent être mieux en Russie aujourd’hui que dans le passé a été accueillie avec hostilité. Maintes et maintes fois, le Dr Graham a été interrompu et attaqué avant qu’il ne puisse même finir de faire valoir son point de vue, et bon nombre des questions dans la meilleure tradition des procès d’hérésie ont été conçues pour déclarer Graham coupable avant qu’il ne puisse même répondre!

Pour ne prendre qu’un exemple: à un moment donné, l’écrivain idéologique George F. Will a mentionné un incident dans lequel un manifestant pour la paix a été maîtrisé par la police Russe. Puis il a demandé — et ceci est une citation exacte:

« Étant donné que la preuve qu’il n’y a, et ce n’est pas sur le point de se produire, aucun mouvement pour la paix en  Union Soviétique, n’était-il pas clair pour vous dès le départ que ce festival de propagande à laquelle vous alliez a été utilisé simplement pour encourager une pression unilatérale pour la paix et une pression de désarmement en Occident? »

Mes amis, une prétendue question comme celle-là est l’outil d’un procureur, pas d’un journaliste objectif. D’une part, il a affirmé qu’il n’y a pas de mouvement pour la paix en Russie comme si c’était un fait, a accusé le Dr Graham de coopérer sciemment avec la propagande Soviétique, a insinué que tous les chefs religieux du monde qui ont assisté étaient des larbins, et a ignoré la représentation à l’échelle mondiale à la Conférence en disant que tout visait l’Occident. Des questions accusatrices comme celles-là ont visé le Dr Graham tout au long du programme. La seule pause dans cette inquisition est intervenue lorsque le Dr Graham a été retiré de la discussion pendant un certain temps — alors tout le monde était restés assis et l’a démoli de tous les côtés en son absence, pour ses « hérésies ».

Malgré le traitement manifestement inéquitable, le révérend Graham a fait quelques remarques très révélatrices. Il a mentionné que beaucoup d’autres leaders Chrétiens Américains étaient également à la Conférence de Moscou et que d’autres encore y sont allé séparément, et il a dit qu’il y a beaucoup, je cite:

« …qui retiendraient différents points de vue que ce qui est exprimé ici aujourd’hui. Je suis un peu surpris que nous n’avons pas certaines de ces personnes. »

Peut-être le commentaire le plus révélateur du Dr Graham est venu assez tôt dans le programme; peut-être qu’il était en partie responsable de l’amertume frénétique de quelques-unes des attaques contre lui plus tard dans le programme. Le révérend Graham a dit, et je cite:

« Maintenant, quand les gens vont en Chine aujourd’hui, par exemple, ils sont applaudis pour s’être rendu en Chine. Il est merveilleux d’aller en Chine, mais il n’y a pas autant de liberté religieuse en Chine qu’en Union Soviétique. »

Mes amis, Billy Graham a été tout à fait correct dans cette déclaration. J’ai signalé la même chose dans mes rapports de la LETTRE AUDIO. L’image favorable maintenant donnée à la Chine rouge est purement politique et militaire dans ses origines. Malheureusement, certains groupes confessionnels sont utilisés à ces fins politiques!

Ce que le Dr Graham peut ne pas savoir est la raison des attaques violentes qu’il a endurées ces derniers temps. Mes amis, il est allé à l’encontre du lobby Bolchevique Américain de la guerre nucléaire ici. Ils veulent nous utiliser vous et moi pour faire leur sale boulot contre la Russie. Voilà de quoi il est question dans leurs plans de guerre nucléaire, et ainsi à tout prix, ils ne doivent pas nous faire savoir que le Christianisme renaît aujourd’hui en Russie. Plus encore, ils n’osent pas laisser le peuple Américain savoir que le véritable leadership de la Russie aujourd’hui est Chrétien parce que si nous tous savions cela, mes amis, nous ne serions jamais d’accord sur leurs plans de détruire la Russie Chrétienne dans une guerre thermonucléaire.

DERNIÈRE MINUTE RÉSUMÉ

Il est temps à présent pour mon Résumé de Dernière Minute. Dans cette lettre AUDIO, j’ai essayé de vous informer sur l’avancement des plans pour jeter l’Amérique dans une guerre nucléaire contre la Russie. Le compte à rebours des planificateurs de guerre bolcheviques qui contrôlent maintenant le Pentagone se poursuit. Leurs plans de guerre ont été affaiblis par la guerre des Malouines, mais ils essaient de détourner ce conflit à leurs propres fins.

Pendant ce temps, le compte à rebours pour le Vol N° 4 de la Navette Spatiale avec sa charge utile militaire secrète est toujours dans le délai prévu. Si la mission réussit, le danger de la guerre nucléaire va augmenter considérablement.

L’été 1982, mes amis, promet d’être un moment dangereux pour l’Amérique. Pour le moment, la 1ère GUERRE NUCLÉAIRE pourrait être à moins de trois mois, mais les Bolcheviks ici ont des ennemis qui essaient d’arrêter le compte à rebours de la guerre.

Ici aux États-Unis, le cartel Rockefeller poursuit sa lutte pour le pouvoir en vue de reprendre le contrôle du Gouvernement aux Bolcheviks. Dans le cadre de cette lutte, les préparatifs d’un coup d’État militaire dirigé par le Général Alexander Haig avancent. De même, les Russes continuent d’essayer par leurs propres moyens de prévenir la guerre. Contrairement au cartel Rockefeller, les Russes font cela pour des raisons morales.

Ce mois-ci, en Mai 1982, les chefs religieux du monde entier se sont réunis à une conférence religieuse pour prendre position pour la paix. Si la conférence avait eu lieu, par exemple, à Washington DC, nous n’entendrions rien que des éloges à son sujet; mais elle a eu lieu plutôt à Moscou, en Russie, et pour cette seule raison, elle a été condamnée ici aux États-Unis. Ceux qui osent rapporter honnêtement les surprises favorables rencontrées là-bas sont fustigés comme des hérétiques. Le plus visible d’entre eux est le Révérend Billy Graham. Pour avoir décrit ce qu’il a vu et vécu, honnêtement et sans discrimination, il est crucifié de tous les côtés.

Mes amis, la même chose va vous arriver si vous osez parler ouvertement des choses que vous savez; mais si vous ne parlez pas à vos amis, à vos voisins, à vos parents, ils ne peuvent jamais savoir pourquoi nous nous dirigeons vers une catastrophe nucléaire. Je vous exhorte donc à parler maintenant, et rappelez-vous la promesse de notre Seigneur Jésus-Christ. Il a dit:

« Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice: car le royaume des cieux leur appartient. »

Au mois prochain, si Dieu le veut, c’est le Dr Beter. Je vous remercie, et que Dieu bénisse chacun de vous.

À propos de G. AKUÉ

Une Âme à la recherche d'une grande illumination à répandre sur les peuples de sa Race bien-aimée et la Race Humaine en général.

Voir tous les articles de G. AKUÉ

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Actualité politique et spor... |
La Voie des Peuples |
nouveaucentreindre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | VILISTIA RUSSIE GEOPOLITIQU...
| afriqueecologielesverts
| unavenirmeilleur