SACHES OÙ TU VAS

SI TU NE SAIS PAS D’OÙ TU VIENS, SACHES OÙ TU VAS.

Par  G. AKUE

Le 28/12/2010

Il est souvent prononcé ce célèbre adage dans certaines circonstances où les choses semblent, dans la vie d’une personne ou d’une nation entière, confuses et incertaines: ‘Si tu ne sais pas d’où tu viens, saches où tu vas’. Mais ceci soulève une question  importante qui est : Est-il vraiment possible de savoir où l’on va sans savoir d’où l’on vient? De la pertinence d’une réponse claire et sans ambiguïté à ce questionnement dépend l’efficacité et l’effectivité des approches de solutions à concevoir par les ‘grands esprits’ aux fins d’une rectification salutaire pour une remise à l’endroit de nos sociétés humaines partout où besoin  se fait sentir, Ceci s’appliquant à l’individuel comme au collectif. Et il est de notre humble avis évident que l’humanité entière est en question.   

Dans le cas des Peuples africains longtemps spoliés et savamment coupés de leurs racines, le problème est crucial voire central à toutes les problématiques auxquelles nous sommes confrontés à tous les niveaux de manifestation de la vie sur les plans matériel et spirituel. Un esprit (spirituel) confus et perdu ne sait rien faire de valable dans un corps ou d’un corps (matériel) aussi beau, adorable et parfait qu’il soit et vice versa. Allez demander à un habile et talentueux musicien de vous produire les plus belles harmonies sur un instrument défectueux.  C’est tout simplement impossible.

D’où l’on vient’ fait référence au Passé que cela soit celui d’une personne, d’une famille, d’un peuple, d’une nation ou d’une race. Et ‘là où l’on va’ fait référence au Futur qui n’est pas encore. La détermination de ce futur se fait à partir de cette troisième section du temps qu’est le Présent. Ce présent donc revers une importance capitale par rapport au futur puisqu’il sert de matrice pour créer ce qui sera et de la qualité du ‘moment présent’ dépend celle du futur en gestation. Ainsi donc le présent est le Passé du Futur et ce même présent est le Futur du Passé.

En se basant sur ce qui vient d’être dit, nous pouvons affirmer sans l’ombre d’un doute que et le Passé et le Futur se retrouvent dans le Présent puisque de la même manière que ce Présent crée et impacte le Futur, le Passé a créé le Présent et continue à l’influencer. Nos actes, nos pensées, nos croyances du moment sont, jusqu’à un certain point, pour ne pas dire presque toujours en ce qui concerne les jeunes esprits encore loin sur l’échelle de l’évolution, déterminés par les expériences que nous avons vécues dans le Passé. Et cette interaction, conditionnée par notre Passé, avec notre environnement présent crée la trame des évènements heureux ou malheureux à venir. Maintenant au-delà de ces 3 paramètres spatio-temporels, il y a cette conscience individuelle et collective (l’esprit divin) qui interviennent dans l’équation, usant de ses attributs divins que sont le libre–arbitre, le sens du jugement et le discernement entre autres, pour faire évoluer la vie dans un sens plutôt que dans l’autre.   

Mais pour que cela se passe comme la nature l’a prévu, encore faudrait-il que le mécanisme de l’esprit puisse fonctionner naturellement sans obstacles artificiellement érigés pour provoquer des disfonctionnements. Cela suppose que le Passé soit reconnu en tant que tel dans son entièreté et intégrité, sans falsifications ni omissions aucunes, afin que l’esprit conscient individuel et/ou collectif d’un peuple, d’une nation, d’une race puisse y avoir accès et procéder à des ‘rectifications’ et ‘réajustements’ éventuellement nécessaires au dégagement de certains écueils qui pourraient se dresser devant lui dans son cheminement évolutif.

L’Afrique et la race noire/indigo, et c’est ce qui nous préoccupe ici, ne s’inscrivent pas du tout dans ce schéma, loin de là. Et il nous semble même que seule la race indigo s’est laissé tirer aussi bas.  Comme est-ce qu’avec un Passé aussi flou qu’incertain, avec d’énormes trous délibérément creusés par le fait d’hommes et de femmes venus d’ailleurs, armés d’intentions des plus criminelles, les enfants de la Mère Afrique peuvent-ils convenablement gérer un Présent qui leur échappe complétement pour l’essentiel vu qu’ils ne maîtrisent pas plus leur Passé. Ce Passé qui est d’une importance vitale pour comprendre ce Présent dans lequel tout se passe.

Les Peuples de la race noire/indigo sont à  comparer à ce voyageur qui voyage en suivant un itinéraire bien précis. Quelque part au milieu de son parcours, il se fait agressé par une bande de voyous mal intentionnés qui ont réussi à  se faire passer pour des amis. Il perd connaissance un temps et quand il se réveille, il devient presque complètement amnésique. Incapable de dire qui il est, d’où il vient et par conséquence où il va. Pour guérir ce grand malade qu’est l’Afrique, il nous faut lui rendre son Passé et par ce fait, sa FIERTÉ, sa CONFIANCE, son AMOUR-PROPRE et sa LIBERTÉ. 

Couper les racines à un arbre, et vous pouvez être sûr de l’avoir condamné à coup sûr à périr, étant désormais dans l’incapacité d’être sustenté par la force de vie de la Terre-Mère. En cela les humains ne diffèrent pas des autres règnes de vie qui peuplent la Terre et les autres mondes de l’espace. Le résultat qu’à produit l’acharnement d’un certain occident sur les sociétés des Peuples noirs/indigos n’a rien d’unique. On aurait fait pareil avec un des Peuples de l’occident que cela aurait produit le même effet dévastateur. Nos cultures, nos expériences, notre Histoire constituent nos repères pour avancer dans la vie, nous incitant à nous construire plus meilleurs qu’avant.  Quand on voit que tout cela se réduit comme une peau de chagrin et que qui plus est un mécanisme cruel et subtil est entretenu aux fins de perpétuation de cet état de fait, je vous laisse constater aisément le degré de difficulté auquel nos sociétés doivent faire face.

Il serait donc de prime importance que tout enfant d’Afrique, intellectuel surtout, qui nourrisse des rêves de fierté et de grandeur pour cette dernière, face  cet énorme, exigeant et excitant travail de redécouverte de QUI NOUS SOMMES et D’OÙ NOUS VENONS. Un travail de déconditionnement et de dépouillement des vieux schémas tronqués, falsifiés implantés dans nos esprits et qui ont ce mérite de nous brancher en mode automatique pour gober et soutenir toutes les imbécilités orchestrées par l’ELITE MONDIALE et relayées par sa machine de propagande que sont les MÉDIAS entre autres. C’est allé tellement loin que nous nous faisons nous-mêmes défenseurs de nos propres BOURREAUX sans nous en rendre compte au détriment des intérêts de nos frères et sœurs.  Nous Africains devons non seulement aller à la redécouverte de notre Passé Réel mais aussi être prêts à accueillir avec détachement tout ce qu’il nous révélera en noir ou en blanc. C’est ce qui fera notre force et notre lumière pour le reste du chemin à parcourir

Il va sans dire que plus vite une FORTE MINORITÉ se dégagera pour constituer un noyau central catalyseur par lequel et autour duquel les Africains travailleront à une véritable et rapide maitrise de leur destinée, plus rapidement le nombre « d’éveillés » atteindra la masse critique souhaitée et nécessaire à la sauvegarde et à la pérennisation des acquis déjà engrangés et ceux à venir. Du coup les honteux scenarios d’improductives et obscures organisations-satellites à l’image de l’Union Africaine, de la CEDEAO, de la CEMAC s’alignant bêtement sur des décisions dictées d’ailleurs sans une once de fierté et de dignité de la part de ces soi-disant dirigeants ‘démocratiquement élus’ du peuple, deviendront de l’histoire ancienne.

Les Peuples d’Afrique marcheront tête haute, parfaitement conscients de qui ils sont, fiers de leur Passé reconstitué et sachant où ils vont.

 


Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Actualité politique et spor... |
La Voie des Peuples |
nouveaucentreindre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | VILISTIA RUSSIE GEOPOLITIQU...
| afriqueecologielesverts
| unavenirmeilleur